Le budget de la monarchie marocaine à l’épreuve du droit de regard des citoyens

Posted on novembre 23, 2012


Demain Online :

Opinion. Quand on compare les coûts des monarchies européennes à celui de la monarchie marocaine, on est d’abord sidéré devant des écarts stratosphériques qui dépassent l’entendement et défient la logique. Il est vrai que le Marocain lambda parvient souvent à conjurer son angoisse devant l’absurde et l’arbitraire en se disant qu’«Il n’y a pas de place pour l’étonnement au pays de l’étonnement» (In Kounta fi’l Maghrib, falâ tastaghrib) ; mais là, on est bien au-delà des limites du bon sens et de la décence. Pour y voir plus claire, voici un échantillon de démocraties européennes comparées au cas insolite du Maroc [i]:

Ce tableau approximatif gagnerait certainement à être vérifié par un spécialiste et, éventuellement, complété par d’autres cases : celle, notamment, des salaires/ fortunes des chefs d’états ou celles relatives aux taux d’analphabétisme[ii], de pauvreté et de corruption[iii] dans chacun de ces pays. On pourrait même élargir le champ des comparaisons en y ajoutant une nouvelle colonne réservée aux pourcentages des budgets alloués aux monarchies (et à la présidence de la république française) sur la base de leurs PNB respectifs [iv] et, par la même occasion, mettre ces différents pourcentages en corrélation avec d’autres budgets aussi prioritaires que l’éducation, la santé, la culture, la recherche scientifique, les transports, les infrastructures etc.

Sans doute, on risquerait d’apprendre beaucoup de choses sur notre « royaume enchanté », que certains responsables politiques se plaisent à comparer, quand ça les arrange, aux monarchies parlementaires d’Europe[v]. Dans l’intervalle, il est permis de s’interroger sur le bien-fondé d’un budget aussi colossal que celui accordé au palais royal, lequel représente :

– Dix sept fois celui accordé au Roi des Belges,

– Neuf fois celui octroyé à la Couronne d’Espagne,

– Huit fois celui voté en faveur de la monarchie de Norvège

– Six fois celui de la Maison d’Orange-Nassau (famille régnante des Pays – Bas)

– Quatre fois celui dont bénéficie la famille royale britannique : certes, la plus couteuse d’Europe, mais dont le PNB brut est treize fois supérieur à celui du Maroc !

Avec un budget aussi insolant, et comme il n’y a pas lieu de s’étonner au « royaume de l’étonnement », on peut ainsi pousser plus loin le raisonnement par l’absurde : le Maroc serait-il huit fois plus avancé que la Norvège en termes de développement humain, six fois plus démocratique que la Hollande ou quatre plus parlementaire que la monarchie britannique ? On peut se demander aussi, si le Maroc, comparé à la France, réalise – et ça se saurait ! – des performances économiques deux fois plus importantes que celles de ce pays? En effet, pour une économie dont le poids du PNB pèse presque quatorze fois plus lourd que celui du Maroc, avec une population qui fait à peine le double de celle du « plus beau pays du monde », quelle équation permettrait d’aboutir à un budget (de la monarchie) deux fois plus important que celui de la présidence de la république ?

Dans une démocratie digne de ce nom, c’est-à-dire qui se respecte et respecte ses citoyens, les représentants du peuple exercent un droit de regard sur les finances publiques. Rien d’exceptionnel là-dedans, puisqu’on a affaire à des dépositaires de la souveraineté populaire qui l’exercent en conformité avec le mandat pour lequel ils ont été élus par les citoyens. Mais le Maroc, comme on le sait, n’est pas une démocratie et ses élections législatives, en dépit de leur « transparence » formelle, ne changent rien à la réalité autocratique de son système politique. Une bien triste évidence pour un régime où ceux qui sont désignés dans la constitution octroyée comme «Nouwâb al-Oumma» (Représentants de la Oumma) – et non pas représentants du peuple (une nuance de taille)[vi] – courbent l’échine et entérinent sans aucun débat contradictoire un budget faramineux, fixé cette année à environ 234 millions d’euros, concédé au palais royal ; donnant ainsi une piètre image d’une institution parlementaire réduite au rôle subalterne d’une chambre d’enregistrement.

Or, que des citoyens manifestent pour dénoncer une telle dérive, c’est bien, là, la preuve d’une grande mutation politique : celle d’une société très en avance au regard des prétentions autocratiques d’un régime qui n’a pas encore saisi les leçons du printemps arabe. Mais c’est surtout le signe d’une conscience citoyenne que ce même régime refuse d’admettre ou, plutôt, n’a toujours pas compris ; d’où son entêtement anachronique à gérer les affaires de l’état et de ses institutions avec la mentalité makhzanienne du siècle dernier.

D’où aussi la nécessité de souligner l’importance symbolique de l’événement : car ce à quoi nous avons assisté le dimanche 18 novembre 2012, à Rabat[vii], n’est rien moins que la manifestation d’une société civile dynamique et qui a toutes les raisons de ne pas – ou plus – se sentir représentée par une élite politique aussi servile, aussi corrompue et qui continue de reproduire jusqu’à la caricature certains réflexes pavloviens d’un autre âge. C’est qu’elle n’a toujours pas saisie, elle aussi, les tendances de fond qui traversent la société marocaine à l’heure du printemps arabe : une société éprise de justice sociale et de liberté, pleinement consciente qu’encore une fois la volonté des citoyens a été dévoyée, et qui entend ainsi exercer son droit de regard sur les finances publiques.

Karim R’Bati

[i] http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_IDH (Classement des pays selon «l’Indice de développement Humain », IDH)

[ii] http://www.indexmundi.com/g/r.aspx?t=0&v=39&l=fr (Classement des pays selon pourcentages d’alphabétisation)

[iii] http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_perception_de_la_corruption#Classement(Classement des pays selon l’indice de perception de la corruption)

[iv] http://www.indexmundi.com/g/r.aspx?v=65&l=fr (Classement des pays selon le «Produit National brut », PNB)

[v] http://fr.myeurop.info/2011/04/29/aux-frais-de-la-princesse-le-cout-des-monarchies-2289  (le coût des monarchies européennes)

[vi] http://www.toupie.org/Dictionnaire/Souverainete_nationale.htm (sur les notions de «souveraineté nationale» vs «souveraineté populaire»)

[vii] http://www.slateafrique.com/98513/maroc-la-police-empeche-un-rassemblement-pour-une-reduction-du-budget-royal

URL courte: http://www.demainonline.com/?p=22980

Advertisements