Les organisations sahraouies déclarent TOTAL indésirable au Sahara

Posted on février 6, 2013


Apso Info :

Le 6 février 2013, les organisations sahraouies indiquées ci-dessous déclarent
Il y a un an, la compagnie française TOTAL SA a signé un accord avec le gouvernement marocain pour faire des études et des recherches dans les eaux de notre pays le Sahara Occidental. Elle vient de renouveler son engagement.
La lecture partielle, et l’interprétation abusive de l’avis juridique de l’ONU en 2002 sert à la compagnie à justifier son accord avec le gouvernement marocain.
Néanmoins, toute présence sur notre terre ou dans les eaux de notre pays pour une quelconque action sur nos ressources naturelles est illégale si nous n’y avons pas donné notre consentement.
En effet, dans notre situation qui est l’occupation par la force marocaine d’une grande partie de notre pays, même une lecture profane du droit international, de même que le bon sens, permet d’affirmer que nos ressources nous appartiennent, comme il nous appartient de décider ce que nous voulons en faire et pour quel usage.
TOTAL SA n’a donc rien à faire dans les eaux de votre pays ni ses partenaires, collaborateurs ou autres. La compagnie n’a pas demandé la permission, ni ne l’a reçue, ni auprès du mouvement de libération qui nous représente officiellement devant l’organisation des Nations Unies, ni de notre part, société civile et peuple Sahraoui.
Nous sommes contre toute observation, recherche, exploitation qu’elle soit de gaz, de pétrole, d’eau ou de tout autre substance, sur notre terre et dans nos eaux.
Les valeurs traditionnelles de notre peuple sont le respect de la nature, de la végétation et des animaux, de son rythme et de son écosystème, et non la destruction et le pillage au profit d’un fonctionnement économique sans règle, ni respect de la terre. L’utilisation des énergies fossiles, la destruction des réserves souterraines, hypothèquent l’avenir de nos enfants sur notre territoire tellement fragile et exigeant. Ce mode de consommation n’est pas l’avenir quand il existe des moyens d’utiliser des énergies qui se renouvellent.
Le Polisario et le gouvernement marocain cherchent depuis 1991 une solution pour sortir de la colonisation du pays, dans le cadre des Nations Unies, date à laquelle nous avons suspendu la guerre. Le vol de nos ressources est la raison pour laquelle le Maroc refuse d’entrer dans les négociations. Il ne lâchera notre terre qu’exsangue de son eau, de ses poissons et de toutes ses ressources minérales… Nous ne pouvons l’admettre, et n’aspirons qu’à la paix, et la bonne entente avec nos voisins. Depuis 38 ans, nos frères vivent en exil des conditions très difficiles et nous vivons sous l’indignité, l’oppression et la discrimination, il faut que cela cesse.
L’accord donné à Total par le Maroc est impossible. Le gouvernement français doit dire à Total et à toutes ses entreprises qu’il leur est interdit de venir travailler chez nous – avec l’accord et en payant au Maroc – tant que la situation est dans cet état. Leur présence et leur action soutiennent l’action colonisatrice, et c’est tout le contraire de ce que travaille l’ONU par le biais de son envoyé spécial son excellence l’ambassadeur Christopher Ross.
Nous, signataires de cette déclaration, sommes contre la présence de Total au Sahara Occidental. Nous demandons à la compagnie d’arrêter toutes ses recherches et de partir immédiatement.
Pour avoir l’avis de tous les sahraouis sur la question de l’utilisation de nos ressources naturelles, il est urgent que s’organise le référendum par lequel nous exprimerons notre décision sur notre devenir, et sur les valeurs politiques, économiques et sociétales qui feront notre avenir.
AFAPREDESA, association des familles des prisonniers et disparus sahraouis
ARSF – Association des réfugiés Sahraouis en France
ASF – Association des Sahraouis en France
Association sahraouie pour la protection et la diffusion de la culture et le patrimoine sahraouis
ASVDH – Association sahraouie des victimes de violations graves des droits humains commises par l’Etat Marocain
CARASO – Comité d’Action et de Réflexion pour l’Avenir du Sahara Occidental (France)
CODAPSO – Comité de Défense du Droit à l’Autodétermination du Peuple du Sahara Occidental
CODESA – Collectif des défenseurs sahraouis des droits de l’homme
Comité sahraoui de défense de droits de l’homme à Essmara
Comité des mères des 15 enlevés
Coordination Gdaym Izyk,
Coordination sahraouie de défense des droits de l’homme à Tantan
CSPRON – Comité de soutien du plan onusien et la protection des ressources naturelles
CSTS – Confédération Syndicale des Travailleurs Sahraouis
EM – Equipe Média
FAFESA – Forum Avenir de la femme sahraouie
Groupe des sahraouis refusant la nationalité Marocaine
Le centre sahraoui de la conservation de la mémoire commune
LSDHPR- Ligue sahraouie de la défense des droits humains et la protection des ressources naturelles, Bougdour
Observatoire de défense des droits de l’homme et de la protection des ressources naturelles à Dakhla
UESARIO – Union des étudiants de Saguia el Hamra y Rio de Oro
UGTSARIO – Union des travailleurs de Saguia el Hamra y Rio de Oro.
UJS – Union des Juristes Sahraouis
UJSARIO, l’Union de la jeunesse de Saguia el Hamra y Rio de Oro,
UNMS, Union Nationale des femmes sahraouies,
UPES – Union des journalistes et écrivains sahraouis