Cri des prisonniers politiques marocains d’hier et de toujours

Posted on janvier 12, 2012


Solidarité Maroc :  

Lettre clandestine des prisonniers du Maroc – 

Par L’Homme de Demain , 3/1/2012 

(…) Voici un message de la part des exilés dans leur pays qui est destiné à tous ceux parmi les gens qu’il atteindra, qui est destiné à toute personne dotée de l’ouïe pour qu’elle soit témoin ainsi qu’à celui qui possède encore un petit quelque chose de sentiment humain en lui.
Ceci est notre cri et notre appel que nous envoyons de l’abîme profond, peut-être atteindront-ils les cœurs avant les oreilles. Nous vous l’envoyons après cinq mois d’obscurité, de tortures et d’exil forcé. Ceci a été comploté par ceux qui ont cru que nous nous tairions à jamais et que la nuit couvrira leurs injustices de ses ténèbres de sorte qu’elles ne soient pas révélées. De même qu’ils considèrent que leurs victimes ne constituent que la lie du peuple qui ne peut faire entendre ni sa voix, ni les injustices qu’elles subies à sa Ummah : mais vous vous trompez ! Vous vous trompez !
Par où commencer ?
La feuille de papier toilette, que nous avons durement acquise, sera-t-elle suffisante pour écrire cette lettre ? Ou bien est-ce ce mélange d’encre « tazmâmârtiya », composée de sauce et de café qui sera suffisant pour vous décrire ne serait-ce qu’une petite partie de nos souffrances ? Ceci bien sûr si elle est destinée à survivre et à arriver à destination de ceux qui se soucieront de ce cas.
Est-ce qu’on commence par le début du complot quant à la répression des prisonniers de Salé ? Ceci a été réalisé dans l’intérêt de qui ? Sous la supervision de qui ? Et pourquoi toute cette cruauté et toute cette laideur dans la vengeance ?
Ou bien vous parlerons-nous du dépouillement intégral de nos vêtements ? Du fait que nous soyons fouettés ? De la machine de torture par laquelle les ongles tombent et par laquelle les orteils se brisent ? Ou bien vous raconterons-nous la tragédie des atteintes à la pudeur dans la journée du Ramadan à mettre des bâtons dans le dos ?
Ou vous ferons-nous la liste des interdictions qui commence par le Coran et qui se finit par la feuille, le stylo, le livre et la télé ?
Ou vous parler des larmes de nos enfants et de nos mères qui ne s’arrêtent pas tout au long des 15 minutes de visite derrière deux fenêtres ? Ou tu t’imagines alors que tu rentres dans la salle de visite, que tu es entré dans un zoo ou que tu te trouves devant les cages de Guantanamo ?
Ou vous raconter l’histoire de l’isolement qui entre dans son 6ème mois maintenant ?
Ou de l’attachement avec les menottes jusqu’au point de constater un état de pourriture au niveau des poignets et des chevilles – comme l’exemple de Hajîb ?
Ou vous raconter l’histoire du pillage de tous nos biens, de nos livres, de nos vêtements, de nos couvertures, de notre nourriture et de notre argent ?
Par où commencer ?? Et de quoi parler ??
Cette tragédie a besoin de dizaines de fichiers et de dossiers pour filmer ne serait-ce qu’une petite partie de ce qui se passe toujours au Maroc des libertés, au Maroc de la nouvelle Constitution.
Maroc : le Conseil National des droits de l’Homme fut le dernier qui nous a abandonné via son secrétaire général, As-Sabbâr.
A plusieurs reprises, il ne s’est même pas donné la peine de venir nous rendre visite dans ces deux prisons : Salé 2 et Tûlâl 2 afin de vérifier l’authenticité de ce qui se produit derrière les hauts murs de ces deux prisons en termes d’humiliation de la dignité humaine. Tout en sachant qu’il a assisté à des réunions d’échange (dialogue) qui n’ont abouti à rien et dans lesquelles il y avait des manquements. Ces réunions ont été abandonnées suite aux événements des 16 et 17 mai 2011.
Et si nous avions oublié cela, nous n‘oublierons jamais la choquante réplique d’As-Sabbâr lorsqu’un prisonnier dont le sang ruisselait de sa tête alla se plaindre à lui par ces termes : ils nous ont tirés dessus avec des balles réelles ! Puis le professeur As-Sabbâr lui répondit mot pour mot : est-ce que vous voulez qu’ils vous tapent avec du chocolat ? C’est vous qui devriez commander… [ton cynique].
C’est ainsi que nous nous sommes fait poignarder par celui de qui nous attendions énormément pour faire avancer notre dossier afin de l’informer de ses violations en sa qualité d’ancien avocat militant des droits de l’Homme. Il a à de très nombreuses reprises répété que sa première priorité est la création d’une politique de détente globale.
Voici donc la raison de notre appel qui est destiné à toutes les personnes libres et honnêtes.
A celui qui transmettra notre appel qu’il sache que cela fait partie de l’assistance, du secours des innocents parmi vos fils dans la religion, dans le pays et en humanité.
Une mention spéciale est faite à ceux qui s’occupent des droits de l’Homme : la coupe est pleine !
D’ici la prochaine lettre, nous disons à toutes les personnes qui nous ont soutenu dans nos successives souffrances : mille, mille, mille mercis !
Un dernier cas de souffrance (que nos frères subissent) : l’interdiction de s’inscrire aux cours durant l’année en cours.

homme-de-demain.over-blog.net

Publicités