Vos commerçants vendent-ils les tomates du conflit?

Posted on octobre 1, 2013


OLYMPUS DIGITAL CAMERA :

La campagne d’exportation de tomates du Maroc commence aujourd’hui. Mais certaines des tomates « marocaines » que vous trouverez bientôt sur les étals ont été cultivées illégalement dans un territoire sous occupation militaire. Vous avez repéré des tomates sales ? Aidez-nous à les identifier dans votre magasin !

Western Sahara Resource Watch a besoin de vos renseignements pour connaître le sort des tomates portant les étiquettes visibles à droite.

tn_agric_labels.jpg

Il y a des risques que ces produits soient originaires de Dakhla – une ville située dans le sud du Sahara Occidental occupé. Ces produits ont habituellement des fausses étiquettes «Maroc». Mais le Maroc est l’Etat voisin au nord du Sahara Occidental, qui a envahi le territoire en 1975. Aujourd’hui, au mépris flagrant du droit international, le Maroc continue d’occuper une grande partie du Sahara Occidental, de liquider ses ressources et productions, y compris les tomates, comme si elles lui appartenaient. Et tandis que les produits sont dans tous les supermarchés autour du monde, leur origine est cachée au public.

Quel est le problème ?
– Les clients ont le droit d’être informés sur les produits qu’ils achètent. Si les produits du Sahara Occidental ont l’étiquetage trompeur « Maroc », le client est mal informé, et ne peut pas prendre une décision éclairée d’acheter ou non le produit.
– L’achat de produits du Sahara Occidental occupé donne une légitimité morale aux réclamations insoutenables du Maroc sur le territoire. Votre argent ne doit pas être utilisé pour soutenir une occupation brutale.
– Le peuple sahraoui ne bénéficie pas du secteur agricole, pas plus qu’il n’a donné son consentement pour le développement de l’agro-industrie dans son pays. Toutes les plantations de la région sont la propriété de conglomérats franco-marocains ou du roi du Maroc lui-même, et non des Sahraouis.
– Cultiver des légumes dans le désert nécessite d’énormes quantités d’eau, prélevées sur les réserves d’eau souterraine de la région – une source de vie inestimable pour le peuple sahraoui.
– Environ 160.000 Sahraouis vivent dans des conditions déplorables dans les camps de réfugiés en Algérie. Leur alimentation est très pauvre en fruits et légumes frais. Il est éthiquement sale pour le régime d’occupation de profiter de produits cultivés sur la terre que ce peuple a dû fuir pour éviter les horreurs de la guerre.

Aidez WSRW à traquer les tomates volées ! Vous pouvez faire beaucoup, en tant que consommateur, pour arrêter le vol. Voila ce qu’il faut faire quand vous tombez sur des tomates potentiellement importunes, étiquetées comme venant du Maroc.

1. Prenez une photo 

Prenez une photo des tomates, montrant clairement la marque, le code barre et l’origine présumée, et vous nous l’envoyez à tomato@wsrw.org. N’oubliez pas de nous indiquer le nom et l’emplacement du magasin lors de l’envoi de vos photos.

Recherchez les marques représentées ci-dessus. Mais attention : les tomates du Sahara Occidental sont également vendues sous des marques de distributeurs, comme ç’a été par exemple le cas de la chaîne de supermarchés carrefour. Le pays d’origine annoncé doit être votre indicateur privilégié.

2 . Entrez en contact avec le gestionnaire du magasin 

En tant que client, vous avez le droit de connaître l’origine exacte du produit que vous achetez. Demandez au gestionnaire de la boutique, il doit être en mesure de vous fournir une localisation plus précise dans le pays.

N’hésitez pas à vous inspirer de ce modèle de lettre pour contacter le service client du magasin si le personnel sur place ne peut pas vous aider. Et s’il vous plaît envoyer une copie de la réponse que vous recevez à tomato@wsrw.org.

3. Contactez vos élus 

Demandez à vos parlementaires nationaux de soulever la question avec le gouvernement : si aucun pays au monde ne reconnaît les revendications du Maroc sur le Sahara Occidental, pourquoi acceptent-ils des produits provenant du Sahara Occidental estampillés comme venant du Maroc ? Et pourquoi êtes-vous, en tant que client, privé de votre droit d’être pleinement informé sur le produit que vous envisagez d’acheter ?

Publicités