Rapport sur le sit-in pacifique organisé par la coordination des associations et comités Sahraouis des droits de l’homme à El Aaiun – Sahara Occidental

Posted on octobre 17, 2012


Asvdh :

La coordination Sahraouie des associations et comités des droits de l’homme se constituent d’une coalition de 11 associations et comités :

– Le comité de défense du droit à l’autodétermination CODAPSO

– Le comité de soutien du plan de paix onusien et de la protection des ressources naturelles

– L’association Sahraouie des Victimes des violations graves des Droits de l’Homme commises par l’État du Maroc

– L’association Sahraouie pour la protection et diffusion de la culture et du patrimoine

– La plate-forme GDAIM IZIK

– Forum avenir de la femme sahraouie

– L’observatoire sahraoui de la femme et l’enfant

– Comité des mères des 15 portés disparus

– Le centre sahraoui pour conserver la mémoire collective

– Groupe des19 qui abandonnent la nationalité marocaine

Les objectifs du sit-in

Conformément à la déclaration de la coordination sahraouie des associations des droits de l’homme, ses objectifs font partie de l’extrait qui suit :

« Le cadre : la persistance de violations graves des droits de l’homme depuis des décennies, l’escalade de la répression et la privation de toutes les libertés et les droits garantis par les chartes et conventions internationales, et l’intensification du siège militaire et médiatique imposé par les autorités marocaines sur le Sahara Occidental afin de consolider sa politique visant à museler les bouches et nous dépouiller de notre droit à l’expression pacifique.

Les associations sahraouies des droits de l’homme ont décidé d’organiser un sit-in pacifique de deux heures demain lundi 17 septembre a 17.00 h sur le boulevard Essmara de ville de El Aaiun.

Le sit-in aura lieu parallèlement à la visite prévue au Sahara Occidental de M. le rapporteur onusien sur la torture pour dénoncer :

– les actes des répressions, la torture, les arrestations, les procès simulés et militaires, la privation de toutes les libertés

– pour exiger la libération des prisonniers politiques

– exiger que soit divulgué le sort des disparus

– demander que soit établi un mécanisme de surveillance des droits de l’homme

– exiger le respect pour le peuple sahraoui de son droit à l’autodétermination … »

Comme indiqué dans son appel à la population

« Nous connaissons aujourd’hui et dans cette période particulière, une escalade des actes de répressions et privations de toutes les libertés et les droits garantis par les chartes et conventions internationales. Le siège militaire et médiatique imposés par les autorités marocaines sur le Sahara Occidental vise à consolider sa politique pour museler les bouches et à nous dépouiller de notre droit à l’expression pacifique. » Citoyens sahraouis, le devoir nous appelle, et nous devons assumer nos responsabilités. Alors menons le combat de la lutte pacifique, pour dénoncer les mensonges de l’Etat marocain quand il prétend respecter les droits de l’homme.

Les banderoles et les affiches, ainsi que les logos du sit-in ont été déjà préparés.

Des slogans du sit-in reprennent le même contenu et ont été distribués aux organes compétents de l’Organisation des Nations Unies.

Le Sit in de protestation

La population sahraouie était au rendez-vous fixé, prêt pour cette forme de lutte avec toute l’insistance et efficacité, et cela malgré l’encerclement strict et intensif de l’armée, forces auxiliaires et autres forces sécuritaires marocaines en tenues civiles. Ceux ci étaient présents dans la ville, ses boulevards notamment sur la place prévue de la manifestation prés de Ma’atalah, les quartiers voisins.

Les participants, les activistes de l’intifada » le soulèvement », des activistes des droits de l’homme et des citoyens ont voulu accéder au rendez vous de la manifestation en répétant des slogans, et en préservant l’aspect pacifique de leur manifestation.

Les forces de police et autres sont intervenues brutalement pour disperser la manifestation

Le Comité organisateur avait informé le Pacha (vice gouverneur) qui a donné l’ordre de l’intervention brutale. Et pourtant :

– Nous sommes pacifiques et nous avons le droit d’organiser cette manifestation pacifique.

– Nous ne refusons pas le dialogue,

– Nous avons les preuves de la légalité de ce que nous faisons

Mais les autorités locales du régime marocain autoritariste, et adepte de la répression ne s’intéressent pas à nos paroles.

Elles ont appliqué les instructions répressives de l’Etat marocain.

M. le rapporteur a été informé des attaques contre les manifestants, du déroulement et environnement de la manifestation.

Il a été informé également par une première liste des noms des défenseurs des droits de l’homme membres de l’association Sahraouis ASVDH qui étaient en réunion avec le rapporteur un quart d’heure avant la manifestation.

Après une demi-heure d’insistance des forces répressives pour vider la place des manifestants par la violence, les manifestants ont insisté sur le fait de manifester pacifiquement.

Alors qu’ils soulevaient à nouveau des slogans, les agents de polices ont chargé et blessés plus de 46 citoyens. 6 parmi eux ont été transportés à l’hôpital.

D’après nos sources, les forces sécuritaires tiennent un siège autour de l’hôpital Hassan Belmehdi pour empêcher les citoyens d’accéder de peur qu’ils puissent prendre des photos des victimes de l’intérieur de l’hôpital.

