Khouribga : Bain de sang!

Posted on mars 17, 2011


Solidarité Maroc :

Par Ali Fkir, 15/3/2011- 17h

Il est 15h40 (GMT), les affrontements entre les citoyens ( essentiellement les jeunes, les femmes… des familles des anciens mineurs de la région) et les diverses forces de répression se poursuivent à Khouribga. Les locaux  administratifs de l’OCP détruits, une vingtaine de voitures incendiées, il y aurait pour le moment 3 morts parmi les protestataires, des dizaines de blessés, des centaines d’arrestations…

Chronologie des évènements:

– Historiquement, l’OCP commence toujours par recruter les enfants des retraités, des décédés…

– Avec l’expansion de ses activités, l’OCP aurait décidé dernièrement de recruter plus de 1 000 personnes et pour des raisons inconnues (politiques?) il aurait fait venir des « sahraouis ».

– Par réaction, les enfants des anciens mineurs, les enfants de la région, ont dressé des tentes et organisé un sit in illimité depuis une vingtaine de jours. Un comité de solidarité a été constitué par des militants de la ville.

Aujourd’hui, 15 mars 2011, vers 5h du matin, les diverses forces de répression ont attaqué sauvagement les paisibles citoyen-nes en sit in, blessant des dizaines d’innocent-es.

– Les habitants des quartiers phosphatiers sont sortis et se sont retrouvés face à face avec les forces de répression qui les ont chargés sans ménagement aucun.

A peu près 12 000 citoyens affrontent en ce moment les forces de répression. Khouribga vit aujourd’hui son plus grave bain de sang d’après « l’indépendance ». Khouribga est à feu et à sang. Des citoyens désarmés sont victimes d’une répression sans précédent. C’est un véritable carnage.

LA SOLIDARITÉ AVEC LES VICTIMES DE LA RÉPRESSION NOUS INTERPELLE

La cité ouvrière à feu et à sang

Il est 17h40 (GMT); Les affrontements entre les habitants de la cité ouvrière (plus de 12 000 habitants) et les diverses forces de répression se poursuivent à Khouribga.

La cité (véritable ville ouvrière) est coupée du reste de la ville de Khouribga. 

Des dizaines d’ambulances (venues d’urgence d’autres régions) transportent des blessés aux hôpitaux (essentiellement des éléments des forces de répression), Il parait que les civils arrêtés, blessés ou morts sont transportés ailleurs. Peut-être qu’ils sont « mis entre les mains sûres » des militaires pour taire la vérité, escamoter la réalité, et donner une version officielle, totalement mensongère

Des commandos passent maison par maison, arrêtent toute personne en âge de résister. Les victimes sont embarquées vers des destinations inconnues.

SOLIDARISONS-NOUS AVEC LA CAPITALE OUVRIÈRE!

SOLIDARISONS-NOUS AVEC LES VICTIMES DE LA RÉPRESSION AVEUGLE MAKHZANIENNE!