Kerry Kennedy conduit une délégation importante pour se rendre dans « la dernière colonie d’Afrique »

Posted on septembre 2, 2012


Front Line denfenders :

Kerry Kennedy du Centre Robert F. Kennedy et Mary Lawlor, fondatrice et directrice exécutive de Front Line Defenders, feront partie d’une délégation de haut niveau au Sahara Occidental et dans les camps de réfugiés sahraouis en Algérie.

ALERTE PRESSE – 21 AOÛT 2012 – POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

Jeudi 23 août, Kerry Kennedy du Centre Robert F. Kennedy pour la justice et Mary Lawlor, fondatrice et directrice exécutive de Front Line Defenders, feront partie d’une mission d’observation au Sahara Occidental, pour évaluer la situation des droits humains sur le terrain, au Sahara occidental occupé par le Maroc et dans les camps de réfugiés sahraouis en Algérie.

La délégation sera reçue au Sahara Occidental par Aminatou Haidar, présidente du Collectif des Défenseurs Sahraouis des Droits Humains (CODESA) et l’une des plus importantes défenseuses des droits humains du Sahara Occidental – VOIR LA NOTE CI-DESSOUS.

Au Sahara Occidental, la délégation rencontrera le CODESA, des survivants de la torture, les autorités locales, les autorités de l’ONU et des ONG sahraouies.

Pendant sa visite dans les camps de réfugiés en Algérie, la délégation rencontrera le gouvernement de l’opposition, des groupes d’aide qui travaillent dans les camps et les autorités de l’ONU présentes dans les camps.

CHRONOLOGIE: 25/26/27 août, la délégation sera au Sahara Occidental; 28/29 août, la délégation sera dans le camp de réfugiés de Tindouf.

Mary Lawor et Kerry Kennedy sont toutes les deux disponibles pour une interview

Outre Mary Lawlor et Kerry Kennedy, la délégation sera composée de Margarette May Macaulay, juge à la Cour Interaméricaine des droits de l’Homme; Eric Sottas, ancien secrétaire général de l’Organisation mondiale contre la torture; Maria del Río, du conseil d’administration de la Fondation Jose Saramago et Marialina Marcucci, présidente du Centre RFK en Europe.

NOTE SUR LE CONTEXTE AU SAHARA OCCIDENTAL – LA DERNIÈRE COLONIE D’AFRIQUE

Le Sahara Occidental est connu pour être la « dernière colonie d’Afrique ». Le conflit actuel perdure depuis 1975, lorsque le Maroc a occupé le Sahara Occidental malgré les nombreuses résolutions de l’ONU appelant à la décolonisation du territoire qui n’est pas autogouverné, et la décision de la Cour internationale de justice comme quoi le Maroc n’a pas de revendication légitime sur ce territoire.

Cette invasion a conduit à un conflit qui dure depuis des décennies entre le Royaume du Maroc et le Frente Popular de Liberación de Saguía el Hamra y Rio de Oro – Front Polisario- (Front populaire de Libération de la Saguia el Hamra et du Rio de Oro) un mouvement national qui se consacre à l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental.

Avec la guerre et l’occupation marocaine du Sahara Occidental, sa population native – les Sahraouis- a été divisée en deux, celle vivant sous l’occupation marocaine et celle vivant dans des camps de réfugiés en Algérie. La Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental – Minurso, a été créée en 1991 dans le but de fournir une présence internationale supervisant le cessez-le-feu entre le Royaume du Maroc et le Front Polisario.

La mission était aussi chargée d’aider à l’organisation d’un référendum sur l’autodétermination du Sahara Occidental. Malgré la réussite de la mission à maintenir le cessez-le-feu entre le Maroc et le Front Polisario, la situation du Sahara Occidental n’est pas plus prête d’être résolue maintenant qu’en 1991. Le référendum sur l’autodétermination n’a jamais eu lieu, et les violations des droits humains sont systématiques. Depuis la création de la Minurso, le Maroc ignore toujours les droits humains fondamentaux du peuple sahraoui, et particulièrement les droits de ceux qui plaident pour le changement au Sahara Occidental.

Biographie d’Aminatou Haidar:

Aminatou Haidar est présidente du Collectif des Défenseurs Sahraouis des Droits Humains (CODESA). Régulièrement considérée comme la « Ganhdi Sahraouie », Mme Haidar est l’une des défenseuses des droits humains les plus renommées au Sahara Occidental et plaide pour le droit à l’autodétermination du Sahara Occidental. Aminatou a elle-même été victime d’arrestations arbitraires, disparition, torture et elle a été expulsée de sa patrie. Mme Haidar a choisi des moyens non violents pour dénoncer les exactions perpétrées contre les Sahraouis, et elle plaide pour que le Sahara Occidental bénéficie de son droit à l’autodétermination.

En 2008, Aminatou Haidar a reçu le Prix Robert F. Kennedy pour son travail pacifique imperturbable à promouvoir les droits civils, politiques, sociaux, culturels et économiques du peuple du Sahara Occidental. Par le biais du Prix RFK, le Centre RFK a rejoint le CODESA et Mme Haidar dans leur lutte pour accroître la visibilité et le dialogue au sujet des droits humains au Sahara Occidental, et promouvoir la protection des droits humains sur le territoire.

Pour plus d’informations, ou pour un entretien avec Mme Lawlor ou Mme Kennedy, contactez: Jim Loughran, Responsable de la communication, Front Line Defenders Tel: +353 1 212 3759 -Mobile +353 (0)87 9377586