Note : des responsables de la MINURSO sont passés avec leurs voitures à proximité de la manifestation et ont donc été témoins de la manifestation et des violences policières marocaines.

Lehbib SALHI Membre de la coordination GDAIM IZIK battu, par des coups de pied

Brahim DAHAN Président de l’ASVDH Blessé au niveau des mains, des épaules et du dos.

Bachri BENTALEB Président de l’association Sahraouie pour la protection et diffusion la culture et le patrimoine Blessé au niveau de l’oreille, de la bouche, des yeux. il a été transporté à l’hôpital après avoir perdu connaissance.

Brahim SABBAR Secrétaire générale de l’ASVDH battu, par des coups de pied, blessé au niveau de la pommette droite.

Hassan DOUIHI Membre de L’ASVDH battu, blessé au niveau du dos et l’oreille.

Mbar’k DAOUDI Militant de l’intifada battu, blessé au niveau du dos transporté a l’hôpital

Hamoud LILI Membre de L’ASVDH battu, blessé au niveau des reins transporté à l’hôpital après avoir perdu connaissance

Lamina TALBALI Militante de l’intifada battu, par des coups de pied, transporté à l’hôpital

Asma’a MOUKHLIS Militante de l’intifada battu, par des coups de pied

Ahmed Salem HMIDAT Ancien prisonnier politique et militant de l’intifada battu, par des coups de pied

Abdelaziz BYAY Membre du CODAPSO battu, par des coups de pied.

Med Saleh DAILAL Membre de conseil de coordination de l’ASVDH

battu, par des coups de pied

Hadhom MJAYAD Familles des détenus politiques sahraouis membre de CSPRON battu, par des coups de pied transporté a l’hôpital.

Mhamdi DAIDA Membre de l’ASVDH battu, par des coups de pied

Nguia EL HOUASSI Ancienne prisonniere politique sahraouie et activiste battu, par des coups de pied

Sultana KHAYA Présidente de la ligue de défense des droits de l’homme et de la protection des ressources naturelles battu, par des coups de pied

Abdessalam LOUMADI Ancien prisonnier politique et activiste de l’Intifada battu, par des coups de pied

Mahjoub LGHZAL battu, par des coups de pied

Abdellah ADRAK Membre de la coordination GDAIM IZIK battu, par des coups de pied

Fatimatou BARA Présidente de l’observatoire des droits des femmes et l’enfant battu, par des coups de pied

Salam NOUMRYA Militante de l’Intifada battu, par des coups de pied

Mamay HANOUN Membre de l’ASVDH battu, par des coups de pied

Ahmed EL ASRI Militant de l’Intifada battu, par des coups de pied

Ahmed MOTAIA Militant de l’Intifada battu, par des coups de pied

Med KHER Militant de l’Intifada battu, par des coups de pied

Ahmed TANJI Activiste des droits de l’homme battu, par des coups de pied

Salima LIMAM Membre de la coordination GDAIM IZIK battu, par des coups de pied

Ali Salem HAIDAN Ancien prisonnier politique sahraoui et activiste de l’Intifada battu, par des coups de pied

Magboula LEHMAD Militante de l’Intifada battu, par des coups de pied

Hdidhom LAAROUSSI Militante de l’Intifada battu, par des coups de pied

Bouchra BOUTABAA Militante de l’Intifada battu, par des coups de pied

Manna LHOUIDI Militante de l’Intifada battu, par des coups de pied

Minatu LGARGAR Sœur de martyr Baby ELGARGAR, Militante de l’Intifada

battu, par des coups de pied

Abdelhadi YASSIN Militant de l’Intifada battu, par des coups de pied

Yeslem ZEROUALI Militant de l’Intifada battu, par des coups de pied

Said FENICH Militant de l’Intifada battu, par des coups de pied

Salem TOUAIF Militant de l’Intifada battu, par des coups de pied

Med Taleb KHAYA Militant de l’Intifada battu, par des coups de pied

Youssef KHOUAJA Secrétaire générale l’observatoire des droits de la femme et l’enfant battu, par des coups de pied

Salam LMJAYAD Des familles des deténus politique sahraouis battu, par des coups de pied

Med Fadel TAGLABOUT Militant de l’Intifada battu, par des coups de pied

Hedya NAJIH Militante de l’Intifada battu, par des coups de pied

Hadhom LHASNI

Militante de l’Intifada battu, par des coups de pied

Kabbar BABAYT Militante de l’Intifada battu, par des coups de pied

Lkantaouia BABYET Militante de l’Intifada battu, par des coups de pied

Hassan CHTIOI Des familles des détenus politique sahraouis Militant de l’Intifada battu, par des coups de pied

Aicha ZAOUI Des familles des détenus politique sahraouis Militant de l’Intifada battu, par des coups de pied

Abdelaziz MEFTAH Militant de l’Intifada battu, par des coups de pied

Hassan DALIL Membre de CSPRON battu, par des coups de pied

Mbarka LMJAYAD Des familles des détenus politiques sahraouis battu, par des coups de piedAsvdh :

Publicités