Khouribga : Si tu votes oui tu auras un emploi…

Posted on juillet 10, 2011


Khouribga : affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre
 Par lakome.com, 7/7/2011
Des émeutes ont éclaté à Khouribga depuis le mercredi 6 juillet avec des affrontements violents entre les forces de l’ordre et les manifestants revendiquant un travail à l’OCP.
Contacté par Lakome, des acteurs associatifs disent que les autorités ont arrêté 30 manifestants. Selon les mêmes sources, 9 d’entre eux seront traduit en justice. Les émeutes ont également fait des blessés des deux côtés.
Les affrontements les plus violents auraient eu lieu, selon des témoins sur place, à Hattane, un village dans les environs de Khouribga. Les manifestants y ont attaqué un centre appartenant à l’OCP. Les forces de l’ordre sont intervenues avec les matraques et les bombes lacrymogènes pour disperser les manifestants. Des hélicoptères appartenant à la gendarmerie ont survolé la localité sans intervenir.
Que le début
Toujours selon les mêmes sources, les protestations ont gagné aussi le village de Boujeniba après que des manifestants aient attaqué des installations et des administrations appartenant à l’OCP.
Nombre d’observateurs locaux assurent que les protestations à Khouribga, qui connaît une présence policière massive, pourraient connaître plus de violence. Les manifestants continuant d’affluer.
Promesses non tenues?
Les causes de ces émeutes trouvent leur origine dans les promesses faites par la direction de l’OCP à ses employés selon lesquels leurs familles auraient la priorité dans l’embauche. Dans les deux jours qui ont précédé, la direction de l’OCP avait annoncé 8 000 postes à pourvoir sur le plan national. La direction a reçu à cet effet 36 000 demandes d’emploi. L’annonce des 3 000 postes alloués à la région de Khouribga et ses régions a déclenché l’ire de ceux dont la candidature n’a pas été retenue.
Selon des sources locales, le mécontentement des manifestants est aussi consécutif à la campagne référendaire. Les autorités de la ville auraient promis de l’emploi à tout ceux qui voteraient « oui » durant le référendum
http://fr.lakome.com/politique/42-actualites-politique/524-khouribga-affrontements-entre-les-manifestants-et-les-forces-de-lordre-.html————————————————————————————————————

