Président arrêté du Comité Sahraoui pour la Protection des Richesses

Posted on janvier 2, 2011


Sidahmed Lemjiyed, président du Comité Sahraoui pour la Protection des Ressources Naturelles (CSPRON) a été arrêté le 25 décembre à El Aaiun, sur la base d’un mandat d’arrêt émis par le Procureur Général en novembre 2010. Lemjiyed Sidahmed a été envoyé devant le Tribunal militaire.

Le 26 décembre 2010 le procureur général du roi de la Cour d’appel de El Aaiun au Sahara Occidental a déclaré son incompétence et a renvoyé au tribunal militaire de Rabat le cas Maroc contre le défenseur des droits humains Lemjiyed Sidahmed, pour sa participation au campement de protestation de Gdeim Izik à l’extérieur d’El Aaiun en octobre-novembre 2010.

Si la Cour de première instance et la Cour d’instruction militaire s’accordent pour mener des procédures contre M. Sidahmed Lemjiyed, il sera envoyé à la prison de Salé au Maroc, devenant ainsi le n ° 20 des détenus en instance de jugement par cette Cour.

« Western Sahara Resource Watch condamne fermement la détention injustifiée et arbitraire de Lemjiyed Sidahmed, ainsi que de tous les autres sahraouis qui sont détenus sans inculpation », a déclaré Javier García Lachica, président de Western Sahara Resource Watch en Espagne. « Il est intolérable », a déclaré M. García Lachica, « que les autorités marocaines agissent avec une telle impunité sous l’indifférence de la MINURSO et de la communauté internationale. »

Sidahmed Lemjiyed est le président du Comité Sahraoui pour la Protection des Ressources Naturelles (CSPRON) et a beaucoup travaillé avec WSRW pour dénoncer l’exploitation des ressources naturelles dans les territoires occupés. « M. Lemjiyed est un militant sahraoui qui travaille activement pour défendre le droit des sahraouis à bénéficier de leurs ressources naturelles et à exercer leur droit à organiser le référendum d’autodétermination du Sahara Occidental, deux droits reconnus par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Par conséquent, son arrestation est complètement arbitraire et nous exigeons sa libération immédiate. »

Western Sahara Resource Watch

Publicités