Le patriotisme (marocain) n’est plus gratuit

Posted on décembre 1, 2012


Demain Online :

Le 4 novembre dernier, une marche organisée par l’ambassadeur du Maroc àBruxellesSamir Addahre, et encouragée par son épouse et muse Samira Sitail, la directrice de l’information de la chaîne publique 2M, qui avait fait le déplacement, avait lieu dans les rues de la capitale de l’Europe.

L’objectif de cette marche : démontrer aux Européens que les Marocains d’Europe défendent becs et ongles la marocanité du Sahara occidental. Par amour pour la patrie, bien entendu…

Or, selon le site Rue20, plusieurs responsables d’ONGs marocaines qui ont aidé dans l’organisation de la marche ont menacé la semaine dernière l’ambassadeur Addahre de manifester devant son ambassade s’il ne réglait pas les … frais occasionnés par leur déplacement « patriotique ».

D’après les sources qui se sont confiées à Rue20, l’ambassadeur Addahre et le ministère chargé des marocains résidant à l’étranger avaient convenu avec ces sincères militants pour la cause du « Sahara marocain » de subvenir à tous leurs frais : transport, nourriture et sûrement quelques enveloppes bien garnies.

Mais après la manifestation « patriotique », l’ambassadeur s’est inscrit aux abonnés absents et Abdellatif Mâzouz, le ministre délégué auprès du Chef de gouvernement chargé des marocains résidant à l’étranger,  a refusé de régler la facture en arguant, à juste titre, le manque de « patriotisme » de ces ONG.« Oul watania fine hia? », s’est sûrement exclamé ce ministre istiqlalien.

Le scandale allait éclater, démontrant encore une fois que le patriotisme dans ce pays se fait souvent à la télécommande et contre des monnaies sonnantes et trébuchantes, quand Fouad Ali El Himma, le conseiller royal pour les affaires obscures, a décroché le téléphone pour sermonner sévèrement le ministre Mâzouz.

Aux dernières nouvelles, le pauvre ministre qui dépend théoriquement du Chef du gouvernement et non d’un quelconque conseiller royal, s’est exécuté et a ordonné le paiement de cette facture pas très patriotique.

Et oui, le patriotisme n’est plus ce qu’il était !

URL courte: http://www.demainonline.com/?p=23145

Publicités