Ecrire pour les libérer : Liste des 64 prisonniers

Posted on septembre 26, 2011


http://www.ecrirepourlesliberer.com/ 

Liste des 64 prisonniers

Nom – Date et lieu d’arrestation – Peine


Prison de Salé N°2, en attente d’un procès

Enaama Asfari  – 7/11/10 à El Ayoun

Né en 1970 à Tan-Tan, ville au sud est du Maroc, licencié en droit public international à la Faculté de droit et sciences économiques de l’Université de Marrakech, défenseur des Droits de l’Homme Sahraoui, Président de la Commission pour la défense des Droits de l’Homme au Sahara Occidental dont le siège est en France (CORELSO), a été arrêté le 7 novembre 2010 chez un ami à El Ayoun, Sahara Occidental par des agents de « l’intelligence » marocaine, pendant sa détention il est resté les yeux bandés, menotté, d’après ses déclarations à son avocat, il n’a pas subi de torture physique mais des pressions pour qu’il abandonne le campement de protestation quelques heures avant que ne soit violemment attaqué par les autorités marocaines le campement de GDEIM IZIK. Les autorités marocaines ont arrêté Enaama Asfari et il a été remis au Tribunal militaire. Il avait déjà été arrêté pour d’autres occasions, à Smara en décembre 2007, Marrakech en avril 2008 et en août 2009. Lors de cette dernière fois, il a passé 4 mois en prison pour motifs politiques en relation avec sa prise de position sur la question du Sahara Occidental.

Ahmed Sbaaï (Ahmed Sbai ) – 8/11/10 à El Ayoun

Né en 1971 à El Ayoun, (Sahara Occidental), ex-prisonnier politique incarcéré en 2002 et 2006, défenseur sahraoui des Droits de l’Homme, secrétaire général du Comité pour la protection des prisonniers Sahraouis, membre de l’Association Sahraouie des Victimes de Graves Violations des Droits de l’Homme commises par l’Etat Marocain (ASVDH) et du Comité contre la torture de El Ayoun ; a été arrêté arbitrairement le 8 décembre 2010, dans le quartier de Lirak par la police marocaine, gravement maltraité après avoir protesté pour sa détention à la gendarmerie marocaine où il est resté menotté et les yeux bandés.

Ahmed Sbai a confirmé ne pas avoir été torturé physiquement mais frappé et intimidé pendant l’interrogatoire, être resté les yeux bandés et menotté jusqu’à sa remise au Juge de la cause au Tribunal militaire de Rabat au Maroc. Ahmed Sbai souffre de complications du cœur et de l’appareil circulatoire, il est dans un hôpital d’Agadir au Maroc.

Chiej Banga (Cheikh Banga) – 8/11/10 à Gdeim Izik

Né le 12 janvier 1989 à Bassa, activiste en Droits de l’Homme, membre du Collectif des défenseurs des Droits de l’Homme Sahraoui CODESA et l’association marocaine des Droits de l’Homme, AMDA branche ASA, il a subi une peine de prison politique à deux reprises antérieurement, arrêté le 8 novembre 2010 au campement de GDEIM IZIK par des membres de l’armée et la gendarmerie, il a été frappé violemment pendant sa détention au cours de laquelle on l’a déshabillé, menotté, on lui a bandé les yeux, il a subi une tentative d’asphyxie jusqu’à perdre connaissance, on l’a suspendu en l’air, frappé sur tout le corps, insulté et craché sur son visage. Cheikh Banga souffre de douleurs aiguës aux mains et aux épaules.

El Bachir Khadda (Bachir Khada) – 5/12/10 à El Ayoun

Né en 1986 à Tan-Tan au sud du Maroc, ex-prisonnier politique en 2008, Sahraoui défenseur des Droits de l’Homme, membre de l’Observatoire Sahraoui des Droits de l’Homme au Sahara Occidental, détenu le 5 décembre 2010 au café Las Dunas, Plaza Edchira à El Ayoun (Sahara Occidental). D’après son témoignage, n’a pas été l’objet de tortures physiques mais de pratiques portant atteinte aux Droits de l’Homme pendant toute sa détention les yeux bandés et menotté.

