Mme Kerry Kennedy achève une visite dans les camps de réfugiés sahraouis

Posted on septembre 3, 2012


Sahara Press Service :

Chahid El Hafed, 31 août 2012 (SPS) La présidente du centre américain Robert-Kennedy pour la justice et les droits de l’homme Mme Kerry Kennedy a achevé mercredi soir une visite dans les camps de réfugiés sahraouis, où elle s’est enquise des conditions de vie dans ces camps et a évalué la situation des droits de l’homme, après avoir séjourné à El Aaiun (capitale occupée du Sahara Occidental).

A la tête d’une délégation représentant quatre organisations internationales des droits de l’homme ainsi qu’une juge du tribunal américain des droits de l’homme, Mme Kennedy s’est rendue au siège de la Commission sahraouie pour l’autodétermination situé au camp de Chahid El Hafedh.

La délégation s’est déplacée par la suite au camp de réfugiés de Smara où elle a rencontré des familles et s’est enquise de leurs conditions de vie, avant de se réunir avec des représentants de familles des disparus sahraouis et de victimes de violations des droits de l’homme commises par l’occupant marocain.

Les membres de la délégation ont, en outre, visité le siège de l’Union des femmes sahraouies, où Mme Kennedy a déclaré qu' »il est très émouvant de voir des femmes qui ont des histoires aussi terribles sur des violations et des atrocités commises contre elles ou leurs proches gardent toujours cette force et cette volonté de bâtir des institutions solides de la société sahraouie ».

En se rendant dans le camp de réfugiés sahraouis de Boudjdour, elle a rendu hommage à la femme sahraouie pour sa « détermination » et son « apport », notamment dans l’organisation de la vie dans les camps de réfugiés, en particulier en ce qui concerne l’éducation et la santé.

La présidente de l’organisation américaine a précisé, par la même occasion, qu’elle allait collecter les témoignages des femmes ayant subies des violations des droits de l’homme pour qu’elles soient mentionnées dans le rapport qui sanctionnera sa mission.

Pour sa part, la secrétaire générale de l’Union des femmes sahraouies, Mme Fatima El Mahdi, a affirmé qu’il s’agit d’un « un grand honneur » pour les Sahraouis de recevoir la délégation du Centre Robert-Kennedy », rappelant le soutien apporté par cette organisation à la militante sahraouie des droits de l’homme Aminetou Haidar lors de sa grève de la faim à Lanzarote (Espagne) en novembre 2009.

Mme El Mahdi a saisi cette occasion pour demander au Centre de faire pression sur le conseil de sécurité des Nations unies pour doter la Minusro d’un mécanisme de surveillance des droits de l’homme au Sahara occidental.

Elle a également sollicité son aide pour la formation des Sahraouis dans le domaine des droits de l’homme, car, a-t-elle expliqué, « celui qui ne connaît pas ses droits ne pourra pas les défendre ».

Le président de l’association des détenus et disparus sahraouis M. Abdessalem Omar Lahcen a précisé, d’autre part, que la visite de Mme Kennedy vise à attirer l’attention de l’opinion internationale, pour mettre l’accent sur la nécessité qu’il y a pour l’organisation de garantir une protection des droits de l’homme.

M. Lahcen a, en outre, indiqué que son association souhaitait voir cette visite « contribuer à suivre cette voie » que soutiennent plusieurs organisations et associations internationales qui défendent les droits de l’homme.

Mme Kennedy a eu, par ailleurs, une rencontre avec des représentants de la société civile sahraouie, où elle a qualifié de « remarquable » l’organisation de la vie dans ces camps.

« J’ai visité plusieurs camps de réfugiés à travers le monde mais l’organisation de la vie dans les camps sahraouis est remarquable », a-t-elle dit, faisant part de son « admiration » de la lutte pacifique du peuple sahraoui pour son droit à l’autodétermination.

Elle a affirmé, à ce propos, qu’elle fera connaître la question sahraouie dans tous les pays qu’elle aura à visiter et au niveau des organisations qui collaborent avec son centre.

Les membres de la délégation ont écouté, également, avec un grand intérêt les interventions de représentants d’organisations des familles des détenus et des disparus et des victimes des mines antipersonnel implantées par l’occupant marocain notamment le long du mur de la honte qui divise le territoire du Sahara occidental en deux parties.

Des représentants d’organisations des journalistes et des travailleurs ont aussi pris la parole lors de cette rencontre alors qu’une femme juge a présenté un exposé exhaustif sur le système judiciaire sahraoui.

La délégation a, aussi, visité un centre de détention des personnes incarcérées pour des délits du droit commun ainsi qu’un centre de rééducation pour mineurs où les membres de la délégation se sont enquis des conditions de détention.

La directrice juridique au centre Robert-Kennedy, Mme Marselha Gonçalves Margerin, membre de la délégation a expliqué à la presse que la délégation « a pu voir tout ce qu’elle voulait », affirmant que « toutes les portes étaient ouvertes devant la délégation ».

A la fin de la visite, la délégation a été reçue par le président sahraoui, M. Mohamed Abdelaziz en présence de hauts responsables sahraouis.

La visite de la présidente du centre américain Robert-Kennedy pour la justice et les droits de l’homme, Mme Kerry Kennedy, intervient après celle effectuée vendredi dernier dans les territoires occupés du Sahara occidental où elle avait eu une série d’entretiens avec des représentants d’associations sahraouies des droits de l’homme.(SPS)

010/090/700 311752 AOUT 2012 SPS

Publicités