Premier jour de la visite de Ross au Sahara Occidental sous très haute surveillance sécuritaire coloniale

Posted on novembre 1, 2012


Équipe Médias : Calme apparent sur la ville d’El Aaiun occupée, aujourd’hui 31 octobre 2012, quatre heures après l’arrivée de M. Christopher Ross, envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara Occidental.

 

Plus de six mille (6000) agents marocains des services de renseignements, de la police, des agents forces auxiliaires et des militaires marocains sont arrivés au cour des trois derniers jours à El Aaiun, la capital occupée du Sahara Occidental.

 

Ces effectifs s’ajoutent aux effectifs sécuritaires qui ont au moins triplés depuis la grande manifestation de Gdaim Izik en 2010, et qui stationnent visiblement dans tous les quartiers de la ville nuit et jour.

 

 

 

Les nouveaux arrivés se sont déployés aujourd’hui autour du siège de la Minurso à l’Hôtel PARADOR et dans les quartiers Ma’atalah, Lina’ach, El Fateh, Zemla, les appartements rouges, Lhchicha, prés du quatrième arrondissement, boulevard Essmara.

 

Selon nos correspondants, les forces d’occupation empêchent les citoyens de passer à proximité du siège de la Minurso.

 

 

 

Aminatou Haidar présidente du collectif des défenseurs sahraouis des droits de l’homme a été empêchée de passer sur la route proche du siège de la Minurso. Une patrouille de la DST l’a même poursuivie jusqu’au quartier Ma’atala.

 

L’un des agents est alors descendu de voiture pour prendre des photos d’elle, ce contre quoi Mm Aminatou a vigoureusement protesté. Elle a également pris des photos des agents et de leur voiture.

 

 

 

Dans le même quartier Ma’atala, des enfants sahraouis d’une douzaine d’année se sont regroupés dans la rue et ont commencé à crier contre l’occupation marocaine, dont ils subissent l’oppression, les discriminations et la violence depuis leurs naissances.

 

Des policiers marocains en civils sont intervenus brutalement contre la dizaine d’enfants.  ZDIDAT Limam un enfant de 12 ans a été blessé dans l’attaque. Il souffre de plaies à l’oeil et d’un important hématome à la hanche.

 

 

 

Dans le quartier Lina’ach, d’autres enfants sont sortis pour faire eux aussi une manifestation. Ils ont rapidement été pris en chasse par des policiers marocains en civils. Dans le groupe d’un dizaine d’adolescents, ABAILI Yousef, 15 ans a été battu par plusieurs policiers en civils armés de matraques puis relâché. Il souffre de nombreux hématomes au visage et sur tout le corps.

 

 

 

C’est dans un climat potentiellement explosif que M. Christopher Ross rencontre ce soir au siège de la Minurso des Chiokh de tribus sahraouies.

 

Ces anciens, acteurs du système de représentation tribal encouragé et subventionné par le gouvernement marocain pour maintenir une division artificielle du peuple Sahraoui, ne représentent plus les sahraouis des territoires occupés, ni n’ont plus de fonction de chef sur la jeunesse sahraouie, ni sur les nouvelles générations de résistants. Cela s’est révélé clairement lors de la manifestation de Gdaim Izik et depuis.