WSRW contraint de quitter le Sahara Occidental

Posted on juin 3, 2011


Western Sahara Resource Watch

Membre de Western Sahara Resource Watch, Elena Pollán, a été ce week-end forcée de quitter le Sahara Occidental après avoir été harcelée par la police marocaine. Pollán réalisait des entretiens avec des sahraouis sur la pêche illégale de l’UE sur le territoire.

Membre et chercheur de Western Sahara Resource Watch, l’espagnole Elena Pollán González, s’est rendu le 25 mai à El Aaiun, au Sahara Occidental pour effectuer des entretiens avec des militants sahraouis. Mais après seulement 2 jours, elle a été forcée de quitter le territoire.Le but de son voyage était double. Elle voulait rencontrer les deux militantes Hayat Erguaibi et Nguia El Haouassi, récemment libérées de prison, où les deux jeunes femmes étaient enfermées depuis le 8 décembre 2010, sans avoir commis aucun crime.

Lors de sa visite, Elena Pollán et sa collègue militante Raquel Ramírez voulaient aussi rencontrer des militants pour collecter des témoignages contre la pêche de l’UE sur le territoire, pêche à propos de laquelle les services juridiques du Parlement de l’UE ont conclue qu’elle était en violation du droit international.

Ils voulaient aussi rencontrer des membres de la famille de  Said Dambar, le jeune sahraoui, qui a été exécuté par balle par un agent de la police marocaine à El Aaiun le 24 décembre dernier. Depuis lors, la famille Dambar exige une autopsie officielle.

Tôt le matin du samedi 28 mai, plus d’une douzaine de policiers ont fait irruption dans la maison dans laquelle les deux femmes espagnoles logeaient. Les policiers étaient accompagnés par le gouverneur de El Aaiun, qui les a violemment réprimandées, a temporairement confisqué leur passeport, et les a forcées à rester dans un hôtel où elles étaient constamment sous surveillance policière, cernant tous les extérieurs de l’hôtel.

« La suppression des rideaux aux fenêtres de la chambre, signifiait que les policiers à l’extérieur lançaient des appels téléphonique avec leurs mobiles à chaque mouvements que nous faisions à l’intérieur », a déclaré Raquel Ramírez dimanche 29 mai, à l’aéroport de Barajas à Madrid.

« Compte tenu du harcèlement et de la surveillance, nous avons constaté qu’il était impossible de poursuivre notre travail de recueil des témoignages, et que nous mettrions en péril les amis sahraouis avec lesquels nous avons travaillé sur la documentation de la question des ressources naturelles. Donc, nous n’avions aucun autre choix que de retourner en Espagne « , a déclaré Elena Pollán.

Les deux militantes ont été surveillées de façon continue jusqu’à ce qu’elles prennent le vol de retour. Le gouverneur était même présent quand elles ont pris l’autobus pour le trajet vers Marrakech.

C’est la deuxième fois que Pollán est expulsée. La première était en janvier 2011.

WSRW, 29 mai 2011

Publicités