Retour de Total au Sahara Occidental avec un contrat pétrolier géant

Posted on décembre 1, 2012


total_block_610WSRW :

Cela a fait sensation au Conseil de Sécurité quand le géant pétrolier français Total a signé un accord pétrolier au Sahara Occidental occupé en 2001. Trois ans plus tard, ils se sont retirés. Mais maintenant, ils sont de retour.

En juillet 2011, WSRW a publié un article montrant comment la compagnie nationale marocaine ONHYM avait creusé trois nouveaux et grands blocs pétroliers dans le sud, au large du Sahara Occidental.

Aucune compagnie n’avait à l’époque signé pour les blocs, selon la carte ONHYM.

Maintenant, cependant, il est clair que la compagnie française Total a signé pour l’ensemble du lot, par le biais d’un contrat monstre de prospection pétrolière. La nouvelle carte publiée sur les pages Web ONHYM montre que les 3 blocs de l’année dernière ont été réunis en un seul bloc massif, couvrant une étonnante surface de 100,926,70 km ² . Le nom du nouveau bloc est Anzarane Offshore, et est représenté par la zone rose sur l’image ci-dessus.

Aucune date de publication ou de production n’apparaît sur la carte elle-même [télécharger ici], mais les propriétés du fichier PDF montrent qu’il est daté du le 8 mars 2012. Un aperçu publié sur les pages Web ONHYM le 27 février 2012 montre que l’accord a déjà été signé, un autre affirme que la signature est déjà faite en 2011. Le nom du bloc – et la participation de Total sur celui-ci – apparaît également dans un fichier [télécharger ici] publié par Longreach Oil and Gas le 19 mars 2012. Le rapport Longreach mentionne qu’un bloc Total offshore a été signé « récemment ». Ce n’est que maintenant cependant que la localisation exacte du bloc Anzarane est claire. WSRW ne sait pas quand en 2012 la nouvelle carte a été téléchargé sur les pages Web de l’ONHYM. Une source donne les parts de Total dans Anzarane à 75%.

Total s’était retiré de son accord de reconnaissance initiale en 2004, citant le manque de potentiel de la région. Il a, cependant, de temps en temps circulé des rumeurs qu’ils voulaient revenir. Maintenant, ils sont de retour dans la région même où ils étaient, même si la zone est aujourd’hui encore plus importante que dans la période 2001-2004.

« Le retour de Total au Sahara Occidental occupé est une triste nouvelle pour le peuple sahraoui. En faisant cela, Total compromet directement les efforts de paix de l’ONU et sabote le droit international. Nous lançons un appel à la société pour reconsidérer immédiatement son implication », a déclaré Erik Hagen, président de Western Sahara Resource Watch.

M. Hagen a déclaré que WSRW enverra dès que possible une demande directe à Total sur l’exactitude des informations publiées sur les pages Web de la compagnie pétrolière nationale marocaine. Aucune information sur le bloc Anzarane ne se trouve sur les propres pages web de Total.

Lorsque Total – alors TotalFinaElf – a signé une licence pour la même superficie en 2001, le Conseil de sécurité a demandé à son Bureau juridique de produire une opinion sur la légalité de l’accord de l’entreprise avec le Maroc. Le Bureau juridique a conclu qu’il serait en violation du droit international si l’exploration et l’exploitation se poursuivaient au mépris des souhaits et intérêts du peuple du territoire.

C’est actuellement ce qui se passe.