Sahara occidental, un débat sous tension

Posted on avril 1, 2013


MediaPart :

En 2011, le Forum social mondial de Dakar (Sénégal) avait été marqué par de violents heurts entre participants marocains et sahraouis, les premiers venant perturber les ateliers des seconds. Deux ans plus tard, les tensions persistent. Hier, jeudi 28 mars, des participants marocains ont empêché l’installation d’une exposition photo, exposition désormais hébergée sur le stand des anarchistes. Le vent du « printemps arabe » souffle aussi sur le Sahara occidental. Reporters Transméditerranée donne la parole aux deux parties.

« Le Sahara occidental n’a jamais appartenu au Maroc… »

Mariam Salma, porte-parole de l’Union des femmes sahraouis revendique l’indépendance et le droit à l’auto-détermination. En participant au FSM, elle souhaite faire reconnaître le peuple sahraoui aux yeux de tous.

 Propos recueillis par Delphine Zoundi

Comment vivez-vous en tant que femme le conflit du Sahara occidental ?

Mariam Salma : Le conflit qui se passe est très difficile à vivre car les familles sahraouies sont séparées ; certaines vivent dans les territoires occupés par le Maroc et d’autres dans les camps de réfugiés. Il existe aujourd’hui un mur de sable, avec des barbelés, tout au long du Sahara occidental. Certaines personnes ne peuvent pas aller voir leurs frères, leurs sœurs, ni même leurs parents. Je suis déçue par les Nations Unies et les autres pays qui n’ont pas su jouer leur rôle pour trouver une solution au problème du Sahara occidental. Et nous permettre d’avoir notre indépendance et d’exprimer ce que nous éprouvons.

Pensez-vous que la séparation du Sahara occidental du Maroc pourrait entrainer une guerre ?

M.S : Le Sahara occidental n’a jamais appartenu au Maroc. Ce sont deux pays différents ! Le Sahara occidental est une ancienne colonie espagnole, alors que le Maroc a été colonisé par la France. On ne peut donc pas parler de « division du Maroc » car ce sont à la base deux pays distincts. Après le départ des Espagnols, les Marocains sont venus pour occuper à leur tour le Sahara occidental. C’est pour cela que les Sahraouis ont pris les armes, pour lutter contre l’occupation marocaine. Certains sont alors partis se réfugier en Algérie. C’est pourquoi les Sahraouis demandent un référendum pour pouvoir exprimer leur choix : l’indépendance ou le rattachement au Maroc.

Une cohabitation pourrait-elle être possible entre les Marocains et les Sahraouis ?

M.S : Je ne suis pas contre, mais il faudrait que l’Etat sahraoui ne soit pas sous la domination de l’Etat marocain. Il faut un respect de l’autre pour pouvoir cohabiter ensemble.

Que pensez-vous des Marocains qui ne souhaitent pas vous laisser votre indépendance ?

M.S : C’est le système marocain. La monarchie ne veut pas donner le droit aux Sahraouis d’exister par eux-mêmes. C’est pourquoi les Sahraouis sont obligés de résister, afin d’avoir leur indépendance.

 Beaucoup de Marocains disent que les personnes vivant au Sahara occidental ne sont pas de véritables Sahraouis, que ce sont des étrangers venant des pays voisins…

M.S : Toutes les personnes qui vivent actuellement dans les camps de réfugiés sont de véritables Sahraouis qui sont partis de leur terre à cause des bombardements marocains. Les Nations Unies ont décidé de faire un référendum sur la base du recensement espagnol de 1973. Les Sahraouis vivant dans les campements sont inscrits dans ce recensement, ce sont donc bien de véritables Sahraouis.

Vous sentez-vous soutenus par les autres pays arabes ?

M.S. : Des associations du Liban et de la Libye ont reconnu notre cause et nous aident à avoir notre indépendance. Mais d’autres n’ont rien fait, surtout les pays du Golfe. L’Algérie nous a accueillis sur son territoire pour nous permettre d’installer les campements de réfugiés sur les frontières algéro-sahraouies.

Ne pensez-vous pas que l’Algérie vous aide pour profiter de vos richesses en retour ?

M.S : Je ne le crois pas. L’Algérie n’a jamais demandé une partie du Sahara occidental et n’a jamais eu de problème de frontières avec nous, même pendant la colonisation. On ne peut pas accuser un peuple qui a accepté de donner un refuge à un autre, qui a fui le feu sur son territoire, de le faire par stratégie. L’Algérie nous a aidés et nous accueillis quand les Marocains nous bombardaient. Les Algériens sont des amis et nous aident à obtenir notre indépendance.

Qu’attendez-vous du FSM ?

M.S. : Au Forum Social, il y a toujours des citoyens du monde entier pour les droits de l’Homme et la liberté. Nous voulons en profiter pour leur expliquer la cause sahraouie et pour que les associations qui défendent les droits humains ne nous oublient pas.

———————————————————————————————-

 « La lutte pour l’indépendance n’est pas le véritable problème »

Sahraoui d’origine, Abdelali Bounasr, 30 ans, a participé à une conférence sur « le printemps sahraoui ». Pourtant ce fonctionnaire à la mairie de Mansouria (province du Maroc) ne défend pas l’autonomie du Sahara occidental… Un porte-parole manipulé ?

Propos recueillis par Delphine Zoundi

Pourquoi ne voulez-vous pas que les Sahraouis obtiennent leur indépendance, vous qui êtes originaire du Sahara occidental ?

Abdelali Bounasr : Le monde est déjà tellement grand, pourquoi faire du Maroc un tout petit pays ? La lutte pour l’indépendance n’est pas le véritable problème des Sahraouis, c’est un faux problème créé par les généraux d’Algérie. Le gouvernement algérien profite des aides données aux réfugiés de Tindouf et s’empare des richesses du Sahara, comme le pétrole par exemple.

Pensez-vous que les droits de l’Homme soient respectés au Maroc vis-à-vis des Sahraouis ?

A.B : La situation n’est pas la même qu’en France, au Maroc nous avons des problèmes différents mais je pense que nous sommes sur la bonne voie. Aujourd’hui nous avons beaucoup plus de forums pour parler de l’accès aux droits des Marocains.

L’auto-détermination des Sahraouis est-elle une solution ?

A.B : Je suis pour les élections… Mais qui va voter ? Des Tchadiens, des Mauritaniens, des Maliens… ? Ce ne sont ni des Marocains ni des Sahraouis, ce sont des étrangers qui viennent des pays voisins et qui se sont installés dans le Sahara occidental, et parmi eux il y a des terroristes. Si on laisse voter ces derniers, cela entrainera la guerre dans notre pays.

Pourquoi y aurait-il une guerre ?

A.B : Il y a des terroristes dans le Sahara et pour moi le terrorisme est toujours synonyme de guerre.

Les Marocains sont-ils sensibles à la misère du peuple Sahraoui ?

A.B : Le Sahara marocain est dans la même misère que le Maroc, lorsque l’on parle de la misère de l’un, il faut parler de la misère de l’autre.

Comment voyez-vous la situation des Sahraouis dans l’avenir ?

A.B : Je vois l’avenir du Sahara comme l’avenir des autres régions du Maroc : en développement ! Un avenir uni entre nos deux peuples, inch’allah…

Publicités