Un exemple typique de propagande marocaine

Posted on novembre 20, 2012


La Tribune du Sahara :

Nick Brooks

Article publié via la page Moroccan Propaganda Watch sur Facebook:

Un évènement de deux heures aura lieu au Parlement européen en solidarité avec les enfants sahraouis marocains détenus dans les camps du Polisario de Tindouf.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance célébré le 21.11.2012, le Mouvement International pour la Conclusion de l’Intégrité Territoriale du Maroc, en collaboration avec la Coordination Européenne de l’Autonomie au Sahara Marocain et l’Union des associations d’Alsace et de Lorraine, a fait appel à une manifestation dans la Place de l’Europe, à Strasbourg, au siège du Parlement européen, de 15h à 17h, en solidarité avec l’opération «Colombe Blanche» en faveur des enfants sahraouis et leurs familles et parents enlevés sur le sol algérien, pour dénoncer les crimes et les violations des droits humains commises par le Polisario, soutenu par l’Algérie, contre les enfants sahraouis.

Ceci est enlèvement assez dévergondé d’une journée destinée à améliorer la situation difficile des enfants dans le but de promouvoir un agenda impérialiste d’agression et la normalisation d’une occupation militaire illégale.

Maintenant, le Maroc manifeste sa propagande sur le Sahara occidental par le biais de manifestations «populaires» organisées par des groupes monarchiques d’avant-garde au coeur de l’Europe. Le Maroc a toujours fabriqué des accusations du diabolique Polisario retenant des personnes captives dans les camps d’Algérie.

En réalité, ces camps logent des Sahraouis autochtones et leurs descendants qui ont été expulsés de leurs terres suite à l’invasion marocaine et l’occupation du Sahara occidental. Beaucoup de ces gens entrent et sortent des camps, vers l’Algérie et d’autres pays, et vers les différentes parties du Sahara occidental contrôlées par le gouvernement du Front Polisario (d’où le « Mouvement pour la Conclusion de l’Intégrité Territoriale » – code de la conclusión de l’occupation et l’annexion du Sahara occidental). Human Rights Watch a vérifié les déclarations de ceux de nous qui avons passé du temps dans les camps, que les allégations marocaines sur l’esclavage et autres violations massives des droits de l’homme sont infondées. Le Maroc souhaite que nous voyions le Polisario, qui est le représentant légitime du peuple sahraoui (reconnu comme tel par les Nations Unies et le Maroc dans les négociations de paix, et comme le gouvernement légitime du Sahara occidental par l’Union africaine et des dizaines de pays du monde) comme le méchant loup. Le Maroc ne peut gagner la bataille de ses «droits» sur le Sahara Occidental d’une autre manière qu’en tergiversant et en centrant le problème dans un contexte de lutte entre le « gentil » Maroc et le « méchant » Polisario. Un peu comme de l’homme riche qui vient de chez l’agresseur et l’agresseur veut toujours se présenter comme victimes.

Cette bêtise de « sahraouis marocains » suggère que le Maroc veut que ces personnes « retournent » dans un Grand Maroc forgé par l’invasion et l’occupation du Sahara occidental (et, si vous regardez, il ne s’arrête pas aux cartes du Maroc, ni aux débats sur les territoires sur lesquels le Maroc revendique des «droits historiques»). En effet, le Maroc ne veut pas que les plus de 200.000 sahraouis indépendantistes rentrent dans le territoire illégalement occupé et que les Sahraouis considèrent comme leur patrie. Dans tous les cas, le Maroc a souvent dit qu’il ya beaucoup moins de gens dans les champs qu’ils n’existent dans la réalité. Alors que dire de ceux dont il ne reconnaît pas l’existence? Il prétend également que les gens des camps ne sont pas des sahraouis, mais venus du Sahel. Comme d’habitude, il ne peut faire passer ses histoires inventées de toutes pièces.

Le palais, le roi, le gouvernement marocain et tous les Marocains, devraient avoir honte de cette exploitation cynique d’une génuine cause humaine. N’est-il pas temps que le printemps arabe du Maroc se mette, sérieusement, en marche?

Sand & Dust, 20 Nov 2012