Maroc : peut mieux faire, peut beaucoup mieux faire !

Posted on septembre 27, 2012


Ecrire pour les libérer :

Maroc : peut mieux faire, peut beaucoup mieux faire !

Maroc et Sahara occidental viennent d’être « visités », à l’invitation des autorités marocaines, par un juriste indépendant, Juan E. Mendez, argentin bien au fait des questions de torture et de répression. Ce « visiteur » mandaté par l’ONU, est un des rapporteurs spéciaux qui s’est mis au service du Conseil des droits de l’homme des Nations unies et contribue avec beaucoup d’autres à alimenter en informations le Conseil pour favoriser la réelle application des droits de l’homme.

Sa mission au Sahara occidental et au Maroc était fortement espérée par tous ceux qui subissent l’arbitraire et la cruauté du Mahkzen, pour enfin trouver un témoin capable de les entendre et de le faire savoir. Présent du 15 au 19 septembre au Maroc et au Sahara occidental, Juan E.Mendez a tenu une conférence de presse à Rabat le 22 septembre. Le Centre d’actualités de l’ONU a repris ses principales déclarations avant la parution de son rapport en mars 2013, pour la prochaine session du Conseil des Droits de l’Homme.

Que nous dit-il? « La situation s’est globalement améliorée par rapport aux décennies passées, lorsque les disparitions forcées, les arrestations secrètes et la torture étaient pratiquées à grande échelle./.. Cependant, j’ai reçu des témoignages crédibles selon lesquels les détenus étaient soumis à des pressions mentales et physiques injustifiées en cas d’interrogatoires./.. Les traitements assimilables à la torture sont fréquents dans le cadre d’évènements exceptionnels, comme les manifestations, les menaces présumées contre la sécurité nationale./… A El Aioun, j’ai été impressionné par le grand nombre de demandes d’entretiens. Je n’ai pas pu rencontrer toutes les victimes d’abus et les représentants de la société civile, mais je vais examiner chaque requête avec soin afin que toutes les informations pertinentes dans le cadre de mon mandat soient prises en compte ».

Cette mission qui a suscité tant d’attentes va-t-elle être capable de faire bouger les lignes et peser en faveur de l’élargissement du mandat de la MINURSO ?

C’est d’abord à la France de bouger et de lever son « véto » au Conseil de sécurité qui empêche l’élargissement du mandat de la MINURSO! Le conseiller diplomatique du Président de la République, ne nous a t-il pas assuré dans un courrier adressé en juin :  » La France est attachée au droit international et au respect des droits de l’homme, dont tous les citoyens du monde, y compris les habitants du Sahara occidental, doivent pouvoir bénéficier. Elle continuera à soutenir les efforts de négociation et de pourparlers informels sous l’égide des Nations unies en faveur des droits des populations locales./.. »

Sur le terrain, les prisons suivant le témoignage amusé de Juan E.Mendez ont été repeintes mais les tribunaux condamnent toujours à de lourdes peines. Ainsi 14 prisonniers sahraouis ont été condamnés, ce 25 septembre par le tribunal d’El Aïoun, à des peines de 8 mois à 3 ans pour toujours le même délit d’opinion : l’engagement en faveur de l’autodétermination du Sahara. Les « 24 de Salé » en détention provisoire et illégale depuis novembre 2010, devraient être jugés par un tribunal militaire d’exception le 24 octobre. En tant que civils ils refusent absolument un procès d’exception et réclament un procès civil équitable.

Nous devons résolument les soutenir et avec les associations des droits de l’homme, organiser un plaidoyer qui permette au plus vite leur libération.

 

Publicités