Séjours d’ enfants sahraouis en France loin des conditions de vie très dures dans les camps de réfugiés

Posted on août 1, 2011


Par Laurent Borderie, Le Populaire, 27/7/2011
Des séjours qui resserrent les liens
                      
 Depuis plus de 10 ans, le comité Limousin de solidarité avec le peuple sahraoui organise des séjours pour les enfants des camps algériens.

«Et si les Sahraouis étaient les précurseurs du printemps arabe ? Pour Alain Dauger, le président du CLSPS, il n’y a aucun doute. « En novembre 2010, les manifestations contre l’occupation marocaine se sont multipliées à Layoune, dans la capitale du Sahara occidental. Elles ont été réprimées violemment mais elles n’ont pas cessé depuis. »

« Malgré les arrestations et les exactions subies par ce peuple occupé depuis le milieu des années soixante-dix, le Front Polisario n’a jamais été aussi mobilisé et de très nombreux mouvements sont enregistrés dans les camps de réfugiés installés dans le sud algérien. Les jeunes veulent que les choses changent, beaucoup veulent retrouver leur pays d’origine et l’ambiance dans les camps sans être tendue est exacerbée ».
En France, rares sont ceux qui s’intéressent, voire qui connaissent la situation du Sahara occidental et des centaines de milliers de réfugiés qui attendent le départ des marocains dans des camps installés dans le désert Algérien.
Les membres du CLSPS ont décidé de médiatiser ce qu’ils considèrent comme une tragédie humanitaire. « Des négociations sont en cours sous l’autorité de l’ONU entre le Front Polisario et le Maroc. Ils campent sur leurs positions et la situation n’évolue pas. Régulièrement un progrès se profile mais depuis plus de 10 ans nous constatons que rien n’avance. Il suffirait d’un vote au conseil de sécurité de l’ONU mais ce dernier n’arrive toujours pas, la France menace d’y opposer son veto, aussi la stagnation est au rendez-vous.
Nous n’avons pas l’ambition de faire changer les choses, alors nous concentrons notre énergie sur les conditions de vie des jeunes enfants et adolescents dans les camps de réfugiés. En leur permettant de passer deux mois d’été en France nous leur apportons du confort et les éloignons des conditions de vie très dures de ces camps transitoires.
« Durant ce séjour, nous pouvons profiter de la générosité des villes de Limoges et Saint-Junien qui accueillent gratuitement les enfants dans les centres de loisirs. Ils dorment et passent le week-end dans les familles. Nous pouvons compter sur un réseau de bénévoles qui accueillent les enfants avec enthousiasme et savent que cet effort n’est pas vain. En outre, nous avons pu compter aussi sur le soutien de la région Limousin qui a financé l’installation d’une école bilingue Français\Arabe dans le camp.
Cette expérience a rencontré un grand succès et les familles sont de plus en plus nombreuses à vouloir inscrire leurs enfants dans cette structure. Nous espérons désormais pouvoir participer à la formation des maîtres dans les camps et envisageons un partenariat avec l’Université de Limoges. Lorsque nous entendons les enfants s’exprimer aussi facilement en français et que nous constatons qu’ils s’intègrent de mieux en mieux dans les familles, nos efforts sont encouragés ».
Depuis dimanche, les enfants sont arrivés à Saint-Junien, ils y resteront jusqu’au 15 août. En choeur, ils peuvent crier « vive la France ! »
laurent.borderie@centrefrance.com
Publicités