L’ONU veut aussi soutenir l’industrie halieutique de l’occupant

Posted on juillet 17, 2012


WSRW :

Ces dernières semaines, WSRW a suivi l’étude par le  Mécanisme pour un développement propre de l’ONU de son soutien à l’énergie éolienne au Sahara Occidental occupé. Mais il semble maintenant que ce n’est pas le seul projet en cours potentiellement financé par la même agence de l’ONU.

Le secteur de la pêche est une pierre angulaire de la politique de colonisation du Maroc au Sahara Occidental. Des dizaines de milliers de Marocains sont employés dans le secteur au Sahara Occidental. L’afflux de colons marocains contribue directement à compliquer le règlement du conflit. C’est également une violation du droit international, puisque le peuple sahraoui a expressément exhorté le Maroc à mettre fin à son industrie de la pêche là-bas.

Pourtant, un projet solaire appelé «émissions de gaz à effet de serre dans l’industrie de farine de poisson au Maroc – usine Centrale de production de vapeur » est actuellement en cours de validation par l’initiative-climat du mécanisme de l’ONU pour un développement propre (MDP), tout comme Nareva pour le projet éolien à Foum el Oued à proximité de El Aauin, rapporté par WSRW la semaine dernière.

Un argument du document de projet montre comment le MDP est actuellement articulé à long terme avec le reste de l’ONU.

« Il est presque impossible de trouver un investisseur étranger pour ce genre de projet, en particulier dans cette région du Maroc (mot-clé: le Sahara Occidental-conflit) », note le document, qui souligne que le projet « a reçu la bénédiction » du roi de Maroc – dont le prédécesseur a envahi le territoire en 1975.

Western Sahara Resource Watch demande au MDP de cesser le financement, pour exactement les mêmes raisons que celles des autres investisseurs qui ont refusé de s’établir sur le territoire.

« De nombreux investisseurs privés refusent d’investir au Sahara Occidental, précisément pour éviter de saboter les efforts de l’ONU à résoudre le conflit, et en respect de l’avis juridique de l’ONU. Quelle est cette ironie, que le Mécanisme de Développement Propre étudie de soutenir des investissements parce que les investisseurs privés le refusent par respect de l’avis juridique de l’ONU et du droit international? « , a déclaré Sara Eyckmans de Western Sahara Resource Watch.

Si le projet est validé, il recevra indirectement des financements de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, MDP / UNFCCC.

L’ONU a déclaré que l’exploitation des ressources naturelles du Sahara Occidental viole le droit international. L’ancien conseiller juridique de l’ONU, M. Hans Corell, qui a écrit un avis juridique sur le sujet, a à plusieurs reprises vivement critiqué l’industrie internationale de la pêche sur le territoire. Dans sa lettre au Conseil de sécurité, il a souligné que le cas similaire du territoire non autonome de la Namibie, sous occupation sud-africaine, avait été placé sous sanctions de l’ONU.

Aucune référence n’est faite dans le document sur la façon dont le projet est en conformité avec « les souhaits et les intérêts du peuple du Sahara Occidental », ce qu’exige le bureau juridique de l’ONU. Il n’y a aucune référence à des groupes sahraouis, ni au Polisario le représentant du peuple sahraoui, en pourparlers onusiens avec le Maroc – exactement sur la question de la gestion des ressources naturelles.

« Comment l’ONU peut faciliter les pourparlers de paix au Sahara Occidental avec crédibilité – et en particulier sur la gestion des ressources naturelles – tant qu’une institution de l’ONU soutient le pillage illégal du Maroc avec la bénédiction du roi du Maroc ? est ce que le MDP soutiendra aussi d’autres projet d’énergie dans d’autres parties occupées illégalement du monde ? « Demande Eyckmans de WSRW. La dernière résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara Occidental fait spécifiquement référence aux discussions sur les ressources naturelles entre les parties.

Au lieu de soutenir la consultation avec les Sahraouis, le document de projet stipule simplement que le roi du Maroc a « béni » du projet, et qu’il y a eu « des discussions personnelles » entre promoteurs du projet et différentes autorités nationales, locales et des intérêts commerciaux.  »

Lire ici le « Project Design Document », exposant le projet de farine de poisson.

Le projet devrait bénéficier à 8 usines de farine de poisson au Sahara Occidental: Copelit, Delta océan, KB Fish, Laayoune Elevage, Laayoune Proteine, Sepomer, Somatraps, Sotragel. La personne de contact, M. Sentissi al Idrissi, est le président de l’Association Nationale marocaine des Fabricants de Farine et Huile de Poisson, l’ANAFAP.

La société de certification qui valide actuellement le projet est la société allemande TÜV SÜD Industrie Service GmbH.

Voir aussi cette version antérieure du Project Design Document, antérieure de quelques mois avant celle déjà mentionnée. L’étrange référence au Sahara Occidental ci-dessus est ici un peu différente : « Il est presque impossible de trouver un investisseur étranger pour ce genre de projet au Maroc ».