Mohamed Tahili (Mohamed Tahlil) – 5/12/10 à El Ayoun

Né en 1981 à Bourijador, (Sahara Occidental), ex-prisonnier politique sahraoui, incarcéré en 2005 et 2007, défenseur des Droits de l’Homme et Président du Comité local de la section Bourjador de l’assemblée sahraouie pour les victimes de violations graves des Droits de l’Homme commises par l’Etat Marocain (ASVDH), a été arrêté le 5 décembre 2010 au café Las Dunas, Plaza Edchira à El Ayoun (Sahara Occidental) par la police marocaine. Il a confirmé ne pas avoir été soumis à la torture physique, mais psychologique pendant l’interrogatoire, il est resté les yeux bandés et menotté. Mohamed Tahlil souffre de complication de ses maladies de l’appareil digestif et rénal, suite aux précédentes détentions pour motifs politiques et aux grèves de la faim qu’il a faites auparavant.

Hassan Dah – 5/12/10 à El Ayoun

Né le 18 janvier 1987 à El Ayoun, (Sahara Occidental), un ex-prisonnier politique et défenseur sahraoui des Droits de l’Homme au Sahara Occidental, arrêté depuis le 5 décembre 2010 au Café Las Dunas sur la Plaza Edchira à El Ayoun par la police marocaine, torturé psychologiquement et physiquement, a été violé avec un bâton introduit dans le rectum, les yeux bandés et menotté, on a versé sur lui de l’eau froide et de l’urine et il a été soumis à diverses violations des Droits de l’Homme. Hassan Dah, qui souffre de graves complications sur tout le corps, a été accusé par les agents du service secret marocain, d’être le correspondant à la radio et la TV du Front Polisario et celui qui leur donnait des informations sur le campement de GDEIM IZIK.

Mohamed Lamin Haddi – 21/11/10 à El Ayoun

Né en 1984 à El Ayoun, (Sahara Occidental), défenseur des Droits de l’Homme est membre de l’Association sahraouie des victimes de violations graves des Droits de l’Homme commises par l’Etat Marocain (ASVDH). Il a été arrêté arbitrairement le 20 novembre 2010 par des agents de « l’intelligence » marocaine, affirme ne pas avoir été torturé physiquement mais avoir subi des violations des Droits de l’Homme, menotté, les yeux bandés, privé de nourriture. L’arrestation de Mohamed Lamin Haddi peut être due au fait que le 20 novembre 2010, il avait prévu de se réunir avec 2 médecins belges, les Doctoresses Marie Jeanne Wuidat et Ann Collier qui étaient allées jusqu’à El Ayoun en mission humanitaire pour visiter quelques unes des victimes de la répression des autorités du Maroc. Les médecins belges furent expulsés d’El Ayoun (Sahara Occidental).

Abdulahi Lakfawni (Abdallah Lekhfaoini) – 12/11/10 à la Playa de Foum El Oued

Né en 1974 à El Ayoun (Sahara Occidental), membre de la Commission du Dialogue dans le campement de déplacés sahraouis GDEIM IZIK, a été arrêté le 13 novembre 2010 à 25 km au sud ouest de El Ayoun par des membres de la gendarmerie de l’armée et les services secrets du Maroc, soumis à différents types de torture pendant sa détention au cours de laquelle il perdit conscience, obligé à se déshabiller et violé avec un bâton introduit dans le rectum, le corps brûlé par des cigarettes, torturé par les procédés sadiques appelés l’avion » et « le poulet grillé », on lui a versé de l’urine sur le corps, avec des simulacres d’étranglement, il est resté les yeux bandés pendant tout le processus, privé de sommeil et de nourriture.

