Vote au Conseil de sécurité : l’ONU une nouvelle fois paralysée

Posted on avril 26, 2013


Nouvelles du Sahara :

Photo MAP. L’envoyé spécial de l’ONU reçu par Mohamed VI fin 2012

La tentative des USA d’élargir le champ d’action de l’ONU au Sahara occidental s’est soldée par un vote devenu ordinaire au Conseil de sécurité le 25 avril. Les droits des Sahraouis n’ont pas pesé lourds.

Si la diplomatie onusienne s’est agitée ces derniers jours, le coup de force mené par les Américains sur la question sensible des droits de l’homme au Sahara occidental est retombé à plat. Aujourd’hui, le Conseil de sécurité a voté une nouvelle résolution pour réaffirmer « sa volonté d’aider les parties à parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies« . Mais, le texte est bien en-deça de ce qu’attendaient ONG et pays pro-sahraouis, sans parler bien entendu des Sahraouis eux-mêmes.

Fort des rapports constatant des violations des droits des Sahraouis dans les territoires annexés par le Maroc en 1975, émanant notamment de personnalités ou d’ONG, comme le Robert F. Kennedy Center for justice and Human rights ou Juan Mendez (rapporteur spécial sur la torture), l’administration Obama avait lancé l’offensive en proposant un projet de résolution.

En effet, face à l’ impasse dans laquelle se trouve le dossier du Sahara occidental et à la situation sécuritaire préoccupante de la région, l’initiative américaine arrivait à point nommé pour des pays comme le Royaume-Uni ou l’Afrique du Sud qui portent, avec des ONG, une revendication ancienne : l’extension du mandat de la Minurso à la surveillance du respect des droits de l’homme dans la partie du Sahara occidental sous occupation marocaine et dans les camps de réfugiés sous administration du Front Polisario.

Mais, quelques jours après, les USA et le Maroc ont réussi à trouver un terrain d’entente, les premiers revenant en arrière avec l’abandon de cette option.

La suite sur Nouvelles du Sahara.

Publicités