Crédit carbone pour parc éolien du Roi du Maroc en territoire occupé

Posted on septembre 24, 2013


eem_siemens1_610WSRW :

Il y a un an, un projet de parc éolien, que le Maroc a planifié dans les territoires occupés du Sahara Occidental, s’est vu refuser les crédits carbone attribués par l’ONU. Maintenant, ce même projet a obtenu cette faveur par un organisme privé émetteur de tels crédits.

En mai 2013, le projet de parc éolien Foum el Oued a été validé par le standard VCS (Verified Carbon Standard, VCS) – un programme volontaire de réduction des gaz à effet de serre. Bénéficiant d’une appréciation positive de la part de SGS Royaume-Uni Limited, une société britannique appelée à évaluer la conformité du projet aux normes VCS , le projet Foum el Oued bénéficie maintenant de crédits carbone qui peuvent être échangés et rapporter gros.

Il y a deux marchés de crédits carbone, le marché du carbone conforme ou réglementaire et le marché volontaire de compensation.

« Alors que le premier a été mis en place par la communauté internationale pour permettre à des gouvernements et des entreprises de se mettre en conformité avec le Protocole de Kyoto à travers un ensemble strict de règles et de normes, ce dernier manque clairement de supervision par un gouvernement et de procédures de sélection claires et bien définies des projets de réduction d’émissions. Néanmoins le marché volontaire s’est considérablement développé au cours des dernières années pour devenir une activité lucrative où n’importe qui, y compris les particuliers, peuvent acheter des crédits carbone pour compenser leurs émissions de GES. » explique Eva Filzmoser de Carbon Market Watch, une ONG basée à Bruxelles qui défend une protection du climat juste et efficace.

C’est dans ce marché que VCS joue un rôle important, en utilisant ses propres normes pour déterminer si un projet est digne de crédits de carbone ou non.

Le projet Foum el Oued doit être mis en fonction et géré par NAREVA Holding, un groupe industriel et financier marocain contrôlé par le roi lui-même. La multinationale allemande Siemens AG doit fournir les turbines éoliennes et le savoir-faire technique. Selon l’Agence marocaine pour l’électricité, le projet devrait être opérationnel en 2014.

La tentative de NAREVA d’enregistrer le projet Foum el Oued dans le marché règlementaire contrôlé par l’ONU avait échoué. Det Norske Veritas, la société norvégienne chargée par le Mécanisme de développement propre des Nations Unies de l’évaluation du projet, l’a refusé en 2012 , précisément parce qu’il était situé dans une zone politiquement controversée. En l’absence de perspective d’obtention de crédits carbone, le projet était devenu moins rentable pour le promoteur marocain. C’est ce qui peut avoir motivé la filiale de NAREVA Energie Eolienne du Maroc (EEM) de se tourner vers le marché volontaire du carbone où l’absence de normes et standards semble avoir joué en sa faveur.

WSRW a envoyé aujourd’hui une lettre au conseil de VCS , en leur demandant de reconsidérer la validation du projet de parc éolien Foum el Oued .

Publicités