Conflit du Sahara occidental : qui est qui ?

Posted on juillet 23, 2013


Reportage 24 :

Photo-reportage et texte: Rodrigo González Olivares

“Sahraoui” : c’est par ce substantif que l’on désigne le peuple du Sahara occidental. Il recoupe en réalité un ensemble pluriel que composent, d’une part, les habitants des terres occupées par le Maroc, d’autre part, les personnes vivant sur les territoires libérés ou dans les camps de réfugiés. Sous ce vocable doivent également être prises en comptes les populations originaires du Sahara occidental mais établies à l’étranger comme de nombreux étudiants, réfugiés ou activistes engagés en faveur de l’indépendance et de l’autodétermination du Sahara occidental. L’écrasante majorité d’entre eux reconnait le Front Polisario comme le représentant légitime de ses revendications.

DSC_8241

Sahara occidental : c’est le nom donné au territoire de l’ancienne colonie espagnole, passé sous domination marocaine. Il est délimité, au nord, par le Maroc, au sud-est par la Mauritanie, et borde l’océan Atlantique à l’ouest. Seule une petite partie de ces terres est sous le contrôle du Front Polisario.

Front Polisario : c’est sous cette dénomination que s’est faite connaitre l’organisation sahraouie qui a émergé il y a 40 ans pour défendre puis récupérer les territoires occupés par le Maroc. C’est une organisation civile, dotée d’une branche militaire. Il ne s’agit pas d’un parti politique, mais le Front Polisario a déjà organisé treize congrès nationaux pour élire sa tête dirigeante. C’est à cette occasion que Mohamed Abdelaziz a été choisi comme Secrétaire général et Président de la République arabe sahraouie démocratique. Pour ce dernier, le Front Polisario constitue  « un front national au sein duquel tous ceux qui croient au droit d’un peuple à l’autodétermination et à l’indépendance se sentent représentés, un mouvement démocratique dans lequel la base est intégrée au processus de décision et à son application concrète ».

DSC_8544

République arabe sahraouie démocratique (RASD) : c’est la formule que le Front Polisario a retenue a  pour désigner la république qui existe de facto dans les camps de réfugiés et les territoires libérés, en l’absence d’un territoire national propre. Elle a vocation à s’étendre au Sahara occidental dans son intégralité, une fois celui-ci récupéré par le peuple sarahoui. La RASD dispose d’une représentation diplomatique dans plusieurs dizaines de pays du monde. Elle a en outre été reconnue comme membre de l’Union africaine.

P1050003

Minurso : C’est l’acronyme désignant la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un Référendum au Sahara Occidental, mise en place en 1991 dans le but d’obtenir un cessez-le-feu entre le Maroc et le Front Polisario.”Elle a également pour objectif d’organiser un referendum, pour que le peuple sarahoui choisisse quel statut accorder au territoire du Sahara Occidental, en vertu du droit à l’autodétermination”.”

DSC_8148

Maroc :En 1973, après que les populations du Sahara occidental ont décidé de s’émanciper de la tutelle coloniale espagnole, le royaume marocain a entamé la « Marche verte », destinée à s’emparer de ces territoires”. A ce jour, le Maroc les revendique encore comme lui appartenant, les considérant comme partie intégrante du royaume. Le Maroc a par ailleurs refusé de mettre en œuvre le referendum organisé par la MINURSO pour permettre aux Sahraouis de choisir entre l’indépendance et l’autonomie.

DSC_7865

Mauritanie : Lorsque les Sahraouis ont accédé à l’indépendance, l’invasion marocaine a laissé le champ libre à l’occupation, au sud, d’une partie du territoire du Sahara occidental par la Mauritanie. Dès lors, Espagne, Maroc et Mauritanie ont mis sur pieds une administration temporaire tripartite, jusqu’à ce que le Front Polisario réclame l’indépendance du Sahara Occidental. En 1979, le Front Polisario a mis en défaite l’armée mauritanienne, conduisant à la signature d’un traité de paix et mettant fin à l’occupation des terres du Sahara occidental par la Mauritanie.

DSC_7502

Espagne : Le pays européen disposait d’une colonie importante au Sahara occidental. La population de ces territoires étant assez restreinte et majoritairement nomade, les Espagnols n’eurent pas de mal à contrôler cette zone. En 1973, le peuple sahraoui accède à l’indépendance et, avant que son territoire ne soit envahi par le Maroc et la Mauritanie, l’Espagne impulse la création d’un accord pour l’organisation d’une administration tripartite. A l’échelle nationale, l’Espagne refuse toujours de reconnaitre le Front Polisario. Néanmoins, certains de ses parlements régionaux reconnaissent le droit à l’autodétermination pour le peuple sahraoui et fournissent aux camps de réfugiés une aide matérielle, économique et humanitaire précieuse. Le Pays basque en particulier a beaucoup aidé la RASD afin que celle-ci puisse créer les institutions nécessaires à l’établissement d’un Etat indépendant, une fois les territoires occupés par le Maroc récupérés.

P1050205 DSC_8604 DSC_8157 DSC_6841 DSC_7148 DSC_8075 DSC_6586  DSC_6472

DSC_6574

Publicités