Sahara Occidental: Le défenseur des droits humains M. Hasna Al Wali arrêté, détenu et exposé au risque de torture et de mauvais traitement

Posted on janvier 17, 2012


Front Line Defenders : 

Le 6 janvier 2012 a 10h00, le défenseur des droits humains M. Hasna Al Wali a été arrêté à Dakhla par des officiers, en uniforme et en civil, de la police judiciaire marocaine.

La police a déclaré qu’un mandat d’arrêt a été lancé contre lui. Il a été placé au secret dans un centre de détention de la ville jusqu’à ce qu’il soit transféré le lendemain à la prison Alkuhl à Laayoune. Hasna Al Wali est conseiller auprès de l’organisation contre la torture à Dakhla, et la police le recherchait depuis les violents troubles qui ont éclaté à Dakhla lors de la dernière semaine de septembre 2011; ces troubles avaient déjà conduit à l’arrestation de cinq défenseurs des droits humains. Front Line Defenders avait lancé un appel à propos de ces arrestations le 6 octobre et le 25 novembre 2011.

Hasna Al Wali est détenu en attendant d’être interrogé par un juge d’instruction. Nous craignons qu’il soit torturé et maltraité en détention, afin de le pousser à faire des aveux sous la contrainte. Certaines sources ont informé Front Line Defenders à propos des actes de torture infligés aux défenseurs des droits humains messieurs Kamal Al Tarayh, Abd Al Aziz Barrai, Al Mahjoub Awlad Al Cheih, Mohamed Manolo et Atiqu Barrai, arrêtés à Dakhla en octobre et novembre 2011. Ils auraient été passés à tabac alors qu’ils étaient détenus au secret, et obligés à signer des documents qui les incriminaient. Au moins deux des détenus sont tombés malades depuis l’arrestation, et le 29 décembre Kamal Al Tarayh a été admis à l’hôpital Hasan Ben Al Mahdi à Laayoune, pour d’importantes douleurs au dos. Al Mahjoub Awlad Al Cheih souffrirait aussi de douleurs au dos, mais il n’a pas été conduit à l’hôpital ni soigné.

L’arrestation d’Hasna Al Wali fait partie d’une vague de répression contre les défenseur-ses des droits humains au Sahara Occidental. Front Line Defenders pense que cette arrestation et cette détention ont un lien direct avec son travail légitime et pacifique en faveur des droits humains, notamment avec son plaidoyer en faveur de l’autodétermination du Sahara Occidental sous administration marocaine.

Front Line Defenders est profondément préoccupée pour l’intégrité physique et psychologique et pour la sécurité d’ Hasna Al Wali, en particulier car il est exposé aux risques de torture et mauvais traitements.

Publicités