Pas de « printemps arabe » pour le Sahara occidental

Posted on janvier 25, 2012


La Croix : 

Plus d’un an après l’évacuation par la force du camp de Gdeim Izik, à Laâyoune, au Sahara occidental, la situation reste tendue.

Les manifestations sont interdites et le procès militaire de manifestants vient d’être reporté sine die.

« À Laâyoune, on vit dans un grand commissariat ! » Hassan Duihi, 47 ans, père de trois enfants, est membre de l’Association sahraouie des victimes des violations graves des droits de l’homme commises par l’État du Maroc (ASVDH), non reconnue par les autorités. Dans la ville de 200 000 habitants balayée par le vent et la poussière, les forces militaires, impressionnantes, stationnent à longueur d’année près des grands axes, des écoles, de la télévision régionale… La police est partout. Les troupes onusiennes de la Minurso, dont le mandat s’achève en avril prochain, patrouillent elles aussi, à bord de vastes 4×4 blancs. Les femmes sahraouies, drapées de couleurs vives, promènent leur ennui avec indolence.

Dans la ville de garnison cernée par huit barrages policiers, plus de la moitié de la population a moins de 20 ans et les distractions sont absentes. Tandis qu’un vent de liberté souffle sur le Maroc depuis le 20 février 2011, à Laâyoune la situation s’est crispée, la méfiance entre Marocains du Nord et Sahraouis s’est installée, affirment les militants des droits de l’homme.« Depuis le démantèlement du campement de Gdeim Izik, à Laâyoune, toutes les manifestations sont interdites ! », s’insurge Hammoud Iguilid, membre de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) et militant sahraoui.

En novembre 2010, des émeutes graves ont éclaté dans la ville après un assaut donné par les forces de l’ordre pour déloger des protestataires du camp de Gdeim Izik. Les autorités marocaines parlent alors de 13 morts, dont 11 du côté des forces de l’ordre. De leur côté, les indépendantistes sahraouis dénoncent la répression et des disparitions. En outre, 23 Sahraouis qui avaient été arrêtés alors devaient passer en jugement le 13 janvier, mais le tribunal militaire qui instruit leur procès vient de reporter l’audience, sans motiver sa décision ni donner de nouvelle date.

CHARGE POLICIÈRE

Sur Laâyoune, la nuit est tombée. Un petit groupe se forme devant le local du syndicat CDT (Confédération démocratique du travail) et lance quelques slogans, bravant l’interdiction. « Ce soir, on manifeste pour avoir le droit de manifester ! », explique Lahcen Serbout, syndicaliste, résidant à Laâyoune depuis vingt-trois ans. Mais la riposte ne se fait pas attendre. Après une sommation, la police charge les manifestants, qui se réfugient au premier étage de la CDT. Dans les escaliers, des voix résonnent : « On ne veut ni El  Himma ni Benkirane ! » (respectivement le conseiller du roi et le chef du gouvernement).

« Les revendications sociales de Gdeim Izik étaient justifiées, on a essayé d’apporter des solutions, explique Khalil Dkhil, wali (préfet) de la région. Le printemps arabe, c’est une maladie, aujourd’hui les gens demandent n’importe quoi, c’est une provocation ! Le problème, c’est la sécurité, on ne veut pas de casse. Avec la foule, on craint les débordements. »

Une crainte plutôt incongrue face au sit-in de femmes organisé le 13 janvier au petit matin pour demander que les 23 détenus sahraouis en attente de jugement soient présentés devant un tribunal civil et non pas militaire. Le sit-in a été violemment dispersé par les forces de l’ordre à coups de matraques. Une dizaine de femmes ont été conduites à l’hôpital, présentant des hématomes à la tête, aux bras et au niveau de la cage thoracique.

Allongée sur un tapis, dans une maison modeste, une grand-mère sahraouie de 80 ans, blessée, fait le V de la victoire. Un jeune homme la filme avec une petite caméra pour envoyer les images, via Internet, à la RASD-TV, la chaîne du Polisario.

« LE SAHARA VIT SUR UN BARIL DE POUDRE »

À Laâyoune, revendications économiques, sociales et politiques se mélangent. « On ne peut pas dissocier les problèmes, explique Hassan Duihi. Les Sahraouis, moins de 20 % de la population, sont marginalisés. Les autorités donnent des terrains, des maisons, des emplois, les produits de base sont subventionnés à hauteur de 50 %, grâce à des bons. Mais tout cela, on y a droit si on est considéré comme un bon Marocain. Si on milite pour les droits de l’homme, si on exprime des opinions indépendantistes, alors on est discriminé. »

À Laâyoune, le premier employeur est la fonction publique. Pour les jeunes diplômés, les perspectives sont limitées. Outre l’administration marocaine, il y a la pêche et les phosphates de la mine de Boukraa, à 100 km au sud. Malgré les incitations fortes, les investisseurs privés rechignent à venir s’installer. L’université la plus proche est située à Agadir, à 700 kilomètres. Si les pouvoirs publics ont investi massivement ces dernières années pour rattraper le retard, Laâyoune souffre toujours de son isolement.

« Le Sahara vit sur un baril de poudre, estime Lakhal Mohamed Salem, membre du Collectif des défenseurs sahraouis des droits de l’homme (Codesa). Tant qu’il n’y a pas de solution définitive, on craint des affrontements et une dégradation de la situation en raison des extrémismes, que ce soit le nationalisme ou l’emprise d’Al-Qaida dans la région. Il nous faut une solution démocratique. »

Christelle Marot, à LAÂYOUNE (Maroc)