WSRW pointe le pillage devant l’instance droits de l’homme de l’ONU

Posted on mai 24, 2012


Western Sahara Resource Watch : 

Alors que le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU se prépare à examiner l’état des lieux des droits de l’homme au Maroc, WSRW exhorte la communauté internationale à accorder toute son attention aux droits du peuple sahraoui.Mise à jour : WSRW est heureux de noter que plusieurs pays ont abordé la question du Sahara Occidental pendant la session UPR du Maroc. Les transcriptions de ces déclarations sont disponibles ici.

Aujourd’hui, le conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève débute l’examen de la conformité du Maroc avec les traités internationaux des droits de l’homme qu’il a signés. L’Examen périodique universel du Maroc, – nom du processus – , a débuté cet après-midi, 22 mai, par la session prévue du groupe de travail.Lors d’une conférence à Genève ce matin, WSRW a appelé la communauté internationale à prendre également en considération les rapports sur le respect des droits de l’homme par le Maroc en dehors de ses frontières internationalement reconnues, en particulier dans les zones du Sahara Occidental qu’il occupe depuis 1975.

« Les droits socio-économiques des Sahraouis sont quotidiennement violés, même si le territoire est riche en ressources naturelles », a déclaré Erik Hagen du conseil d’administration de WSRW.

La rencontre a été organisée par le Centre Robert F. Kennedy pour la justice et les droits de l’homme, l’organisation de militants sahraouis des droits de l’homme CODESA, et des groupes de soutiens aux droits de l’homme basés à Genève. La présidente du CODESA, Mme Aminatou Haidar, a également souligné le pillage du riche territoire.

L’année dernière, Western Sahara Resource Watch, en coopération avec le Sahara Thawra, a présenté un rapport au Conseil des droits humains, soulignant que l’exploitation continue des vastes ressources naturelles du Sahara Occidental par le Maroc viole le droit international parce que cela ne prend pas en compte les souhaits et les intérêts du peuple du territoire, le peuple sahraoui.

La soumission jointe WSRW-Sahara Thawra a été retenue par l’ONU et est inclue dans la synthèse officielle de soumissions des intervenants, qui peut être consulté ici.

Selon le droit international, le peuple sahraoui a le droit d’être entendu sur les activités économiques qui se déroulent dans leur pays, doivent y consentir et en bénéficier. Mais le Maroc n’a jamais consulté les Sahraouis, et les avantages découlant de l’exploitation des ressources naturelles vont directement dans la trésorerie du Maroc. Les emplois dans l’exploitation illégale sont globalement donnés aux colons marocains, attirés dans le territoire par des exonérations fiscales et les coûts de vie moins élevé.

« La connexion entre le pillage des ressources naturelles du Sahara Occidental et l’introduction de colons en provenance du Maroc – aujourd’hui sensiblement plus nombreux que la population sahraouie – est le plus grave paramètre qui entrave le travail, la participation civique et la situation sociale du peuple sahraoui dans la partie occupée du territoire », affirme le rapport WSRW-Thawra.

Publicités