Sahara Occidental: Washington cède au roi du Maroc

Posted on avril 26, 2013


L’Humanité :

Recul des États-Unis sur la surveillance du respect des droits de l’homme 
au Sahara occidental.  

Il ne fallait pas froisser sa majesté Mohammed VI. Washington a finalement consenti un net recul sur la question du respect des droits de l’homme au Sahara occidental, l’ex-colonie espagnole illégalement occupée par le Maroc depuis 1975. Rabat avait violemment réagi au projet de résolution présenté par Susan Rice, l’ambassadrice américaine à l’ONU. Lequel prévoyait d’étendre le mandat de la mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso) aux droits de l’homme. En édulcorant ce projet de résolution, les États-Unis renoncent à défendre la mise en place d’un mécanisme de surveillance et de compte rendu des violations régulièrement signalées par les ONG ou les civils sahraouis.

Instrumentalisation

Rabat avait dénoncé, sur un ton virulent, « l’instrumentalisation des droits de l’homme, avec l’appui de quelques ONG ». Indéfectible soutien de la monarchie marocaine, la France s’était indignée en coulisses des « mauvaises manières » faites, selon elle, au Maroc, à l’occasion du renouvellement du mandat de la Minurso. La monarchie a eu gain de cause. Au grand dam des ONG qui dénoncent les atteintes répétées des droits de l’homme au Sahara occidental, comme Human Rights Watch, qui regrette une « occasion manquée » et fait part de sa « déception de voir les États-Unis reculer devant les Marocains ».

Ahmed Boukhari, représentant du Front Polisario à l’ONU, estime toutefois que « l’initiative américaine restera d’actualité », même avec un projet de résolution dilué. Pour lui, la controverse a fait apparaître « le vrai visage du Maroc et de ceux qui pensent avoir créé la notion même de droits de l’homme ». Une allusion claire au rôle de la France, qui n’est sans doute pas étrangère à l’infléchissement de la position américaine.

  • A lire aussi:

« Le Maroc soit respecter les droits de l’homme »

Sahara occidental: le Maroc sous pression des Etats-Unis

Rosa Moussaoui