Communiqué du PCF : Maroc, à quand l’État de droit

Posted on octobre 29, 2012


Maroc : à quand l’État de droit ?

Coup sur coup, la justice marocaine a frappé, en choisissant ses cibles. C’est la condamnation à 12 ans de prison en appel d’un militant du Mouvement du 20 février pour « participation à une manifestation non autorisée ». Selon les associations de droits de l’homme, il y aurait 70 membres de ce Mouvement aujourd’hui incarcérés. C’est l’arrestation du Coordinateur du Conseil des Migrants subsahariens, point d’orgue d’une répression ciblée qui s’abat sur les responsables d’associations des migrants au Maroc. C’est aussi le maintien en prison sans jugement depuis 2 ans des 24 militants sahraouis dits du « groupe GDEIM IZIK », après le 2ème report de leur procès pour « délit d’association et meurtres de forces de l’ordre » alors qu’aucun fait dans le dossier ne vient avérer ces accusations.

Le Parti communiste français condamne avec la plus grande fermeté ces condamnations, ces arrestations, véritables dénis de justice et demande l’arrêt des poursuites. Ces actes ne font que confirmer la ligne autoritaire et répressive du gouvernement marocain face aux montées de la contestation de sa politique. Les autorités françaises doivent tenir compte de ces préoccupantes réalités au Maroc, et cesser d’apporter un soutien inconditionnel à un régime qui bafoue les droits et les libertés.

Le PCF réaffirme son soutien aux femmes et aux hommes qui, avec courage et détermination, défendent les droits humains et agissent pour un Maroc libre et démocratique.

Parti communiste français

Paris, le 29 octobre 2012.