Le Sahara : osons débattre sur l’argent des contribuables marocains englouti…

Posted on octobre 4, 2011


Par Ali Fkir, 28/9/2011
Il y a une année (8 novembre 2010), le quotidien arabophone « ASSABAH » (l’officieux du premier groupe économique marocaine l’ONA dont le 1er actionnaire n’est autre que la famille royale) avait jeté une pierre dans la mare politique, et personne, à part le journal d’ANNAHJ ADDIMOCRATI, n’a osé en tirer des conclusions.
Qu’avait dit le journal? les  » camps de l’unité » crées en 1991 par le puissant ministre de l’intérieur d’alors, Driss Basri, engloutit annuellement 84 milliards de dirhams..
Remarques personnelles:
– Ces camps créés sous le règne de Hassan II, peuplés des marocains ‘importés » des provinces non sahariennes,souvent sous de fausses identités dans le but de participer à un éventuel référendum au Sahara occidental (toujours les mêmes pratiques du ministère de l’intérieur quand il s’agit des référendums et autres élections).
– Ces milliers de non Sahraouis (qui se retrouvent en dehors de la sphère de la production de la richesse nationale) sont à la charge des finances publiques , c’est à dire à la charge du contribuable, à la charge du peuple marocain. C’est une véritable couche sociale parasite, économiquement parlant.
– Ce montant est approximatif. Il dépasse certainement de loin les 84 milliards, montant déjà colossal
– Rappelons que ce montant est équivalent à 4 fois les subventions de la caisse de compensation en temps normal. En 2011, ces subventions arriveront exceptionnellement à 45 milliards car, dans sa lutte contre le mouvement du 20 février, l’Etat est prêt à débourser des milliards pour acheter le silence de certaines couches sociales. Les émirs pétrodollars et les bourgeoisies occidentales sont prêtes à payer une partie de la facture. La survie de la monarchie marocaine est une des priorités de ces milieux.
– Ces  » camps de l’unité » sont la source de nombreuses explosions sociales au Sahara Occidental dont les conséquences humaines sont dramatiques.
– Quand est-ce que les acteurs politiques du Maroc oseront ouvrir les yeux et reconnaîtront l’absurdité de la situation? Peut-on continuer à fermer les yeux sur les coûts du conflit du Sahara?
– Les discussions directes (sans intermédiaire aucun) entre l’État marocain et le Front Polisario ont commencé. C’est une bonne initiative. La solution résidera certainement dans le choix démocratique des Saharaouis. En dehors de ce choix, on perd du temps, on perd l’argent, on rend plus chère la vie au peuple marocain. L’argent du développement étant gaspillé par ailleurs.
A travers l’Histoire, le chauvinisme a toujours causé des drames.Les innocents en sont toujours les premières victimes. Les « bonnes consciences » ne s’en aperçoivent qu’après.
Ali Fkir (28 septembre 2011)
Publicités