Les agriculteurs espagnols : stop aux tomates de l’occupation

Posted on février 14, 2012


Western Sahara Resource Watch : 

L’accord agricole de l’UE doit être arrêtée, selon l’association des agriculteurs espagnols.

« L’arrêt de l’accord de pêche UE-Maroc en décembre devrait signifier que de même le similaire accord agricole devrait être arrêté », a déclaré Rafael Hernández Reyes, président de la section régionale de l’association agricole espagnole COAG sur les îles Canaries (troisième depuis la gauche sur la photo ci-dessus).

« Les deux accords UE-Maroc ont été négociés au même moment. Ils présentent tous deux le même problème juridique d’y inclure le territoire du Sahara Occidental « , a t-il déclaré à Western Sahara Resource Watch.

L’industrie marocaine représente un concurrent redoutable pour les agriculteurs européens. Sur les îles Canaries, la concurrence sur la production agricole a conduit de nombreux agriculteurs déjà à perdre leur emploi. Depuis que M. Hernández a pris ses fonctions au Comité de l’agriculture dans les années 90, la production de tomates sur les îles Canaries a été réduite de 60 pour cent.

Une grande partie de l’industrie marocaine de l’agriculture se situe dans des plantations au Sahara Occidental, qui est sous occupation marocaine illégale. Les plantations sous serre dans le territoire du désert sont détenues par le Roi du Maroc et par des firmes multinationales, subventionnées par le gouvernement marocain.

Le 14 février, un nouvel accord étendu sur le commerce et l’agriculture doit être voté au Parlement Européen. Aucune mention n’est faite des produits du Sahara Occidental qui vont maintenant arriver sur le marché européen, non plus que les principaux bénéficiaires seront les compagnies multinationales et le Roi du Maroc – alors que les petits agriculteurs vont tout perdre.

« Les agriculteurs français, espagnols et italiens voient les importations vers l’Europe augnmenter, détruisant leurs chances de vendre et de vivre de leurs produits à travers le marché européen », a déclaré le député Européen, M. José Bové dans une récente interview avec le journal marocain l’Economiste.

Bové qualifie l’accord agricole UE-Maroc de « catastrophe » pour l’agriculture Européenne, et veut l’arrêt de l’accord.

Le président régional du COAG affirme qu’ils soutiennent pleinement les demandes du parlementaire.

« Les quotas et les prix à l’exportation pour les produits marocains en UE n’ont pas été respectés, de façon systématique», a déclaré Hernández COAG concernant les exportations marocaines qui sont déjà en place.

«En outre, il existe actuellement une claire et inégale concurrence en raison des pratiques nuisibles au Maroc en termes d’environnement et de droits des travailleurs. C’est pourquoi nous soutenons pleinement la nécessité de mettre à niveau les normes marocaine et européenne quand il s’agit de normes environnementales, les droits des travailleurs et des efforts contre le travail des enfants », a déclaré M. Hernández.