Khouribga, la capitale minière, en lutte

Par Ali Fkir, 8/7/2011 
En résumé (la couverture complète sera assurée par le Journal ANNAHJ ADDIMOCRATI):
– Depuis quelques années les enfants des anciens mineurs de Khouribga, les chômeurs de la région, les ouvriers victimes de licenciement arbitraire, les ouvriers qui travaillent dans le cadre de CDD (par l’intermédiaire des sociétés créées par d’anciens cadres de l’OCP, et qui bafouent les droits fondamentaux des salariés)….toutes ces couches sociales revendiquent leurs droits les plus élémentaire: droit au travail… luttent contre la précarité , contre le licenciement abusif…
– Avec le mouvement du 20 février, l’Etat a poussé son rejeton (l’OCP) à réintégrer les 850 ouvriers de SMESI qui avaient mené une bataille (de plus de 20 mois) sans précédente pour leurs légitimes droits.
– De même, on  promit à tous les protestataires le paradis terrestre, ce qui n’empêche pas l’Etat de coffrer 15 personnes (dont 11 ouvriers) suite aux émeutes de ces derniers mois dont la responsabilité incombe entièrement aux services locaux de l’Etat et de l’OCP.
– Des listes ont été ouvertes pour les personnes à la recherche du travail.
– On demande aux gens de patienter et attendre la fin de  » l’opération constitutionnelle ». L’administration à d’autres chats à fouetter!
– A la veille du « référendum » du 1er juillet, on demande aux gens d’aller voter OUI, condition incontournable pour bénéficier d’un poste de travail.
– Le lundi 4 juillet (3 jours après le référendum) des listes de bénéficiaires apparurent: le nombre est insignifiant (par rapport au nombre de candidats), les « bénéficiaires » sont choisis selon des critères de clientélisme, corruption, politique, connaissances…
L’Etat et l’OCP ont allumé l’étincelle qui mit immédiatement le feu à la poudre: les premières manifestations ont vu le jour à Khouribga, puis s’étendirent à Boujniba, Hattane et autres centres miniers de la province
Des dizaines d’arrestation, des blessés, des dégâts…Des hélicoptères seraient même intervenues pour disperser les manifestants…
Le jeudi 7 juillet, la région connait toujours des manifestations.
12 personnes ont été présentées au tribunal dont 8 à la cours d’appel.
La solidarité avec les victimes des politiques de l’Etat nous interpelle!
La solidarité avec les détenus nous interpelle!————————————————————-
Maroc : Plus d’une centaine de blessés lors d’affrontements à Khouribga
Par Ghita Ismaili, Yabiladi, 8/7/2011
De nouveaux incidents sont signalés à Khouribga. De violentes confrontations ont eu lieu entre des manifestants demandant à être employés à l’Office Chérifien des Phosphates (OCP) et les forces de l’ordre. Résultat : plus d’une centaine de blessés et de nombreux dégâts matériels selon un responsable de l’AMDH. 
Après les incidents survenus en mars dernier, de nouvelles manifestations ont eu lieu cette semaine à Khouribga, pour réclamer des emplois à l’Office Chérifien des Phosphates (OCP).  Des manifestations qui ont débordées : Depuis lundi soir, la ville est témoin de violents affrontements entre les forces de l’ordre et les chomeurs-manifestants de la région. « Des violences ont été signalées mardi et mercredi dans les villages voisins de Khouribga, à Boujniba et Hattane notamment, où les éléments des forces de l’ordre ont dû intervenir pour disperser les manifestations. Deux hélicoptères survolaient aussi le village mais sans intervenir », nous informe Assal Hajaj, président la section Khouribga, de l’Association Marocaine des Droits de l’Homme (AMDH), joint par téléphone.
Les confrontations ont causé jusque là « plus d’une centaine de blessés dans les deux rangs », nous indique la même source avant d’ajouter que « prés de 30 personnes ont été arrêtées. Elles sont soupçonnées d’avoir participé à des actes de vandalisme ». 13 personnes d’entre elles ont été présentées hier, jeudi 7 juillet, devant la justice. Les autres devraient comparaitre aujourd’hui, estime le responsable de l’AMDH.
Pour rappel, il y avait déjà eu de violents affrontements en mars dernier à Khouribga. La police avait procédé au démantèlement de plusieurs campements de chômeurs qui réclamaient d’être embauchés à l’OCP. Le bilan officiel avait fait état de 120 blessés dont 112 éléments des forces de l’ordre. A l’origine des protestations d’aujourd’hui, des promesses d’embauche qui n’auraient pas été parfaitement respectées par le groupe chérifien.
36 000 demandes d’emploi de Khouribga, pour 5800 postes promis au niveau national
Dans un communiqué rendu public en mai dernier,  le groupe informe de la mise en place d’« un important plan de redynamisation des régions sur lesquelles il opère ». Baptisé OCP Skills, « ce plan concerne 5800 nouveaux emplois pour les besoins industriels et de service au niveau des sites OCP, dans tous les métiers et tous les niveaux. Les recrues seront retenues en toute transparence selon des critères rigoureux. Parmi les nouvelles recrues, une attention particulière sera accordée aux candidats ayant une proximité avec l’OCP, soit en qualité d’enfants de retraités, soit en tant qu’habitants de zones riveraines de ses installations », pouvait-on lire sur le communiqué.
Sur les 5800 promesses d’embauche, l’OCP n’aurait réservé que 2800 pour les habitants de Khouribga et ses environs. Ce quota n’aurait pas satisfait ces derniers qui ont été prés de 36 000 à envoyer leurs candidatures à l’OCP. D’autant plus que « certaines familles ont reçu 3 convocations alors que d’autres n’ont rien vu venir », explique Assal Hajaj.
Le CNDH suit le dossier
Le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH), qui avait effectué une enquête suite aux violences du mois de mars, n’a pas encore diffusé les résultats de celle-ci. Contacté par téléphone, Mohamed Sebbar, secrétaire général du CNDH  nous a assuré que son organisation suit de très prés les événements actuels de Khouribga : « Les nouveaux éléments récoltés vont être inclus à notre enquête. Les résultats du rapport vont être publiés avant la fin du mois ».
http://www.yabiladi.com/articles/details/6109/maroc-plus-d-une-centaine-blesses.html