Abdullahi Toubali (Abdallah Toubali) – 2/12/10 à El Ayoun

Né en 1980 à El Ayoun, (Sahara Occidental), membre du Comité de Dialogue du campement de déplacés GDEIM IZIK, a été arrêté le 20 décembre 2010 par la police marocaine, déshabillé, menotté et les yeux bandés, il a été violé avec un bâton introduit de force dans le rectum, on a versé sur lui de l’eau froide et des urines, tous ces actes étaient accompagnés d’insultes et de coups répétés sur le corps. On peut voir sur tout le corps d’Abdallah Toubali, en particulier sur sa tête, les marques produites par les séances de tortures dont il a été l’objet.

El Houssin Ezzaoui (Zaoui Elhoucein) – 3/12/10 à El Ayoun

Né le 10 janvier 1975 à El Ayoun, (Sahara Occidental), arrêté à minuit et demi le 2 décembre 2010 chez le mari de sa femme, Mohamed Al Saadi, dans le quartier de Al Amal de cette ville, il a été agressé par la police marocaine avant d’être interrogé par l’avocat général. Il est membre du Comité de Dialogue du campement GDEIM IZIK, il a été soumis à diverses formes de torture physiques et psychologiques, après avoir été dépouillé de ses vêtements, il a été violé avec un bâton introduit dans le rectum, pendant la nuit on lui a versé sur le corps de l’eau froide mélangée avec de l’urine. Tout le temps qu’il est resté dans les bâtiments de la gendarmerie marocaine, il était maintenu les yeux bandés et menotté dans le dos et a reçu d’innombrables insultes et coups de pied, a été privé de sommeil, de nourriture et d’eau. Le Sahraoui Zaoui Elhoucein, qui est marié, suite aux tortures infligées, à de la difficulté à garder l’équilibre et à articuler les mots.

Diech Eddaf (Daish Daf) – 3/12/10 à El Ayoun

Né le 11 mai 1978 à El Ayou, Sahara Occidental, membre du Comité de Dialogue du campement de déplacés GDEIM IZIK. Il a été arrêté le 30 décembre 2010 par des agents de la police marocaine chez lui, a été torturé, déshabillé et violé avec un bâton introduit dans le rectum, de même on lui a versé de l’eau froide, on lui a uriné sur le corps, tout le temps qu’il a été détenu, on lui a tenu les yeux bandés et il a été exposé à des violations des Droits de l’Homme, menotté, privé de sommeil, de nourriture et d’eau. Daih Daf, qui est père d’un petit garçon, a des marques visibles des tortures sur tout le corps.

Sidi Abderahmane Zayou (Zayou Abdul Rahman) – 23/11/10 à El Ayoun

Né en 1974 à El Ayoun, (Sahara Occidental). Licencié en Sciences Economiques, employé à la mairie de El Ayoun, a été arrêté arbitrairement le 25 novembre 2010 à l’aéroport de El Ayoun par la police sur la base d’un mandat d’arrêt émis par le bureau du Procureur du Ministère Public du Tribunal d’Appel à la cause de sa participation au campement de GDEIM IZIK, il n’a pas été torturé mais maltraité et est resté pendant toute sa détention menotté, les yeux bandés. Il est probable que l’arrestation d’Abdul Rahman, père d’un enfant mineur, soit en relation avec sa présence dans la Commission de Dialogue des civils Sahraouis déplacés au campement de GDEIM IZIK.

Mohamed Bourial – 8/11/10 à Gdeim Isik

Né en 1970 à El Ayoun, (Sahara Occidental), membre du Comité de Dialogue du campement de déplacés GDEIM IZIK, a été arrêté de façon arbitraire par des membres de la police, la gendarmerie et l’armée marocaine le 8 novembre 2010, emmené à la caserne principale menotté, pendant 5 jours il a été les yeux bandés, nu et frappé brutalement avec un câble en acier. Mohamed Bourial est père de 2 enfants, il souffre encore de douleurs sur tout le corps suite aux séances de torture et de mauvais traitements dont il a été l’objet.

