Regain de violences au Sahara occidental

Posted on mai 7, 2013


Nouvelles du Sahara :

6 mai 2013

Par 

Sultana Khaya et les forces de l’ordre à Boujdour, selon une capture d’écran publiée le 3 mai par le site d’informations Lakome

 

Depuis le 26 avril, au lendemain du vote par le Conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution concernant la mission onusienne au Sahara occidental, des manifestations sahraouies sont réprimées violemment par les forces marocaines.

La communauté Sahraouie a réagi dès le vote par l’ONU d’une résolution renouvelant le mandat de la Minurso et a exprimé son désarroi devant le texte très loin des espoirs qu’une initiative américaine avait suscités mi-avril.

Selon plusieurs témoignages et media (notamment RFI), des manifestations ont lieu dans les villes de Laayoune et Boujdour. Celle de vendredi 26 après-midi a réuni une centaine de personnes, selon le correspondant de l’AFP cité par plusieurs media. « Sirine Rached, une responsable de cette ONG, a indiqué à l’AFP que la manifestation se déroulait « dans le calme »« , peut-on lire dans le journal L’Humanité.

Sur le site d’informations marocain Lakome, « La manifestation, sur l’une des artères principales de la ville, se déroulait « dans le calme », mais la police « a eu recours à la force de manière excessive », a déclaré de son côté Sirine Rached, une responsable de l’ONG Amnesty International, dont une équipe est actuellement à Laâyoune. Plusieurs scènes montrant des forces de l’ordre frappant des manifestant(e)s ont été filmées à l’aide de téléphone portables. »

Quelques-unes de ces images ont été mises en ligne sur ce media électronique.

D’après la préfecture de Laâyoune, le rassemblement n’avait pas été autorisé et la police a dispersé le cortège, qui bloquait la voie publique, après « les sommations d’usage », précise encore Lakome.

Selon les autorités marocaines, huit membres des forces de l’ordre ont été blessés et transportés à l’hôpital militaire de ville.

Une trentaine ou une quarantaine, selon les sources, de blessés sont à déplorer du côté des civils sahraouis.

La suite sur Nouvelles du Sahara.

Publicités