Le président de la République appelle Ban Ki-moon à intervenir d’urgence pour assurer la protection des civils sahraouis

Posted on mai 24, 2011


Dans deux communiqués de Sahara Press Service, l’agence sahraouie revient sur la situation des Droits de l’Homme dans les territoires sous occupation marocaine : « Le président de la république appelle Ban Ki-moon à intervenir d’urgence pour assurer la protection des civils sahraouis » et « Le président du parlement sahraoui : toutes les options restent envisageables, y compris le retour à la lutte armée. »

Le président de la république appelle Ban Ki-moon à intervenir d’urgence pour assurer la protection des civils sahraouis

Bir Lehlou (camps de réfugiés), 21 mai 2011 (SPS) Le président de la République, SG du Front Polisario, M. Mohamed Abdelaziz, a appelé samedi le secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, à « intervenir d’urgence » pour assurer la protection des civils sahraouis dans les territoires occupés du Sahara Occidental de la répression des autorités marocaines.

Le président, Mohamed Abdelaziz a attiré l’attention de Ban Ki-moon sur l’attaque brutale perpétrée jeudi dernier par les autorités d’occupation marocaines contre un rassemblement des Sahraouis au domicile de la famille Martyr Dambar, dont le nombre de blessés a atteint quelques 40 personnes composé majoritairement de femmes et d’enfants, dans une lettre rendu publique samedi.

« Il est surprenant et inacceptable que nous sommes encore aujourd’hui témoins de pratiques abominables et des violations graves des droits de l’homme dans un territoire se trouvant sous la responsabilité directe des Nations Unies », a regretté le président de la République.

Le gouvernement marocain « continue de commettre des violations flagrantes et des crimes atroces, à travers la répression brutale contre les citoyens sahraouis sans défense, pour avoir seulement appelé à l’application de la Charte des Nations Unies et des résolutions du conseil de sécurité, afin de permettre au peuple sahraoui l’exerce de son droit inaliénable à l’autodétermination et la divulgation.

Les manifestants ont en outre réclamé à faire toute la vérité sur les conditions et les circonstances autour de l’assassinat Said Dambar en décembre dernier par un agent de la police marocaine et des centaines d’autres cas d’assassinats politiques et de disparitions forcées », a-t-on ajouté.

M. Mohamed Abdelaziz a estimé que cette « intervention brutale vient réaffirmer une fois de plus l’impérieuse nécessité de dépêcher une mission internationale et indépendante pour enquêter sur les violations flagrantes des droits de l’homme infligées par le Maroc contre les Sahraouis ».

Il a enfin appel le SG de l’ONU à « exercer des pression sur le gouvernement marocain pour qu’il se conforme aux exigences de la légitimité internationale, afin de permettre la tenue du référendum d’autodétermination du peuple du Sahara occidental, libère le prisonnier politique sahraoui, Yahia Mohamed Hafed, condamné à 15 ans de prison ferme et tous ses autres compagnons qui croupissent encore dans les prisons marocaines ». (SPS)

Le président du parlement sahraoui : toutes les options restent envisageables, y compris le retour à la lutte armée


Chahid El Hafed
, 21 mai 2011 (SPS) « Toutes les options de la lutte nationale restent envisageables, y compris le retour à la lutte armée », a déclaré le président du Parlement, Khatri Adaouh dans une conférence organisée samedi, à Chahid El Hafed, à l’occasion du 38ème du déclenchement de la lutte armée et du sixième anniversaire de l’insurrection de l’indépendance dans les territoires occupés du Sahara occidental.

« La lutte du peuple sahraoui et son unité nationale ont imposées à l’occupant marocain et à la communauté internationale de reconnaître le Front Polisario, en tant que seul représentant légitime des Sahraouis », a précisé le président du parlement sahraoui.

« Les négociations qui regroupent le Front Polisario et le Maroc à table, face à face et sous les auspices de l’ONU, est une reconnaissance explicite du Front Polisario pour représenter le peuple sahraoui », a-t-il ajouté.

« Ni les méthodes répressives les atermoiements du Maroc, ni les configurations régionales et internationales ne feront renoncer les peuple sahraoui à ses droits légitimes à l’indépendance nationale et à l’édification d’un Etat où tous les sahraouis jouissent de leurs droits politiques, sociaux, économique et humains à l’instar des autres peuples du monde », a insisté le président du Conseil national.

Il a également appelé à la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers politiques dont des activistes sahraouis des droits humains qui se trouvent exposés « aux pires formes de torture et de mauvais de traitement dans les prisons du Maroc ».

M. Khatri Adouh, également chef de la délégation sahraouie aux négociations, a rendu un vibrant hommage à l’Armée de libération populaire sahraouie (ALPS), aux militants sahraouis dans les territoires occupés, au sud du Maroc, dans les universités marocaines et au peuple sahraoui dans son ensemble en lutte pour le recouvrement de ses droits légitimes à l’autodétermination et à l’indépendance. (SPS)

Publicités