Avec Christopher Ross, les Nations unies reprennent la main au Sahara occidental !

Posted on novembre 10, 2012


Ecrire pour les libérer :

 

L’envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies, par ailleurs prestigieux diplomate américain, aux côtés de Aminatou Haïdar, de Mohamed Dadach…. et de bien d’autres dans les locaux de la MINURSO à El Aïoun! Quand les photos de ces personnalités, témoignant d’un contexte amical et chaleureux, nous sont parvenues sur l’écran, l’évidence d’un tournant historique s’est vraiment imposé! Christopher Ross par des gestes forts, faisait face à l’habituelle arrogance marocaine et rendait un hommage très appuyé aux militants sahraouis qui pour la plupart luttent pour l’indépendance de leur pays depuis 1975… depuis 1991, jamais l’ONU n’avait envisagé de recevoir les Sahraouis « peu conformes » dans ses locaux…

Depuis le mois d’avril et le désormais fameux rapport du Secrétaire général (newsletter n°26), le roi du Maroc a du à de nombreuses reprises baisser sa garde! Echec de la campagne marocaine contre Christopher Ross. L’envoyé personnel est maintenu et encouragé dans ses récentes initiatives.(newsletter n°30)
Missions au Maroc et au Sahara occidental à l’initiative du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies et de la Fondation américaine Robert Kennedy, que les autorités marocaines n’ont pu empêcher (newsletter n°36). Missions qui ont levé le voile sur la situation au Sahara occidental, dans les prisons et les prétoires. Toutes informations utilisées par le département d’Etat américain pour répondre aux interrogations du Congrès de décembre 2011.(newsletter n°37)

La longue visite de Christopher Ross dans la région du 27 octobre au 7 novembre, pendant laquelle il a non seulement rencontré chefs d’Etat et dirigeants mais de nombreux « acteurs » des sociétés civiles, lui a permis de clairement réaffirmer la position de la Communauté internationale : « à Smara, dans les camps de réfugiés Ross a redit, la détermination de l’ONU à trouver un règlement sur la base d’une solution garantissant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. » Cette réaffirmation d’engagements très anciens… prend d’autant plus de sens qu’elle correspond à un engagement personnel, ainsi que l’a dit Christopher Ross au Président algérien Abelaziz Bouteflika.

La fuite en avant orchestrée par Mohamed VI à la suite de cette mission qui n’a jamais été complaisante, doit inviter l’Europe, la France, l’Espagne à manifester de la même fermeté, à l’égard d’un pouvoir qui s’accroche à de vaines chimères. Comment accepter la répression des rassemblements pacifiques qui se sont tenus nombreux dans les principales villes du Sahara occidental, pendant et après le départ de Christopher Ross? comment tolérer l’expulsion d’observateurs espagnols venus à El Aïoun rencontrer les Sahraouis de Gdeim Izik? comment accepter le maintien en prison des Sahraouis qui n’ont fait qu’exprimer pacifiquement ce que recommande l’ONU: l’organisation d’un référendum au Sahara occidental?

L’autonomie, « façon marocaine « , soutenue par la France n’est plus d’actualité. L’actualité c’est la sécurité et la liberté d’expression au Sahara occidental garanties et contrôlées par la MINURSO. Le Conseil de sécurité et la France en particulier doivent s’y préparer, afin qu’en avril prochain date du renouvellement de son mandat, la Mission de paix de l’ONU prépare avec ces dispositions, de réelles conditions pour la tenue d’un référendum libre et sans contrainte et signifie au Maroc que le temps de la complaisance est terminé.

 

Association des Amis de la RASD 356 rue de Vaugirard 75015 Paris
www.sahara-info.org / www.ecrirepourlesliberer.com

 

 

Publicités