Laaroussi Abdeljalil – 12/11/10 à Boujdour

Né en 1978 à El Ayoun, (Sahara Occidental), a été arrêté de façon arbitraire le 12 novembre 2010 à Bourjadour au Sahara Occidental, par des membres de la police, la gendarmerie et l’armée, il a été transféré à El Ayoun et soumis à diverses formes de torture psychologique et physique, déshabillé, menotté, les yeux bandés plus de 4 jours, il a été attaché à un bâton suspendu en l’air, a reçu des coups sur tout le corps, étourdi par des décharges électriques, on lui a arraché des cheveux, on l’a menacé de viol, d’amener sa femme pour la violer devant lui et, pendant tout ce temps, on l’a insulté et il a été l’objet de violations des Droits de l’Homme. Abdeljalil Laaroussi est père de 2 enfants, il soufre de troubles psychologiques suite à la torture.

Mohamed El Bachir Boutinguiza (Mohamed El Bachir Boutiguza) – 17/11/10 à El Ayoun

Né en 1974 à El Ayoun (Sahara Occidental), détenu le 19 novembre 2010 par la police marocaine, est resté au commissariat de la gendarmerie à El Ayoun longtemps les yeux bandés, menotté et nu pendant son interrogatoire. Il a été violé avant d’être emmené au Commissariat avec un objet métallique dans l’anus, il a subi des décharges électriques en particulier dans les ongles des mains et des pieds, le tout accompagné d’insultes, de privation de sommeil et de nourriture. Les avocats affirment qu’à cause du viol qu’il a subi, Mohamed El Bachir Boutiguza continue à saigner abondamment.

Mohamed Bani – 8/11/10 à Gdeim Izik

Né en 1969 à El Ayoun, (Sahara Occidental), a été arrêté arbitrairement par anticipation le 8 novembre 2010 par des forces paramilitaires, l’armée, la gendarmerie et la police quand il se disposait à quitter en voiture le campement GDEIM IZIK après la violente intervention des autorités marocaines contre le campement de déplacés Sahraouis.

Il a été soumis à diverses formes de torture psychologique et physique. Après l’avoir brutalement frappé à la tête, on l’a laissé 6 jours blessé aux intempéries, les yeux bandés, menotté, privé de sommeil et de nourriture et on lui a versé sur le corps de l’eau froide et de l’urine. Mohamed Bani est père de 6 enfants, il se ressent des effets de la torture particulièrement à la tête et au visage, ses blessures sont infectées et en très mauvais état, d’après sa famille lors de la première visite faite au prisonnier dans la prison de Salé.

Machdoufi Ettaki (Taki Elmachdoufi) – 8/11/10 à El Ayoun

Né en 1985 à El Ayoun, (Sahara Occidental), il était soldat de l’armée marocaine avant d’avoir été expulsé il y a un an et demi. Le 8 novembre 2010, il a été arrêté arbitrairement dans l’avenue de Smara à El Ayoun par la police marocaine et l’armée, remis à la gendarmerie, il a été torturé et maltraité, les yeux bandés, menotté dans le dos, subissant pendant 6 jours un traitement inhumain, nu, on a uriné sur lui, suite aux coups reçus, il fut gravement blessé et transféré à l’hôpital militaire à deux reprises d’après les affirmations de deux témoins oculaires faites à sa famille.

El Ayoubi Mohamed (Mohamed Al Ayoubi) – 8/11/10 à Gdeim Isik

Né en 1955, diabétique, souffre de troubles psychologiques depuis l’enfance, arrêté le 8 novembre 2010 au campement GDEIM IZIK par des effectifs de l’armée, la gendarmerie et des forces paramilitaires, a été violé par un bâton introduit dans le rectum, les yeux bandés, menotté et nu, on lui a versé sur le corps de l’urine et de l’eau froide tout en l’insultant et lui donnant des coups de pied. Les avocats et sa sœur Aisha Al Ayoubi disent que, suite aux tortures infligées à Mohamed Al Ayoubi, il a du mal à parler, il est faible et à la main droite fracturée, maux pour lesquels il n’est pas traité à l’administration pénitentiaire et il souffre de troubles mentaux et de diabète.

