Maroc : Le baltajia médiatique et le sale boulot

Posted on juillet 31, 2011


Solidarité Maroc
Par Ali Fkir, 30/7/2011 
 
Dans le cadre de la création d’un certain nombre « d’institutions » de façade tel le CNDH, de l’octroi d’autres telle la « constitution » du 1er juillet qui « légitime » la tyrannie en place, dans le cadre de la mobilisation des forces conservatrices telles les zaouïas et les imams inféodés, de « récupération » des rebuts politiques tous azimuts…l’Etat a généreusement « investi » dans les mass-médias.
Les lobbys, les « sécuritaires », ceux qui ont peur du changement (intérêts obligent !) ont pratiquement mis main basse sur les moyens de communication, d’information, aussi bien publics que privés.
L’OBJECTIF IMMEDIAT?
Contrecarrer le mouvement du 20 février en général, s’attaquer à ses forces d’appui en particulier. ANNAHJ ADDIMOCRATI est l’une des cibles de cette campagne réactionnaire.
L’un des quotidien crée pour cette sale besogne est « AL AKHBAR ». Ce « journal » a été pondu 3 mois après la naissance du mouvement du 20 février. C’est un projet financier important. Qui est derrière le projet ? sans rentrer dans les détails de financement, le « journal » a pour mission de défendre le pouvoir absolu en place, de s’attaquer au mouvement du 20 février, de dénigrer les forces vives qui appuient ce mouvement…
Dernière sortie de ce quotidien : pourquoi le journal d’ANNAHJ ADDIMOCRATI exige une subvention financière ?
REMARQUES :
– Les milliards de centimes distribués par l’Etat n’appartiennent pas au « makhzen » comme le laisse entendre cette voix du makhzen. C’estl’argent des contribuables, l’argent du peuple marocain.
– Cet argent n’est accordé en premier lieu qu’aux journaux inféodés au makhzen, aux partis parlementaires, aux journaux qui ne remettent pas en question les fondements du régime, au baltajia médiatique.
– En juillet 2004, les militant-es d’ANNAHJ ADDIMOCRATI (avec la solidarité des militant-es du PADS, PSU…) ont manifesté (peut-être la 1ère fois dans l’histoire du Maroc) devant le ministère de l’intérieur (des dizaines de militant-es, dont le grand militant Abderrahmane Benamre, ont été tabassé-es sauvagement) pour arracher la « légalité juridique » (la légitimité a été acquise depuis la création d’ILAL AMAM le 30 août 1970 et n’a pas besoin du sceau du makhzen).
– ANNAHJ a arraché cette « légalité » sans faire aucune, je dis bien AUCUNE concession concernant son référentiel politico-idéologique (le marxisme, l’autodétermination du peuple sahraoui, la nature du régime…)
– Sans faire du boycott des « élections » une stratégie, ANNAHJ n’a pas cautionné la « démocratie « de façade
– En rejetant le parlementarisme de façade, le terrorisme, le putschisme, l’élitisme, ANNAHJ ADDIMOCRATI a opté sans tergiversation aucune sur le LUTTE DETERMINEE DES MASSES POPULAIRES CONSCIENTES et ORGANISEES
– Des milliards sont distribués annuellement aux partis parlementaires. ANNAHJ n’a jamais reçu un centime.
– Des milliards sont distribués annuellement aux journaux, Le journal d’ANNAHJ n’a jamais reçu un centime.
– Des centaines de milliards sont gracieusement octroyés aux sécuritaires pour réprimer le peuple, aux parlementaires pour jouer le rôle de figurants, aux partis monarchiques pour jouer les sapeurs-pompiers… Des potentats puisent sans vergogne dans les caisses de l’Etat…
– Les quotidiens « AL KHABAR », « AKHBAR Al YOUME » ne sont pas choqués par cette dilapidation des deniers publics. Ils ne sont scandalisés que par la position du journal d’ANNAHJ.
POURQUOI CETTE RÉACTION ALLERGIQUE ?
C’est que ANNAHJ ADDIMOCRATI a choisi le camp du peuple et que les pourvoyeurs de fonds de ces canards se trouvent le camp adverse.
– SOYONS CONSEQUENTS :
Soit nous refusons tous (c’est ma position) les subventions accordées aux partis politiques, aux journaux… (nonobstant leurs positions vis-à-vis du régime), soit nous défendons tous le droit à toutes les forces d’opposition (dont ANNAHJ ADDIMOCRATI) à bénéficier de ces subventions.
A l’intention des non avertis, car les baltajis d’AL AKHBAR et consorts n’écrivent que ce que leurs dictent leurs maîtres.
« La Commission paritaire de la Presse écrite octroie une subvention de 40,5 MDH lors de sa dernière réunion
Rabat- Le montant total de subventions octroyées par la Commission paritaire de la presse écrite (CPPE), lors de sa dernière réunion, a atteint 40,5 millions de DH.
Un communiqué de la commission indique que la réunion du 22 juillet, a été présidée par le secrétaire général du ministère de la Communication M. Redouane Benlarbi, en présence des représentants de départements gouvernementaux et de la Fédération marocaine des Editeurs de journaux…
………
Au cours de cette réunion, la CPPE a octroyé le numéro de la commission permettant de bénéficier de la subvention publique destinée aux entreprises de presse à cinq nouveaux titres remplissant les conditions stipulées par le contrat-programme, ce qui porte à 74 le nombre de journaux éligibles à la subvention.
Concernant la subvention au titre du premier semestre 2011, la commission a décidé d’allouer un montant de 30.075.000 DH aux journaux remplissant ces conditions. »
—————————————–
Remarques : pour le seul premier semestre de 2011 plus de 3 milliards de centimes pour 74 journaux dont plus de 80% sont inconnus du public
C’EST SCANDALEUX. « AL KHABAR » n’en dit rien !
Publicités