L’UE poursuit ses pourparlers sur la pêche

Posted on octobre 29, 2012


WSRW :

Le moment ne pouvait guère être pire. Un nouveau cycle de
négociations de l’UE avec le Maroc en matière de pêche au large des côtes du
Sahara Occidental occupé commence dans trois semaines, exactement quand le
médiateur de la paix de l’ONU se rendra au Sahara Occidental pour donner une
nouvelle vie aux pourparlers de paix.

Fin octobre, l’envoyé personnel du Secrétaire général
de l’ONU pour le Sahara Occidental, débutera son voyage dans la région, y
compris sa première visite au Sahara Occidental. L’émissaire, Christopher Ross,
essaie de négocier les pourparlers de paix entre le Maroc et le Front Polisario
– pourparlers qui incluent notamment maintenant la gestion des ressources
naturelles du territoire.

Exactement de la même période, le 3 novembre,
l’UE se rendra au Maroc pour poursuivre les négociations sur la pêche au Sahara
Occidental. La date de la visite de l’UE est indiquée dans le journal marocain
L’Economiste.

Le bureau juridique de l’ONU et le
service juridique du Parlement Européen ont conclu que toute pêche au Sahara
Occidental serait en violation du droit international si les Sahraouis n’y
consentent pas. Aucune initiative n’a été prise par l’UE pour obtenir le
consentement du peuple sahraoui. Les négociations de l’UE sont déjà sur le
chemin de violer le droit International, comme l’a fait l’accord
précédent.

Le responsable juridique en chef de l’UE avait déclaré qu’il
est clair qu’un accord pêche de l’UE avec le Maroc qui ne définirait pas la
frontière sud avec le Sahara Occidental, ne respecterait pas, en soi, le droit
international.

La visite de l’Envoyé spécial, et la visite de l’UE
coïncident avec le deuxième anniversaire du démantèlement du camp de
protestation massif qui a été érigé dans les territoires occupés du Sahara
Occidental en 2010. Le camp était une protestation civile contre la
marginalisation, le chômage et le pillage des ressources du territoire. Suite à
l’intervention par les autorités marocaines, un certain nombre de Sahraouis ont
été arrêtés. Parmi ceux-ci Sidahmed Lemjiyed, le secrétaire général d’un groupe sahraoui
de recherche sur le pillage des ressources naturelles du Sahara Occidental.
L’activiste sahraoui a déjà passé 2 ans en prison, et attend son procès devant
un tribunal militaire pour avoir pris part aux manifestations.

Les prisonniers ont été des adversaires majeurs des opérations de pêche illégales de
l’UE au large du territoire occupé.

Publicités