Sahara occidental : un pas « culturel » important franchi à Madère ?

Posted on septembre 21, 2011


La Lettre Méditerranée :

DIMANCHE, 18 SEPTEMBRE 2011 17:14 ALAIN COHEN-KRAWCYK
Après des années de séparation de part et d’autre de la frontière algéro-marocaine, les sahraouis se retrouvent dans une démarche originale à Madère, au Portugal. Une fois n’est pas coutume, l’objet de ces retrouvailles qui sont supervisées par le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) , est un thème unificateur pour les sahraouis, celui de la culture Hassaniya.

Pas de politique au menu donc pour cette rencontre, bien que les observateurs aient bien senti la portée symbolique de mettre ensemble saharaouis vivant à Tindouf, sous l’autorité du Polisario, et ceux vivant au Sahara Occidental, sous contrôle marocain. Le HCR a inclut cette démarche dans le cadre de mesures de rétablissement de la confiance entre les deux parties.

Un choix d’autant plus pertinent que ce programme s’inscrit en droite ligne des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Le programme traduit de surcroît la volonté de la communauté internationale de mettre un terme au conflit du Sahara Occidental qui oppose le Maroc et le front Polisario, soutenu, financé et hébergé par l’Algérie voisine. Ce sont donc 34 sahraouis, venant à la fois des camps de Tindouf en Algérie, et du Sahara Occidental marocain, qui se sont réunis quatre jours durant, depuis le 14 septembre dans l’archipel portugais. L’objectif de cette rencontre à fort cachet culturel et humanitaire, est de sensibiliser et de renforcer la confiance entre les deux parties.

Une démarche qui intervient dans le prolongement des efforts des Nations Unies pour trouver une solution politique à un différend qui divise la communauté sahraouie depuis presque 36 ans. Outre cette rencontre, le programme de rétablissement de la confiance comporte d’autres mesures. La plus emblématique est l’opération d’échange de visites entre les membres des mêmes familles séparées, et qui vivent d’un côté ou de l’autre de la frontière entre le Maroc et l’Algérie. Une consolation provisoire pour les sahraouis, frustrés de voir les pourparlers sur l’avenir du Sahara tourner en rond, chaque partie campant sur ses positions : plan d’autonomie élargi pour le Maroc, indépendance pour el Polisario.

Pour le médiateur de l’ONU au Sahara Occidental, l’ambassadeur américain Christopher Ross, l’élargissement des mesures de confiance au volet culturel constituent une priorité, qu’il aurait à maintes fois réitérées aux parties au sein des négociations informelles qui se poursuivent à Manhasset. Cette fois, il semblerait que sahraouis du Maroc et de Tindouf soient décidés à aller de l’avant, s’inscrivant enfin dans les recommandations du Conseil de sécurité de l’ONU, qui les invite à faire « preuve de réalisme et d’un esprit de compromis pour aller de l’avant dans les négociations ».

Publicités