Accord de pêche : bataille entre lobbys à Bruxelles

Posted on juin 24, 2011


Demain OnLine :

Casablanca.- Les 27 membres de l’Union européenne sont divisés. Certains veulent reconduire l’accord de pêche avec le Maroc, et d’autres s’y refusent. Les premiers cherchent à le proroger jusqu’au mois de février 2012, les seconds exigent qu’une partie des bénéfices de cet accord aille aux Sahraouis et veulent que tous les doutes quant au respect des droits de l’homme au Sahara soient levés.

L’actuel accord de pêche arrive à expiration en août prochain. Il avait été exceptionnellement prorogé en février dernier. Cet accord octroie 119 licences à la flotte communautaire, dont une bonne centaine reviennent à l’Espagne. En échange, l’UE accorde une compensation de 36,1 millions d’euros par an au Maroc.

Depuis le mois de février, date d’expiration de l’accord de pêche, les négociations pour une reconduite en bonne et due forme de l’accord de pêche sont bloquées. Les services juridiques du Parlement européen, plusiers Etats membres et la propre commissaire européenne à la pêche, Maria Damanaki, veulent connaître les bénéfices qu’apportent cet accord à la population sahraouie. Mme Damanaki a même demandé au Maroc la preuve de l’impact de cet accord sur la population sahraouie avant d’entrer en négociation sur la reconduction de la convention.

Le Maroc a répondu. Mercredi dernier, lors d’une réunion des ambassadeurs des 27 Etats membres, la Commission européenne a présenté aux participants l’information offerte par le Maroc.

Selon une dépêche d’Europa Press se basant sur des sources européennes, les autorités marocaines ont prouvé « de manière objective » que l’accord a favorisé la « création d’emplois » au Sahara et que Rabat a « transféré des fonds communautaires » en bénéfice de ce territoire en conflit.

Mais ces informations n’ont pas été jugées satisfaisantes par certains Etats membres. Alors que l’Espagne, la France et la propre Commission européenne sont favorables à une reconduction de l’accord, d’autres pays comme le Danemark et la Suède s’y opposent. Non seulement à l’accord provisoire qui arrive à expiration en août, mais également à celui qui devrait être négocié avant mars 2012.

On en est là. La bataille entre le lobby marocain et le lobby sahraoui ne fait que commencer.

Badr Soundouss

Publicités