Le Mail : Miriam Clegg dans la masse salariale de l’OCP

Posted on mai 10, 2012


WSRW : 

Nick Clegg, vice-Premier ministre du Royaume-Uni, est embarrassé après la révélation du rôle de sa femme comme représente d’une entreprise accusée de piétiner les droits de l’homme de «dernière colonie d’Afrique». Une «importante» partie du travail d’avocate de Miriam Clegg, pour lequel elle est payée environ  500 000£ par an, est dit venir de l’exploitation minière marocaine géante OCP. La société est au centre d’une controverse internationale sur le traitement des tribus sahraouies nomades du Sahara.

The Mail
Par Simon Walters Et Glen Owen
14 avril 2012

Le Maroc, qui dirige l’entreprise minière, a annexé en 1975 le Sahara Occidental, où les membres des tribus vivent, lui permettant de s’emparer des plus grandes les réserves mondiales de phosphate de plusieurs milliards de livres.

Il s’est lancé dans une campagne impitoyable de déplacements forcés de Sahraouis vers des camps de réfugiés et les Marocains ont été amenés pour travailler dans les mines.

L’organisation des Nations Unies a appelé à la fin de l’«occupation illégale» du Sahara Occidental et a exigé que les Sahraouis puissent voter sur l’indépendance. Le Maroc ne s’est conformé à aucune de ces deux demandes.

Il a également été accusé d’avoir orchestré un programme de « disparitions » de militants pour l’indépendance du Sahara Occidental.

En tant que partenaire du cabinet international d’avocats Dechert, Mme Clegg serait payée jusqu’à 400 £ l’heure pour conseiller l’OCP sur des questions d’entreprises, et représenter ses intérêts à l’UE où le Maroc est confronté à une montée de protestations sur les violations des droits de l’homme.

Les informations sont venues après la publication par M. Clegg de ses propres déclarations d’impôt, ajoutant que son épouse ne devrait pas être obligée d’en faire de même.

M. Clegg a qualifié ses affaires fiscales d’«ennuyeuses», composées uniquement de son salaire  vice-premier ministre de £ 134.565. Cependant, ni la taille ni la source de revenus de sa femme – près de quatre fois supérieure à celle de son mari – ne peut être qualifiées d’«ennuyeuses».

Le Mail du dimanche a compris que Mm Clegg a travaillé comme conseillère juridique de l’OCP et son président Mustafa Terrab depuis au moins trois ans. M. Terrab, l’un des hommes les plus puissant au Maroc, a été nommé par l’autocratique Roi Mohammed VI et a été surnommé «le professeur des animaux ».

Un porte-parole de Dechert a refusé de dire si Mme Clegg a travaillé pour l’OCP, affirmant «Dechert et Miriam Gonzalez Durantez [son nom de jeune fille] sont soumis à une obligation légale de confidentialité de nos / ses clients.

Le porte-parole a ajouté: «si nous niions les clients pour qui elle ne travaille pas, il devrait être possible d’en déduire les clients pour qui elle travaille. « 

Les groupes de pression, y compris Amnesty International déclare que des centaines de Sahraouis ont «disparu» au Sahara occidental entre les mains de la redoutable police secrète du Maroc. Parmi les victimes figuraient des femmes enceintes, les enfants et les personnes âgées, selon un rapport de 1996 d’Amnesty International.

Certains ont été jetés des hélicoptères ou enterrés vivants, a-t’il été signalé dans le journal espagnol El Mundo en 2008, avec des centaines d’autres détenus dans les centres de détention secrets. Les restes de 43 Sahraouis «disparus» ont été exhumés de prisons secrètes.

Il ya deux ans, sept cadavres ont été retrouvés par les travailleurs dans une mine de phosphate de Bou Craa, le centre des opérations de l’OCP. Il a été avancé que c’étaient probablement des restes de Sahraouis assassinés par les forces marocaines.

Secrétaire aux Affaires étrangères, William Hague, a déclaré qu’il est «particulièrement préoccupé» par des violations massives des droits de l’homme au Sahara Occidental.

La conduite du Maroc au Sahara Occidental a également été critiquée par les propres députés libéraux démocrates de M. Clegg. Le mois dernier, le député Roger Williams a demandé  à Caroline Spelman la Secrétaire environnement à la Chambre des communes si des entreprises britanniques ou des navires sont impliqués dans les exportations de phosphates du Sahara Occidental occupé. Elle a dit ne pas le savoir.

Ancienne officielle de l’UE Mme Clegg représentait l’OCP – Office Chérifien des Phosphates – dans son emploi précédent en tant que lobbyiste et conseillère juridique pour le cabinet d’avocat de la City DLA Piper.

