Paris continue d’ignorer les Sahraouis

Posted on avril 7, 2013


L’Humanité :

L’Élysée et le Quai d’Orsay épousent les positions du palais sur le Sahara occidental.

Pas question pour François Hollande, pas plus que pour le chef de la diplomatie, Laurent Fabius, de faire de la question du Sahara occidental une pomme de discorde entre la France et le Maroc. La position de Paris n’a pas connu de rupture avec l’alternance : la France officielle reste alignée sur le « plan d’autonomie » cher à Mohammed VI. Au mépris des résolutions de l’ONU sur le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui. Et au mépris des droits humains.

Dans un communiqué, Human Rights Watch rappelle que « le 17 février, un tribunal militaire de Rabat a condamné 25 civils sahraouis, dont plusieurs défenseurs des droits humains, à des peines de prison (dont neuf à perpétuité) à l’issue d’un procès injuste, qui n’aurait pas dû se tenir devant un tribunal militaire. L’affaire découle des affrontements ayant éclaté en novembre 2010 quand les forces de sécurité avaient évacué un camp de protestation dressé par des 
Sahraouis à Gdeim Izik, au Sahara occidental. Onze membres des forces de sécurité et deux civils avaient été tués.

Le tribunal a condamné les accusés sur la base de leurs propres aveux, après avoir refusé d’enquêter sur leurs allégations indiquant que c’étaient de faux aveux, extorqués sous la contrainte ou la torture », dénonce l’ONG. Paris ne s’est jamais ému de ce verdict inique. Pour Jean-Paul Lemarec, du Corelso, une association de soutien au peuple sahraoui, la position de la France reste dictée par « des intérêts économiques, politiques, mais aussi par les intérêts personnels de ministres et de responsables socialistes ».

« Nous nous attendions à un rééquilibrage par rapport à l’ère Sarkozy, en faveur du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. Mais la France reste timorée, sous la coupe des intérêts marocains. Sans tirer aucun enseignement de ce qui s’est passé en Tunisie et en Égypte, regrette-t-il. Le discours officiel continue de louer les prétendus progrès du Maroc sur les droits de l’homme. »

Rosa Moussaoui

Advertisements