Au Maroc comme au Sahara occidental respect de l’expression démocratique et des droits humains !

Posted on octobre 1, 2013


AARASD :

Les Sahraouis de la région de Assa, petite ville située au Sud du Maroc (très proche de la frontière entre Maroc et Sahara occidental et appartenant à la « bande de Tarfaya » remise au Maroc par l’Espagne en 1956), ont voulu reconstruire un camp de la dignité, ce 21 septembre 2013 alors que se tenait à New York l’Assemblée générale des Nations unies. A peine quelques tentes construites et rassemblées à Tizimi, l’armée était là pour les disperser !

Alors les Sahraouis d’Assa, se sont rassemblés pacifiquement pour protester contre cette opération de force ! rassemblement qui a provoqué une réaction de l’armée et de la police, que tous les observateurs présents ont dénoncé comme totalement disproportionnée : hélicoptères, gaz lacrymogènes, balles caoutchouc et balles réelles, réaction meurtrière puisqu’un jeune de 20 ans, Rachid EChine, a été tué de deux balles dans le dos.

Les autorités marocaines ont à nouveau perdu tout sang froid, ne laissant rien passer dans « leur sud » en utilisant des moyens militaires puissants pour disperser un rassemblement pacifique. Des deux côtés de la frontière s’est renforcée l’expression d’une identité culturelle, sociale et nationale capable d’affronter la puissance du Makhzen ! La Communauté internationale, la France doivent être davantage attentifs à cette situation. En commençant par décider une commission d’enquête qui doit être de suite diligentée pour apprécier rapidement et en toute indépendance, la manière dont s’est exercée cette répression qui a conduit à la mort d’un jeune, nouveau martyr pour le peuple sahraoui.

L’affichage, par les autorités marocaines, des progrès de la démocratie ne résiste pas à l’actualité récente : répression au mois d’août des rassemblements suite au sinistre « Daniel Gate », arrestation du journaliste marocain Ali Anouzla, qui osait avec son site lakome, plaider pour la démocratie et l’Etat de droit, répression régulière de tout mouvement social, maintien en détention des prisonniers d’opinion condamnés par une justice aux ordres du pouvoir chérifien.

L’association des Amis de la RASD entend porter ce message à la Communauté internationale en déléguant ce 8 octobre 2013 auprès de la 4éme commission de décolonisation de l’Assemblée générale des Nations unies, une de ses responsables, Joëlle Toutain et souhaite vivement que son message soit entendu.

Association des Amis de la RASD 356 rue de Vaugirard 75015 Paris
www.sahara-info.org / www.ecrirepourlesliberer.com

Publicités