Le président de la République appelle à une intervention urgente pour la libération de six étudiants sahraouis

Posted on février 23, 2012


Sahara Press Service :

Bir Lahlu (territoires libérés de la RASD) 18 fév 2012 (SPS) Le président de la République,SG du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz a appelé le SG de l’ONU, Ban Ki-moon, à « intervenir d’urgence » auprès des autorités marocaines pour la libération de six étudiants sahraouis arrêtés pour avoir condamné l’assassinat de leur compagnon, Habad Hammadi, le 22 avril 2011.

« La situation de ces étudiants est devenue aujourd’hui plus grave pour leur état de santé, ce qui vous appelle à intervenir d’urgence auprès du Maroc en vue de les libérer ans plus tarder en compagnie du prisonnier politique sahraoui, Yahya Mohamed El Hafed Iaaza condamné à 15 de prison ferme et plus de quatre-vingts autres prisonniers politiques, et arrêter les mauvais traitements à l’encontre de ces prisonniers d’opinion », a écrit le président Mohamed Abdelaziz dans une lettre au SG de l’ONU.

Le président de la République a également dénoncé « le déni » des autorités marocaines des revendications légitimes des prisonniers politiques sahraouis privés des soins et de nourritures, des droits reconnus par le droit international, avertissant contre « les conséquences d’un tel comportement » des autorités pénitentiaires marocaines. « La communauté internationale ne peut pas rester indifférente des graves violations commises par le Maroc contre les citoyens sahraouis sans défense dans les territoires occupés du Sahara occidental. Des violations rapportées et documentées par les organisations et associations internationales des droits humains », a mis en garde le président sahraoui.

Il a en outre critiqué l’intervention de la communauté internationale au nom des droits de la défense des droits de l’Homme dans différentes parties du monde, alors qu’elle fait la sourde oreille quand il s’agit du Sahara occidental, estimant « cette politique de deux poids deux mesures, d’atteinte à la crédibilité et au prestige de l’Organisation des Nations Unies ». (SPS)