La paix au Sahara Occidental ? … Le roi prendra-t-il le risque d’un conflit ?

Posted on août 26, 2013


161303649Solidarité Maroc :

Par Philippe Leclercq, 24/8/2013, 
Rencontrant récemment un ami marocain, celui-ci me faisait remarquer qu’aucun média international n’utilisait le terme « Sahara marocain » à l’exception des médias … marocains dans lesquels on sait la prégnance de l’idéologie du makhzen !
En cherchant un peu, il est vrai que « Sahara Occidental est la dénomination usuellement retenue pour désigner le territoire par l’ONU dans tous les documents officiels.
En réalité, le « sahara marocain », c’est comme ceux qui parlaient d' »Algérie française » . De plus cet « adjectif » pour qualifier le Sahara n’est apparu qu’après l’annexion du Sahara Occidental par le Maroc.
Mais l’emploi de ce qualificatif a un autre effet … celui de stigmatiser les habitants du territoire actuellement colonisé.
Et le danger est grand de voir la jeune population sahraouie, et se revendiquant comme telle, ne plus se contenter de vivre « derrière le mur » ! Certains, que ce soit dans les camps de réfugiés ou dans le territoire occupé, ne connaissent même pas leur famille ! Depuis bientôt 40 ans, les mines dispersées le long du mur de sable militarisé empêchent quiconque de s’aventurer dans cette partie du monde.( à part quelques visites organisées officiellement ndlr)

Oui ça existe encore aujourd’hui ! 
Alors, face à la « monarchie de droit divin » on comprend les réactions de mécontentement comme celle de Hakima, cette jeune sahraouie qui vit à proximité de Tindouf …
161303649.jpg
Beaucoup comme elle ont vécu à l’étranger. Hakima est née dans les camps et elle a passé une grande partie de sa vie au nord de l’Espagne pour y faire ses études. «Partout où je vais, je sais qui je suis, je suis sahraouie» dit-elle !
Elle tient aussi à préciser : « Nous luttons tous pour le Sahara libre, mais ne partageons pas les mêmes idées. » Ce qui tend à prouver que la démocratie existe bel et bien dans les camps … Et le fait que des femmes prennent la parole n’est pas anodin : Au cours des dernières années, le pourcentage de femmes parlementaires au Parlement a augmenté de 30% et l’Union nationale des femmes sahraouies est devenue un partenaire de plus en plus indispensable !
D’autres, « nés dans les tentes du désert algérien, le hammada, cette zone est connue comme le Sahara » partagent l’analyse ; « le Polisario demande de la patience mais quelles mesures sont avancées pour tenir une consultation sur l’autodétermination du Sahara occidental ? »
Faute d’avancées notoires sur les questions posées par cette jeune population et alors que le cessez le feu est pourtant respecté depuis plus de 20 ans, le roi du Maroc prend un risque considérable de voir monter les tensions … et alors, ou s’arrêtera l’escalade ?
Les représentants du secrétaire général de l’ONU (Mendès en particulier mais Ross également) ont averti leurs interlocuteurs marocains. La balle est donc dans leur camp.