Petit bilan des droits de l’homme au Maroc en 2012 à l’usage des amis qui ne connaissent pas le pays

Posted on janvier 7, 2013


Solidarité Maroc :

Par M-J F Solidmar, 9/1/2013
Droit à la vie, à l’intégrité physique
De plus en plus de violence, répression et tabassage parfois jusqu’à la mort. Principale cible : le M20F(Mouvement du 20 février, début du printemps marocain)   Partout la  torture : viols à la bouteille, ongles et cils arrachés, suspension pendant plusieurs jours par les mains, etc. Pourtant interdite d’après la Constitution. Le recours à la torture est maintenant dénoncé dans tous les rapports : ONU, Union Européenne, Centre Kennedy, Amnesty, Acat, HRW, etc.
Détention politique
Arrestations pour n’importe quel motif, souvent les plus farfelus. Principales victimes : les jeunes du M20F. Souvent longues peines : 12 ans pour une manif non autorisés, 1an pour avoir mimé le roi, 2 ans à un rappeur, un poète, 2 mois pour des ados qui ont dénoncé l’augmentation exorbitante de l’eau et de l’électricité. Aveux arrachés sous la torture, feuille blanche signée sous la torture. Au moins 70 jeunes du M20F en prison pour avoir réclamé la démocratie, le travail, la dignité, la liberté. En 2012 j’ai noté sur un tableau que je tiens à jour: 146 arrestations dont 24 libérés. Mais bien sûr, c’est incomplet et je ne lis pas les infos en arabe.
Situation dans les prisons
Inhumaine, entassés, parfois couchés à tour de rôle. Saleté, maladies, torture, mélangés avec droits communs qui sont incités à torturer, etc. Mauvaise nourriture. Pour protester contre les conditions de vie ignobles dans les prisons un vaste mouvement de grèves de la faim, souvent illimitées depuis début 2012. Ezzedine Errouissi a tenu jusqu’à la fin de sa peine, 135 jours, menotté et perfusé par force pour être maintenu en vie.
Les libertés publiques
En régression. De manière arbitraire des associations sont interdites, restriction de liberté syndicale, de circulation, de liberté de religion, de rassemblements pacifiques. Utilisation de bombes lacrymogènes, de canons à eau, pour dissuader. Embauche de baltagis pour maltraiter les militants, répression sans limites, car impunité totale. Violation du droit à s’organiser : diplômés chômeurs, tracasseries ignobles envers l’AMDH et surtout le M20F que le pouvoir veut casser à tout prix
Liberté de la presse
Pour pouvoir continuer à exercer sa profession le journaliste doit s’autocensurer. Journaux saisis, amendes exorbitantes, prison… Humour sanctionné ! Sur Internet une presse d’opposition de qualité. La presse officielle : propagande, mensonges.
La Justice marocaine
Pas d’indépendance. Justice aux ordres. Jugements inéquitables. Aveux arrachés sous la torture. Souvent pas d’avocats, pas de témoins. Procès fabriqués. Procès reportés sans raison. Guerre des nerfs. Ali Aarrass : 15 ans de détention sans aucune preuve. Corruption : institution nationale. La peine de mort n’est pas abolie
Droit des femmes
Les femmes font partie de la population la plus menacée dans son intégrité, en particulier les plus jeunes si souvent victimes de viol. La tragique histoire du suicide d’Amina Filali violée à 14 ans , obligée d’épouser son violeur, en vertu de l’article 475 du code pénal, a fait le tour du monde. Les femmes sont exposées à toutes les violences masculines dans la rue, au travail, dans la famille. Rejet ignoble des mères célibataires qui se retrouvent dans la rue..
Droits économiques, sociaux, culturels
Déficit budgétaire. Droits en recul dans tous les domaines : niveau de vie, égalité hommes-femmes, liberté de la presse, éducation etc. En hausse pour la corruption. Très léger mieux pour l’alphabétisation, mais 44% de la population n’a pas fréquenté l’école. Droit à la santé, droits des handicapés etc : il y aurait tant à dire ! Droit à un environnement sain … Abus écologiques.
