Le Maroc échoue au Sahara

Posted on mai 12, 2013


Lakome :

Le marketing et les lobbies ne suffisent pas : l’action du Maroc doit convaincre les populations locales, estime l’intellectuel espagnol Bernabé López García.

Texte original publié sur El Pais – Traduit de l’Espagnol par Lakome

 

 

Bernabé López García

Il y a six ans, quelques jours après que le Front Polisario et le Maroc aient soumis à l’ONU leur projet respectif visant à résoudre la problématique qui continue de les opposer, j’avais écrit dans ces mêmes colonnes que « les deux projets visent à organiser des moments différents du processus d’autodétermination. Alors que celui du Front Polisario fixe les paramètres post-indépendance, offre des garanties pour l’étape postérieure à l’indépendance, présupposant que cette dernière allait triompher lors de la consultation, le projet marocain voulait précisément éviter cette indépendance, en promettant des garanties et d’amples espaces de participation au sein d’une large autonomie, alternative à l’indépendance. Le Polisario voulant négocier après, le Maroc souhaitant le faire avant. »

 

Six ans plus tard, où sont ces garanties et ces amples espaces de participation promises par le Maroc pour préfigurer une future autonomie crédible?

Durant ces années, le Maroc a manqué l’occasion d’ouvrir son système politique par un processus de régionalisation qui aurait permis l’expression de sa pluralité. Le projet élaboré en 2010, de courte vision, est resté confiné, comme tant d’autres lois organiques, au Parlement, guère constitutionnel, sa deuxième chambre n’ayant pas été renouvelée dans l’attente des élections communales et régionales qui font peur à plus d’un acteur politique du pays. Une loi qui aurait donné de l’autonomie aux régions et qui aurait commencé par s’appliquer au Sahara, aurait été perçue comme un signe de progrès pour crédibiliser le plan marocain de 2007.

Le Maroc a également perdu l’opportunité que lui offrait la rédaction d’une nouvelle constitution, imposée par la pression de la rue qu’avait inspiré les idéaux du Printemps arabe. Approuvée en juillet 2011, celle-ci a plutôt consacré la continuité du système de la monarchie exécutive et a, en réalité, autorisé une cohabitation stérile entre un pouvoir royal absolu et certaines parcelles de pouvoir concédées au Chef du gouvernement, sans en finir avec les ministères de souveraineté, dont celui des affaires étrangères, qui joue un rôle central dans la gestion de l’affaire du Sahara. Si la constitution a concédé quelques clins d’œil, comme la reconnaissance verbale du patrimoine saharo-Hassani ou la préservation de la langue Hassani comme partie intégrante de l’identité culturelle marocaine, le modèle de région qu’elle propose reste sous le contrôle des walis du roi (c’est encore lui qui les nomme), fermant ainsi la porte à toute expression politique de la diversité, avec l’interdiction expresse de partis régionaux.

A ces ratages, origine de la crise des dernières semaines, il faut ajouter que le Maroc, comme ont pu le constater les organisations des droits de l’Homme ayant visité la région, a persisté dans une politique de répression de toute forme de contestation dans la région du Sahara, motivant les recommandations du Secrétaire général de l’ONU dans son dernier rapport, ainsi que la proposition avortée des Etats-Unis, de demander au Conseil de sécurité d’étendre les pouvoirs de la MINURSO à la surveillance des droits humains.

Rabat n’a pas bougé d’un iota du plan de 2007

Personne ne nie quelques progrès, comme l’absence de représailles envers les Sahraouis qui ont assisté au congrès du Polisario, mais la liberté de parole et d’expression est entravée dans les territoires sahariens. Une situation aggravée par la condamnation à de lourdes peines, par un tribunal militaire des vingt quatre (24) sahraouis accusés sans preuves dans l’affaire de Gdim Izik. Que le Conseil National des Droits de l’Homme adresse par la suite au roi la proposition de supprimer à l’avenir tout jugement de civils par la juridiction militaire, relève une fois de plus, de pures velléités. La sentence aura démontré à quel point l’organe militaire vieillissant s’immisce avec force dans la vie politique, et dans la question du Sahara en particulier.

