Je t’aime moi non plus – Maroc / Algérie: les frères ennemis

Posted on janvier 18, 2013


France Culture :

S’il est surtout deux pays qui répondent à l’appellation « frères-ennemis », c’est bien l’Algérie et le Maroc. Frères d’abord (ou beau-frère pour certains): avec une langue, une religion, et une identité arabo-berbère communes, les deux pays sont proches par de nombreux aspects. Ils se sont même entraidés par le passé. Pendant la guerre d’Algérie, le FLN trouva refuge, à plusieurs reprises, au Maroc voisin, indépendant depuis 1956.

Pourtant, la lune de miel entre les deux pays a vite tourné au vinaigre. «Ennemis» donc! Au lendemain des indépendances d’abord, avec en 1963 la guerre des Sables, conséquence directe du tracée aléatoire de la frontière entre l’Algérie et le Maroc. Puis, plus récemment, et toujours autant d’actualité, le conflit au Sahara occidental qui oppose le Maroc au Front Polisario, un mvt indépendantiste créé en 1973 pour lutter contre l’occupation espagnole. Le 6 novembre 1975, le roi du Maroc Hassan II appelle les marocains à une grande marche pacifique – la « marche verte » – en direction du sud en vue de récupérer ce qu’ils considèrent à l’époque comme leurs territoires historiques occupé alors par l’Espagne. Et alors que les manifestants se dirigent vers le sud, l’armée marocaine intervient pour attaquer le Front Polisario. L’Algérie fut très critique – au nom du principe d’autodétermination des peuples – de ce qu’elle considère alors comme une annexion. Le front Polisario, soutenu par l’Algérie, avait proclamé en 1976 la République arabe sahraouie démocratique au Sahara occidental. Une lutte armée s’engagea alors entre Rabat et le Polisario jusqu’à un cessez le feu de 1991. Quelles sont les causes profondes de l’animosité entre le Maroc et l’Algérie? Les récentes avancées diplomatiques permettent-elles de croire à un rapprochement / à une réconciliation des deux pays? Pourquoi la frontière terrestre est-elle toujours fermée entre les deux pays? Comment ces tensions entre l’Algérie et le Maroc entravent-elles le projet – toujours à l’arrêt – d’Union pour un Maghreb Arabe?

Invité(s) :
Pierre Vermeren, historien spécialiste des sociétés maghrébines
Slimane Zeghidour, chercheur à l’IRIS et rédacteur en chef à TV5 Monde
Bachir Moutik, militant pour l’indépendance du Sahara Occidental, membre du CORELSO – Comité pour le respect des libertés et des droits humains au Sahara occidental.

Ecouter l’émission : France Culture