Toujours sanctionné pour avoir protesté contre le pillage

Posted on juin 16, 2012


Western Sahara Resource Watch : 

Alors que les importations canariennes de sable sahraoui volé se poursuivent en toute impunité, un groupe de militants sahraouis et espagnols, dont un membre de WSRW – risque toujours des sanctions pénales, précisément pour avoir dénoncé le commerce illégal.

Le 5 octobre 2011, un groupe de militants espagnols et sahraouis avaient sauté dans l’eau à côté du cargo « Bulk Dura » (IMO: 7325461), alors qu’il déchargeait du sable venant du Sahara Occidental occupé dans le port de Tenerife, aux îles Canaries . Accusant les manifestants d’avoir accédé aux eaux du port sans autorisation, les autorités portuaires ont imposé de lourdes amendes aux manifestants: 60.000 € chacun.

«Il est déconcertant que ces mêmes autorités qui permettent et facilitent le déchargement du sable qui vient d’un pays sous occupation, pour plusieurs millions d’euros, choisissent de menacer ceux qui protestent contre le vol», a déclaré Julio Quílez de Western Sahara Resource Watch (WSRW).

Des protestations continues des sympathisants sahraouis ont suivi, exigeant l’abandon des accusations portées contre les manifestants. Le 11 avril, les autorités portuaires ont décidé de baisser l’amende à 90 € par manifestant. Mais même cela est inacceptable. M. Quílez dit que c’est une question de principe. « Nous avons décidé de faire appel, parce que nous refusons de payer pour avoir attiré l’attention sur le vol », dit Quílez.

Le sable à bord du « Dura Bulk » était destiné à la cimenterie Proyecto Dover SL, situé à l’intérieur de la zone portuaire.

WSRW a demandé aux autorités portuaires la procédure ou politique d’information suivie quand une entreprise, située sur les quais relevant de la compétence du port, décharge une cargaison du Sahara Occidental occupé. Les autorités portuaires ont déclaré depuis qu’ils ne sont pas compétents pour enquêter ou être l’instigateur sur une plainte civile ou pénale à l’encontre des sociétés impliquées dans l’extraction, le transport d’une telle cargaison. Ils ont admis que le sable à bord du « Dura Bulk » vient de El Aaiun, qu’ils situent au « Maroc ».

Les importations de sable continuent

Pendant ce temps, les importations de sable des Îles Canaries ont continué. Le «Trio Vega » (IMO: 7116133) a déchargé du sable sahraoui dans le port de Tenerife le 7 février de cette année. Comme le « Dura Bulk », le « Trio Vega » est détenu et géré par la compagnie maritime Arabella Enterprise, basée à Las Palmas. Deux autres navires de la flotte de Arabella Enterprise sont également régulièrement repérés sur la voie maritime triangulaire entre Setubal – El Aaiun – Las Palmas, le « Sky-Ouest» (IMO: 6810201) et le «Anja Funk» (IMO: 7120720).

Un autre navire, le «Silver Sand » battant pavillon britannique (IMO: 8843850) fait plusieurs voyages hebdomadaires à El Aaiun. Il n’appartient pas à l’entreprise Arabella. Le « Silver Sand » retourne sa cargaison à Las Palmas ou Arguineguín, le quai où l’entreprise de construction Granintra SA possède une usine de ciment couvrant le sud de Las Palmas.

durabulk_demo1_400.jpg
Baignade onéreuse : chaque personne a d’abord été condamnée à une amende de 60.000 € pour cette manifestation. L’amende a été abaissée à 90 €, mais les manifestants refusent même ce montant.

Publicités