Droit au travail
Chômage massif, touche principalement les jeunes, les diplômés de familles modestes.
Droit des travailleurs
Licenciements arbitraires surtout en cas de création de syndicat,  responsables syndicaux premiers licenciés. Nouveau code de travail en préparation, mais l’ancien n’est pas appliqué. Normes de sécurité pas respectées, 5 morts dans les mines de Jbel Aouam. Droit de grève pas respecté : renvoi. Des conflits partout…
Les régions marginalisées, les richesses volées
3 exemples :
Imider, commune dans la détresse. Dans son sous-sol la plus grande mine d’argent d’Afrique dont ne profite pas la population (mais principalement le roi). Lutte exemplaire. Meneurs en prison.
Anfgou et les villages voisins, perchés à plus de 1500 m dans le Moyen Atlas, niveau de vie : Moyen Âge. Sur son sol, les plus belles forêts de cèdres, trésor exploité, mais pas par la population qui est dans la misère
Chlihat : l’Etat vend à des Espagnols leurs riches terres agricoles. Répression, arrestations, moustiques ! (rizières)
Le Sahara Occidental, colonisé arbitrairement par le Maroc 
 Vol des richesses (pêche, phosphates, sable etc.) répression violente, arrestations, torture, ddH bafoués. La population  en attente du référendum d’autodétermination depuis 35 ans.
Le droit des enfants pas respectés
Toujours beaucoup d’enfants des rues, et des « petites bonnes », non scolarisés, exploités. Travail domestique : 12h/j, 7j/semaine, 100DH (10€)/mois) Le Maroc parmi les pays les plus « réputés » pour la pédophilie et le tourisme sexuel, souvent seul revenu d’une famille. Souffrance des enfants « illégitimes », rejetés à la rue avec leur mère parce que nés hors mariage.
Droits civiques
Roi : monarque absolu de droit divin qui a tous les droits. Tout lui est dû, sauf les critiques ou les plaisanteries qui sont sévèrement punies de prison et de fortes amendes.
Droit à l’éducation, école
Etat déplorable de l’école publique  sur le plan pédagogique (enseignants peu ou pas formés) et le plan matériel. Certaines écoles n’ont ni électricité, ni eau, ni sanitaires, ni matériel scolaire, et mobilier insuffisant. Écoles privées pour ceux en ont les moyens… Grèves des enseignants fréquentes, etc.
Droit des migrants
Les droits les plus élémentaires ne sont pas respectés, racisme d’Etat. Migrants chassés en Algérie ou déposés dans le désert, militants arrêtés…
Droits culturels
L’Etat privilégie les festivals luxueux pour riche clientèle… Mais les jeunes espoirs : poètes, chanteurs, rappeur se trouvent en prison…
Manque de moyens dans tous les domaines
Mais : Le roi est le 7ème monarque le plus riche de la planète, le plus riche monarque d’un pays sans pétrole qui a multiplié par 5 la fortune colossale de son père.. L’argent du peuple est dilapidé en projets de luxe superflu : TGV, méga-centres commerciaux, festivals, cadeaux de grande valeur à des chefs d’Etat…Et en même temps Sa Majesté demande des aides financières à l’Europe, au Qatar…Question de dignité !
———————
Mais le peuple marocain ne baisse pas les bras. Des centaines d’associations tentent de palier les carences de l’Etat, en particulier à l’égard des femmes, des mères célibataires, des enfants abandonnés  et des populations marginalisées : Collectes pour les villages oubliés du Moyen Atlas, campagne de parrainage de prisonniers politiques pour apporter un peu de chaleur à ces jeunes privés de liberté pour avoir demandé la démocratie !
Ce n’est pas complet, il y a des oublis. Pour tout dire il faudrait un livre !
A lire et à méditer. Bon courage !
Publicités