Machettes policières contre drapeaux républicains au Sahara occupé

Posted on mai 30, 2012


Equipe Média :

Vendredi 25 mai 2012, dans plusieurs endroits du Sahara Occidental, les citoyens sahraouis ont manifesté contre l’occupation marocaine, et ont à nouveau été attaqués par la police.
Selon les témoins, les policiers étaient armés de machettes, des habituels gourdins.
A El Aiun, boulevard de Tantan et boulevard Mezouar, 70 manifestants sahraouis ont revendiqué le respect du droit à la liberté d’expression, et à l’autodétermination.
Ils ont demandé la libération des prisonniers politiques sahraouis.
Certains slogans appelaient aussi à l’indépendance et à l’arrêt du pillage du phosphate, du sable et du poisson sahraoui.
De nombreux drapeaux de la République Arabe Sahraouie Démocratique étaient visibles dans la manifestation, symbole de l’unité du peuple sahraoui dans la lutte et l’identité.
La police marocaine a violemment réprimé la manifestation, frappant femmes et hommes, sans respect pour les personnes visiblement faible, comme Mme Ghlaila Hallab, handicapée et malade qui été battue. Les policiers sont allés jusqu’à casser sa chaise roulante, la laissant indigente sur la chaussée.
13 citoyens sahraouis ont été blessés, dont 8 femmes.
La maison de la famille sahraouie Ahl Lkhalil a été prise d’assaut par la police, qui l’a caillassée dans le but de tout casser.
A Esmara, 40 sahraouis, criant les mêmes style de slogans et brandissant des drapeaux encore plus grands de la République Sahraouie ont manifesté dans le quartier Essakna. La police est intervenue pour disperser les manifestants, heureusement sans faire de blessés.
A Boujdour, c’est dans le quartier El Kbibat que 30 manifestants sahraouis ont crié les mêmes revendications, agitant les drapeaux de la République Sahraouie. De la même façon la police n’a pas laissé la manifestation se dérouler jusqu’à son terme.
En parallèle, El Hafed Maisin, un jeune sahraoui chômeur a été arrête par la police devant le siège de la préfecture, conduit en estafette au commissariat où il a été maltraité par la police.
Ce jeune chômeur manifeste régulièrement avec d’autres diplômés chômeurs.
Equipe Média,

El Aaiun, Sahara Occidental occupé, le 26 mai 2012