Sidi Abdallah B’hah (Sidi Abdallah Abman) – 17/11/10 à El Ayoun

Né en 1975 à El Ayoun, (Sahara Occidental), arrêté le 19 novembre 2010 par la police et la gendarmerie, il est resté nu, menotté, les yeux bandés pendant l’interrogatoire, on a uriné sur lui, l’a privé de dormir, on l’a obligé à rester assis face au mur sans bouger. Il a aussi été l’objet de divers types de torture psychologique et physique. Sidi Abdallah Abman souffre de graves douleurs sur tout le corps suite à la torture infligée lors de sa détention au Commissariat de la gendarmerie marocaine.

Brahim Ismaïli – 9/11/10 à El Ayoun

Mohamed Embarek Lefkir – 11/11/10 à El Ayoun

Babait Mohamed Juna – 15/08/11 à El Ayoun

Moustafa Abdedaim – 28/10/09 à El Ayoun – Condamné à 3 ans

Mohamed Abulkasem

Sid Ahmed Lamjayed – 26/12/10 à El Ayoun

Prison locale de Salé, les prisonniers sont en détention préventive

Brahim Chiayah – 22/04/11 à Rabat

Moussad Sleima – 22/04/11 à Rabat

Aabielil Saïd – 22/04/11 à Rabat

Lhabib Mansouri – 22/04/11 à Rabat

Ahmed Ayoub – 22/04/11 à Rabat

Barrak Mohamed – 22/04/11 à Rabat

Prison de Tiznit peines prononcées

Mouyahed Mayara – 1/03/08 à Tan Tan – 4 ans

El Burkaoui Mahmoud – 1/03/08 à Tan Tan – 4 ans

Lafkir Lahsen – 1/03/08 à Tan Tan – 4 ans

Salmi Mohamed – 1/03/08 à Tan Tan – 4 ans

Bouamoud Mulay Saïd – 2/12/08 à Casablanca – 4 ans

El Mayoub Aillal – 26/02/09 à Tan Tan – 4 ans

Lahman Salama – 2/03/08 à Tan Tan – 10 ans

Brahim Khalil Mghiemma El Ayoun à 12/10/04 – 10 ans

Aali Ritani – 2/07/11 à Mahbès – 3 mois

Aazzi Aziz – 2/07/11 à Mahbès – 3 mois

Assaih Mohamed Elhasan à Mahbès – 3 mois

Edayam Mokhtar à Mahbès – 3 mois

Anchad Houssin à Mahbès – 3 mois

Chakrad Khalid à Mahbès – 3 mois

Aba Hazem Mouhmed à Mahbès – 3 mois

Aali Ritani – 2/07/11 à Mahbès – 3 mois

Prison de Aït Melloul peines prononcées

Yahia Mohamed – Elhafed 1/03/08 à Tan Tan – 15 ans

Bachri Bentaleb – 22/12/06 à El Ayoun – 5 ans

Cheik Amaïdan – 7/08/09 à El Ayoun – 5 ans

Marir Sid Ahmed – 2/11/09 à Tan Tan – 4 ans

Sahel Rtaimi – 2/11/09 à Tan Tan – 4 ans

Isa Bouda – 3/11/09 à Boujdour – 4 ans

Elhait Mahfoud – 23/10/09 à Dakhla – 4 ans

Charafi Salama – 17/03/ 08 à Tan Tan – 4 ans

Mohamed Ali Elbasraoui – 23/11/03 – 15 ans

Prison de Taroudant peines prononcées

El Ouali Amaidan – 10/12/06 à El Ayoun – 5 ans

Bani Abdel Ghani – 2/03/08 à Tan Tan – 4 ans

Najem Bouba – 2/03/08 à Tan Tan – 4 ans

Khalad Hassan – 9/10/ 08 à Tan Tan – 4 ans

Prison de Benslimane

Abdellah Hassan – 2/10/08 à El Ayoun – 10 ans

Prison de Kénitra

Salek Laasari – 12/10/04 à Tan Tan – Perpétuité

Saleh Amaidan – 13/10/04 à Tan Tan – 10 ans

Prison d’El Ayoun

Ghali Bouhela

Publicités