Quand elle a changé pour le rival américain Dechert l’an dernier, elle a pris le contrat OCP avec elle. Il semble que l’OCP a payé plus de  1 million de £ pour le travail effectué par les deux sociétés. Mme Clegg aurait gagné jusqu ‘à  500 000 £ par an chez Dechert.

Le gouvernement norvégien a émis des protestations internationales contre l’industrie du phosphate au Maroc. En décembre dernier, il a annoncé qu’il a été vendu pour plus de  200 millions de £ d’actions dans des compagnies qui commercent avec l’OCP sur des «violations graves des normes éthiques».

Oslo affirme que les accords commerciaux entre le Maroc et l’UE ne devraient pas inclure les exportations en provenance du Sahara Occidental. Le Ministère des Affaires étrangères de la Norvège a déclaré: «Le Maroc n’a pas le droit d’exploiter les ressources de la région comme si elles étaient sa propriété. »

Le Maroc risque aussi de perdre le coûteux accord de pêche avec l’UE au large de la côte du Sahara Occidental du fait de la ligne droits humains. L’UE ne peut pas accepter à moins d’insérer une ligne dans l’accord appelant le Maroc à respecter les droits de l’homme dans la région.

Un rapport publié par le New York City Bar Association a affirmé que le Maroc ne devrait pas pourvoir recevoir des fonds de l’UE pour les droits de pêche, sans donner une partie aux Sahraouis. Les défenseurs de l’OCP disent que la société a aidé les Sahraouis en fournissant des fonds pour des projets d’éducation et de santé.

M. Clegg a fait des droits de l’homme la pierre angulaire de son parti politique. Dans un discours prononcé à l’Assemblée générale des Nations Unies en 2010, il a exhorté à prendre une position plus ferme sur les violations des droits de l’homme.

Il a enragé ses partenaires de la coalition des conservateurs en refusant de soutenir des plans pour des enquêtes à huis clos et laisser le MI5 « fouiner » dans les emails.

Le Premier ministre a promis d’abolir la Loi sur les droits humains -, mais M. Clegg a opposé son veto.

Le Sahara occidental décrit comme «la dernière colonie en Afrique», était espagnol jusqu’à ce qu’il soit annexé par le Maroc et la Mauritanie en 1975.

La Mauritanie s’est retirée en 1979, laissant le Maroc en charge de toutes les terres à l’ouest du mur, une structure de sable et pierre de 930 miles.

Les critiques ont accusé les Marocains d’avoir orchestré l’occupation pour piller les gisements de phosphate de la région de Bou Craa, utilisés pour les engrais. Les mines rapportent  4 milliards de £ par an au Maroc.

Lorsque le Roi Mohammed VI a pris le trône marocain en 1999, il a promis d’améliorer les droits de l’homme.

Mais les militants disent que tandis que la pratique de la «disparition» a cessé, les abus ont continué, y compris la torture des Sahraouis.

Les informations à fournir sur le travail de Mme Clegg au Maroc pourraient conduire à la recherche de questions dans son pays natal, l’Espagne – de façon significative l’un des plus gros acheteurs de phosphate de l’OCP. En décembre 2010, le Parlement espagnol a condamné les Marocains pour avoir attaqué un camp sahraoui dressé pour protester contre leur traitement.

Dans un rapport du journal français Le Monde de ce mois-ci, une femme sahraouie est citée : «C’était le chaos total. Les enfants pleuraient et nous avons été expulsés à partir du site avec des matraques, des gaz lacrymogènes et canons à eau. Ils m’ont forcé à dire: «Longue vie au roi, longue vie au Maroc! » »

Hier soir, parlant à The Mail du dimanche depuis un camp de réfugiés Sahraouis, la Britannique Danielle Smith, du groupe de pression Sandblast, a déclaré: «Le Maroc a systématiquement violé les droits du peuple sahraoui autochtone.

«Les révélations d’aujourd’hui signifie que Mme Clegg est moralement obligée de soulever la question des droits de l’homme avec son mari pour remédier à cette situation. »

Lord Foulkes, du parti travailliste, un ancien ministre pour l’aide internationale qui a visité le Sahara Occidental, a déclaré: «Ayant à l’esprit la position de Nick Clegg sur les droits de l’homme, nous sommes en droit de connaître tous les détails de la conduite des affaires de sa femme dans ce domaine sensible. »

En lire d’avantage : http://www.dailymail.co.uk/news/article-2129900/Miriam-Clegg-paid-400-hour-mining-giant-accused-trampling-rights-Saharan-tribesmen.html#ixzz1s61SJoCo

Traduction non  officielle WSRW France

Publicités