Nouvelles embûches sur le retour d’Abachikh au Sahara Occidental

Posted on octobre 11, 2012


Après avoir passé la journée à attendre au consulat général du Maroc à Marseille, la famille de Abachikh Hmatou a reçu l’assurance que le corps de leur petit frère allait pouvoir partir.
Alors que le ministre marocain des affaires étrangères, Saâdeddine El Othmani, membre du PJD, avait donné vendredi l’autorisation du rapatriement jusque Elaaiun, le ministre de l’intérieur du même gouvernement, Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement populaire qui avait annulé hier cette décision, semble avoir aujourd’hui changé d’avis, et avoir autorisé le rapatriement du corps à Tantan.
Le consul qui s’est dit choqué par la décision de refus de rapatriement n’a pu que transmettre à la famille les nouvelles informations reçues de son gouvernement.
Sans document écrit en possession de la famille, rien n’a évolué et la situation est toujours aussi inique.
Les parents, la famille de Abachikh sont à El Aaiun, au Sahara Occidental, et non à Tantan au Maroc. Il est inconcevable pour eux d’enterrer l’enfant de la famille loin de tous, perdu sur une terre qui n’est pas la sienne, à plus de 300 kilomètres.
Il ne s’agit pas seulement de l’impossibilité de voyager pour les deux parents, âgés et très malades, ou de déplacer les centaines de parents et amis… Il s’agit de ne pas mêler politique et dignité, de ne pas repousser à ce point les limites de l’aberration.
Comme élément de justification à l’annulation du voyage, le consul a évoqué l’anniversaire demain 10 octobre de la naissance de la grande manifestation sahraouie et populaire de Gdaim izik, et les risques d’émeute que craignent à cette occasion les autorités marocaines, puissance coloniale sur place.
Il est bien connu dans les films que les morts participent aux émeutes et font de la politiques … mais dans la triste réalité actuelle, la famille ne souhaite que la tranquillité et le repos pour le corps d’Abachikh, proche de l’amour des siens, dont il a été privé du fait de l’exil.
Le gouvernement marocain toujours si prompt à étouffer toute manifestation identitaire sahraouie, au Sahara, au Maroc et à l’étranger, a cette fois failli dans son obsession, parce qu’en offensant la souffrance du deuil, il a heurté les consciences, et alerté la presse locale et nationale française.
Le mouvement de soutien spontané à la famille a rassemblé devant le consulat des amis, passants, des policiers compatissants, mais aussi plusieurs sportifs, et deux champions d’Europe français dont Benoit Z. La famille du sport dépasse les clivages géopolitiques.
Les deux frères en exil en France qui n’ont pas reçu l’autorisation d’accompagner leur petit frère, la famille et les amis ont annoncé ce soir leur volonté de rester devant le consulat tant que le corps de leur petit frère Aba ne serait pas arrivé à El Aaiun.
APSO, le 9 octobre 2012.
Voir le journal de LCM à la 12ème minute. http://www.lcm.fr/fr/videos/id-260123-le-journal-de-19h30
Nota : la carte nationale d’identité montrée à la caméra est Sahraouie.

Voir l’article de la Provence ici : http://apsophotos.blogspot.fr/2012/10/la-provence-101012-au-consulat-pour.html