Depuis 2005, dans les forums internationaux, le Front Polisario a basé sa stratégie sur la dénonciation des violations continues des droits de l’homme dans la région. Mais les autorités marocaines n’ont pas réagi avec une politique de détente, de renforcement de la confiance entre les différents groupes humains vivant au Sahara, d’élargissement des droits et libertés d’expression de tous les habitants de la région, y compris ceux qui pensent différemment, de reconnaissance des associations qui attendent l’autorisation du ministère de l’Intérieur, de responsabilité conjointe dans la gestion du territoire par des natifs du Sahara, ce qui aurait permis, comme le disent les résolutions de l’ONU, que les ressources naturelles bénéficient aux habitants. Bien au contraire, aucune des promesses du projet d’autonomie de 2007, qui avaient l’air intéressantes, n’a avancé d’un iota, si bien que ce projet se trouve aujourd’hui réduit à sa plus simple expression.

Le Maroc se satisfait des louanges de son plan d’autonomie, qualifié partout de « sérieux et crédible » par les ministères des affaires étrangères occidentaux. L’Union européenne qui lui a accordé en 2010 le statut avancé, a fini par donner raison à ses détracteurs du fait de son incapacité au cours des six années écoulées à faire évoluer vers une solution le problème du Sahara, alors qu’il constitue la plus grande hypothèque de la monarchie et sa maladie chronique. Dans ces mêmes colonnes Abdellatif Laâbi avait raison d’écrire que le Maroc est malade du Sahara.

Le Maroc a estimé que pour obtenir la reconnaissance de la marocanité du Sahara occidental, le lobbying et le marketing suffisaient, il n’a pas réalisé qu’il était essentiel d’avoir une approche cohérente et transparente afin de rallier la population sahraouie qui est aujourd’hui majoritairement contre sa mauvaise gestion. Récemment, dans le magazine marocain Zamane deux bons connaisseurs du sujet, le Sahraoui Bachir Edkhil et le membre du CORCAS, Belghazal Abdelmajid, constataient l’échec dans la gestion du problème, durant ces années et martelaient la nécessité d’une véritable démocratie dans la région. Durant un long périple à Laayoune, Smara et Dakhla en 2011, j’ai entendu à maintes reprises, et pas seulement de la bouche des éléments indépendantistes: «Ils veulent un Sahara sans les Sahraouis». Une quarantaine de personnalités sahraouies que j’ai rencontrées il y a deux ans s’interrogeaient: « Pourquoi ne pas appliquer le projet d’autonomie à partir de maintenant?« . Seule une minorité d’individus appartenant au système semble se rendre compte de la stupidité de perdre encore du temps. Même le président de l’Institut Amadeus, proche du centre du pouvoir, réclamait il y a quelques jours dans son article «Sahara: de la crise à l’opportunité ?», la mise en œuvre urgente du projet d’autonomie.

Le projet de résolution américaine a été un avertissement pour le Maroc pour son inaction et son auto complaisance. Il était convaincu que les promesses de 2007 étaient suffisantes, refusant de reconnaître que dans le Sahara sous son contrôle, les droits de l’homme sont un problème qui suscite un climat de tension permanent et un mécontentement parmi les différents groupes ethniques forcés à cohabiter. Le Maroc ne réalise pas que son image se détériore à l’étranger, en dépit du soutien tardif et honteux de deux nations, la France et l’Espagne, dans leur souci de ne pas gêner les bonnes relations économiques avec l’ancienne colonie. Avec son apathie six ans durant, le Maroc a perdu toute crédibilité pour son plan d’autonomie. Loin de constituer le point final des négociations, ce plan peine maintenant à en constituer le point de départ, si tant est qu’il puisse y arriver. Il est probable qu’à l’avenir, pour trouver une solution à ce problème récurrent, il devra s’imposer d’aller plus loin. Peut-être vers un statut de confédération ou un Etat libre associé, sous la souveraineté marocaine. Mais, encore une fois, pour être «sérieux et crédible», il devra envisager les mesures qu’il n’a pas été capable de prendre ces dernières années.

 

Bernabé López García est professeur émérite d’histoire de l’Islam contemporain à l’Université Autonome de Madrid et auteur de nombreuses publications sur le Maroc. Il a régulièrement défendu l’idée de l’autonomie ces dernières années pour résoudre le conflit au Sahara.

 
Publicités